vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » « Complots », le dernier essai de Sollers
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS
« Complots », le dernier essai de Sollers

D 21 septembre 2016     A par Viktor Kirtov - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Parution prévisionnelle : 03-10-2016

« Plus la dévastation s’accroît, plus le disque dur de la littérature et de l’art, preuve de vastes complots positifs à travers le temps, remonte. L’avenir est là. »

Ph. S., mai 2016.

Ajout 3 octobre 2016 : un peu plus sur Complots de Sollers

Regard sur le sommaire du nouveau livre, à paraître, de Philippe Sollers, Complots . C’est le Sollers critique littéraire et critique d’art qui est à l’œuvre dans ce recueil de ses dernières critiques et entretiens, le cinquième tome après La Guerre du Goût (1994) – 656 pages, Éloge de l’infini (2001) – 1104 p., Discours Parfait (2010) – 928 p. et Fugues (2012) – 1124 p.

Même si ce dernier opus est plus court avec 240 pages, au total, c’est plus de 4000 pages de la collection Blanche de Gallimard pour la somme que constituent ces cinq tomes !
Chaque fois, Sollers donne un titre fédérateur, un exercice de style, mélange des préoccupations esthétiques de l’auteur et de l’air du temps. Et l’on sent bien que Complots peut aussi se référer, en arrière-plan, à l’actualité du moment, mais rien n’est aussi direct et immédiat avec Sollers qui a toujours plus d’une ruse dans son sac de voyage – celui d’Ulysse -, écoutons plutôt ce qu’il nous en dit :

La justification du titre par Philippe Sollers

La Guerre du Goût se poursuit plus que jamais avec ce volume. Mais pourquoi l’avoir intitulé Complots ? Le mot n’a pas bonne réputation, et implique toujours un sens négatif. C’est ainsi qu’on parle de « complot contre la sûreté de l’État ». Tel semble être le dessein secret de l’auteur, puisqu’il dit se trouver en état d’urgence. L’étonnant c’est qu’il tient à affirmer que des complots positifs, très différents les uns des autres, convergent tous, à travers le temps, vers une beauté et une liberté maximales. En pleine crise d’identité communautaire, ces singuliers comploteurs, dont l’énergie et la détermination ne font aucun doute, seraient donc des révolutionnaires d’un genre nouveau.

Ph. S.

Le sommaire

Le roi des jardins (Le Nôtre)
Une Princesse de rêve (Mme de La Fayette)
Le Printemps de la Révolution (les Girondins)
Vive Dada !
Un certain Shakespeare
Féerie de Shakespeare
La vengeance de Machiavel
Rencontre avec le Diable (Goethe)
Salaud de Flaubert
Scandaleuse Colette
L’ange de Proust
Jeunesse du surréalisme
Stendhal politique
Céline en Allemagne
Bienheureux Casanova
Les femmes des Lumières
Fitzgerald le magnifique
Deviner la Chine
Les dieux grecs
Infiltrer le Système
L’Enfer, c’est la morale
L’Apocalypse ? Non, l’Aurore
Éloge de la contre-folie
Votez de Gaulle !
Subversion de Voltaire
Une saison en enfer, aller-retour
Le G.S.I.

Voici donc une première vue de cette nouvelle contribution de Philippe Sollers à l’exploration de la Bibliothèque universelle. Au total, cinq tomes qui constituent une ressource exceptionnelle pour l’Histoire littéraire de langue française (langue d’origine ou traduction), en même temps qu’ils nous révèlent une facette essentielle de l’art de l’écrivain et indirectement de l’homme Sollers.

Bien que beaucoup de ces articles ont été compilés par Pileface, au fil du temps, nous ne vous livrons, ci-après, que de courtes notes sur quelques unes seulement des entrées. Notre objectif : vous donner envie de lire les articles associés dans leur version intégrale et imprimée, tout en vous laissant le plaisir de la découverte. Pour les plus curieux, nous recommandons de solliciter les ressources de Pileface à partir du menu en haut de page.

*

La vengeance de Machiavel

Publication initiale : Le Nouvel Observateur du 20 décembre 2012 sous le titre « Non Machiavel n’est pas machiavélique »

Tombe de Machiavel à Santa Croce, Florence
Tombe de Machiavel à Santa Croce, Florence
photo : Sophie Zhang

Sur le site de l’auteur :
http://www.philippesollers.net/machiavel.html

Sur pileface : « Non Machiavel n’est pas machiavélique » et autres écrits de Ph. Sollers sur Machiavel, ainsi que dans Journal du mois de février 2011 dans le JDD

« Et pensez à vous recueillir, à Florence, devant sa belle tombe dans l’église de Santa Croce. L’épitaphe de 1787, en latin, dit tout : « Tanto.nomini.nullum.par.elogium » : « Aucun éloge n’est digne d’un si grand nom. »

Ph. Sollers

*

Rencontre avec le Diable (Goethe)


ZOOM... : Cliquez l’image.

Publication initiale : Le Nouvel Observateur, 5 juillet 2012 - n°2487 sous le titre : « Faust : encontre avec le Diable »

« Goethe avait parfaitement senti le déferlement du nihilisme à venir. Les expérimentations génétiques comme la guerre des sexes sont déjà dans son « Faust », auquel il a travaillé pendant soixante ans. »

Sur le site de l’auteur : http://www.philippesollers.net/goethe.html

Sur Pileface : « Du Diable » en bandeau de la revue L’Infini, n°111, Été 2010

*

Céline en Allemagne

Publication initiale : Le Nouvel Observateur du 25 avril 2013 - N° 2529 sous le titre : « Quand Céline rejoignit les nazis »


ZOOM... : Cliquez l’image.


« Fuyant la France après le débarquement allié, Céline se réfugia à Sigmaringen (Allemagne) en même temps que Pétain et Laval, au milieu de nazis, de notables vichystes et de gangsters. » Par Philippe Sollers

Nota : signalons également un autre article de Sollers dans le Nouvel Observateur du 16 octobre 2008 sous le titre « Louis-Ferdinand Céline en enfer ».

Sur le site de l’auteur :
http://www.philippesollers.net/celine_a_sigmaringen.html

Sur Pileface : « Dossier Céline, Journal du mois d’octobre 2007 »
et « Sollers, Céline » sur le livre que Sollers a consacré à Céline.

*

Fitzgerald le magnifique


ZOOM... : Cliquez l’image.

Publication initiale : Le Nouvel Observateur, 23 octobre 2012

Sur le site de l’auteur : http://www.philippesollers.net/fitzgerald.html

Scott Fitzgerald sur Pileface

*

Deviner la Chine

Le Nouvel Observateur, 4 juillet 2013 - N° 2539
sous le titre : « L’exception chinoise ».

Même la Révolution culturelle n’a pas réussi à débarrasser la Chine de son écriture bizarre et unique au monde. Parce qu’elle porte une philosophie antitotalitaire ? Par Philippe Sollers

Tout le monde le sait, mais pas suffisamment : l’écriture chinoise est unique. Ses idéogrammes, sa calligraphie, son pouvoir de suggestion vont à l’encontre de toute la tradition occidentale. Nous écrivons notre parole, les Chinois, depuis des millénaires, parlent leur écriture

.

Plastron de carapace de tortue. Cette pièce exceptionnelle est un des quatre plastrons retrouvés entiers dans un lot de pièces divinatoires exhumées au cours de fouilles en 1928. Les 23 inscriptions enregistrent les équations manticologiques relatives à 23 divinations.

Sur le site de l’auteur : http://www.philippesollers.net/deviner-la-chine.html

Sur Pileface

*

L’Apocalypse ? Non, l’Aurore

Un entretien avec Vincent Roy pour la revue Transfuge n°61 - Octobre 2012 à l’occasion de la parution de Fugues, autre tome des essais critiques de Sollers.
Titré : « Philippe Sollers, génial encyclopédiste »

Entretien repris dans L’Infini n° 122, Printemps 2013, sous le titre : « Je ne vois pas l’apocalypse, je vois l’aurore »

Sur le site de l’auteur :
http://www.philippesollers.net/transfuge_octobre2012.html

Sur Pileface


Les grandes collaborations de Sollers avec les journaux

Le Monde et le Monde des Livres de 1987 à 2005 quand Josyane Savigneau en assurait la direction : « quelque deux cent cinquante articles écrits par Sollers pour Le Monde pendant ces années portent sur des sujets qu’on lui a proposés et non l’inverse » précisait-elle pour mettre fin à une campagne de dénigrement la présentant comme une femme « sous influence » - celle de Sollers, qualifié du titre mafieux de « Parrain des lettres ». L’arrêt de la collaboration de Sollers avec Le Monde suivit l’éviction de Josyane Savigneau. Elle s’en explique dans son livre « Point de côté »

Le Journal du Mois dans le Journal du Dimanche  : une chronique mensuelle pendant 13 ans de 1999 à juin 2012, interrompue à la suite d’une chronique à l’ironie persiflante sur un tweet de Valérie Trierweiller, alors « Première Dame », aux côtés de François Hollande.

Collaboration avec le Nouvel Observateur à partir de 2005 (quand a cessé sa coopération avec Le Monde et que Jérôme Garcin lui a ouvert ses colonnes) encore effective aujourd’hui, une soixantaine de contributions à périodicité non régulière : la plupart des entrées de Complots sont tirées de cette collaboration.

Liens

Le site du Nouvel Observateur

Le site Internet de l’auteur : www.philippesollers.net

Le site de l’éditeur Gallimard :

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


1 Messages

  • V. Kirtov | 3 octobre 2016 - 17:47 1

    Dans ma boîte à lettres, un exemplaire de Complots avec un bandeau rouge "SOLLERS, Gallimard".
    Au dos, cette citation :

    « Plus la dévastation s’accroît, plus le disque dur de la littérature et de l’art, preuve de vastes complots positifs à travers le temps, remonte. L’avenir est là. »

    Ph. S.
    mai 2016


    ZOOM... : Cliquez l’image.

    En exergue, une citation de Heidegger :

    « La véritable pensée de l’Histoire ne sera reconnaissable qu’au petit nombre. »

    HEIDEGGER

    Et page suivante :

    AVERTISSEMENT
    Paradoxe : plus le bruit de la violence et de l’ignorance augmente, plus les marchés financiers s’enfoncent dans le numérique fou, plus l’illettrisme et le terrorisme s’incarnent comme des religions nouvelles, plus la science du silence se fait sentir.

    Elle se révèle à travers le temps, cette science, comme une vaste série de complots menés par des singularités insoumises et irréductibles.

    Au cœur des ténèbres, donc, se tient la lumière, « rose de la raison, dans la croix du présent »,

    PH. SOLLERS mai 2016

    Le sommaire paginé

    Avertissement, 11
    Le roi des jardins, 13
    Une Princesse de rêve, 17
    Le printemps de la Révolution, 21
    Vive Dada !, 25
    Un certain Shakespeare, 31
    Féerie de Shakespeare, 35
    La vengeance de Machiavel, 39
    Rencontre avec le Diable, 43
    Salaud de Flaubert, 49
    Scandaleuse Colette, 53
    L’ange de Proust, 57
    Jeunesse du surréalisme, 61
    Stendhal politique, 67
    Céline en Allemagne, 71
    Bienheureux Casanova, 77
    Les femmes des Lumières, 83
    Fitzgerald le magnifique, 89
    Deviner la Chine, 95
    Les dieux grecs, 101
    Infiltrer le système, 127
    L’enfer, c’est la morale, 135
    L’apocalypse ? Non, l’aurore, 147
    Éloge de la contre-folie, 151
    Votez de Gaulle !, 159
    Subversion de Voltaire,169
    Une saison en enfer : aller-retour, 179
    Le G.S.I., 215

    Trois illustrations dans le livre

    - La première p.94, en regard de l’article « Deviner la Chine » : un Plastron de carapace de tortue, déjà reproduit dans notre article précédent.

    - La deuxième p.125, à la fin de l’article « Les dieux grecs » : Pablo Picasso, Le jeune peintre


    ZOOM... : Cliquez l’image.

    Un portrait qui illustre aussi la version folio de Carnet de nuit, 2006.
    Sur Pileface : Carnet de nuit
    Carnet de nuit II
    Carnet de nuit III

    - La troisième p. 168, en regard de l’article « Subversion de Voltaire » ci-dessous avec la légende manuscrite sur le dessin : « Le Héros de Ferney au Théâtre de Chatelaine »,
    article publié sur pileface ICI


    ZOOM... : Cliquez l’image.
    oOo