Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » Jean-Luc Outers au « Soir » : « Dominique Rolin était une femme qui (...)
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS
Jean-Luc Outers au « Soir » : « Dominique Rolin était une femme qui guettait le facteur »

D 1er février 2021     A par Viktor Kirtov - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Jean-Luc Outers a dirigé l’édition des lettres de Dominique Rolin à Philippe Sollers. Il explique en quoi cette correspondance est historique.


Dominique Rolin et Philippe Sollers, avec Frans De Haes, pour la présentation de « La voyageuse », de Rolin, en 1984. - Nicole Hellyn.
ZOOM : cliquer l’image

Par Nicolas Crousse

Journaliste au service Culture, Le Soir (Belgique) 31/01/2021


ENTRETIEN


A près avoir rassemblé et présenté, en 2016, des lettres d’Henri Michaux (« Donc, c’est non », chez Gallimard), Jean-Luc Outers s’est penché, avec Frans De Haes, sur la correspondance entre Dominique Rolin et Philippe Sollers. L’écrivain en souligne le caractère exceptionnel.

« C’est une drôle d’expérience, parce qu’il s’agit d’une correspondance amoureuse, qui se trouve conservée à la Bibliothèque royale de Belgique. Les lettres, près de 5.000, s’étalent sur cinquante ans. Le travail de sélection est particulier. Il a fallu d’abord tout lire, ce qui veut dire entrer dans une intimité, décacheter l’enveloppe, parcourir l’écriture ronde de Dominique Rolin, qui commence chacune de ses lettres par « Mon amoureux », « Mon splendamour »… On a parfois l’impression d’être dans la posture du voyeur, bien qu’il s’agisse ici d’un travail éditorial, entre deux êtres liés par un pacte, où amour et écriture sont indissociables. Dans la sélection, j’ai essayé de privilégier le côté romanesque de cette relation, marquée par une grande différence d’âge : en 1958, il a 22ans, elle 45. Après sept ans de relation et d’amour fou, Sollers rencontre Julia Kristeva et l’épouse. Pour lui, la correspondance continue comme si de rien n’était, alors que pour Dominique Rolin, tout s’effondre. Au fond, la correspondance connaît trois temps : la rencontre amoureuse, l’effondrement, et puis la longue remontée à la surface. Dominique Rolin était l’amante officielle, même si clandestine, ensuite elle est devenue la maîtresse, comme la seconde. Quel renversement des rôles ! »

Quand ils se rencontrent, c’est Dominique Rolin qui est connue…

Elle a déjà publié quelques livres et a eu le prix Femina en 1952. Elle est très connue… et progressivement, elle va s’effacer au profit de Sollers, qui va avoir une énorme influence sur elle – alors que l’inverse n’est pas le cas. Son écriture va s’en ressentir. Elle perd un peu de sa singularité pour épouser les codes du Nouveau Roman. Pour elle, l’œuvre importante, c’est celle de Sollers, pas la sienne. Elle va attribuer cela au fait qu’elle est une femme, comme s’il n’y avait que des écrivains hommes qui portent le nom d’écrivains, ce qui ferait bondir les féministes d’aujourd’hui.

C’est presque une groupie.

Oui, et elle regrette qu’il n’ait pas plus de succès, qu’il n’ait pas le Nobel. C’est une femme amoureuse, ses lettres en témoignent… beaucoup plus que celles de Sollers, courtes et centrées sur son travail d’écrivain. Elle parle du quotidien, des choses de la vie, de sa famille, de l’amour. Jusqu’au bout, et à sa dernière lettre, à 95 ans, elle parle presque comme une petite fille amoureuse. Avec une intensité qui ne faiblit pas.

Cette correspondance ranime une époque où l’on s’écrit de longues lettres, pas des mails et des tweets…

C’est l’un des intérêts de cette correspondance, qui rappelle une époque disparue, marquée par la matérialité du papier, de l’encre, de l’envoi de la lettre. Dans les années 60, il y avait à Paris trois distributions de courrier par jour. On pourrait dire de Dominique Rolin que c’est une femme qui attend et guette le facteur. Cela donne une idée de la dimension temporelle d’alors, qui n’a plus rien à voir avec les SMS ou mails d’aujourd’hui. Un autre intérêt de cette correspondance est de nous révéler un autre Sollers, souvent considéré comme quelqu’un d’arrogant, froid, narcissique, alors qu’on voit ici qu’il a profondément aimé cette femme, et lui a écrit jusqu’à la fin (elle est morte à 98 ans, NDLR), alors qu’elle était touchée par la maladie d’Alzheimer.

Le 24 mars 2000, Bernard Pivot révèle sur le plateau de « Bouillon de culture » la relation des amants, cela sans les avoir consultés, et en les forçant à sortir de la clandestinité. C’est violent…

Tout à fait. La veille de l’émission, j’avais vu Dominique Rolin, et lui avais dit mes appréhensions sur ce qui pourrait arriver. Elle ne s’inquiétait pas du tout. Elle n’y était pas du tout préparée… et d’ailleurs cela se voit, quand on repasse la séquence : au moment où Pivot révèle la chose, on voit son visage effaré.

Sollers, libertin de haut vol, éditeur de Matzneff, éternel sadien, est-il aujourd’hui, à l’heure notamment de #Metoo, devenu indésirable ?

Disons qu’il n’est plus autant aux devants de la scène. Il faut se souvenir que lui et Jean d’Ormesson étaient, dans les années 80 et 90, les écrivains le plus souvent invités par Pivot, dans Apostrophes et Bouillon de culture. Il est beaucoup plus dans l’ombre, aujourd’hui. Cela reste un personnage contradictoire, lui qui a été maoïste et est devenu chrétien, avec une fascination pour le pape. C’est quelqu’un qu’on n’arrive pas à saisir, qui échappe.

Les correspondances vous intéressent. Vous avez il y a peu travaillé à la publication de lettres d’Henri Michaux…

Simon Leys disait qu’il jugeait un écrivain à sa correspondance. Cela vaut pour Dominique Rolin, dont les lettres sont d’une grande beauté littéraire et sont désormais une œuvre en soi.

oOo

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages