vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » Lire Céline aujourd’hui
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
Lire Céline aujourd’hui

Séminaire doctoral de Julia Kristeva (2011)

D 7 janvier 2018     A par Albert Gauvin - C 4 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


JPEG - 75.8 ko
Louis-Ferdinand Céline à Meudon.


Du 17 février au 7 avril 2011, Julia Kristeva, dans le cadre de son séminaire doctoral de l’Université Paris-Diderot sur « la littérature et l’expérience des limites », consacra plusieurs séances à « Lire Céline aujourd’hui ».
« La littérature comme expérience est-elle encore possible aujourd’hui ? Le cours se propose d’interroger la sublimation à l’oeuvre dans les textes littéraires, à la lumière de la linguistique, de la sémiologie et de la théorie freudienne. Les oeuvres de Céline seront la base et l’horizon de cette investigation. »
Kristeva y intervint à trois reprises :
17 février : Le récit selon L.-F. Céline.
3 mars :« Juivre ou mourir » ou les pamphlets de Céline.
31 mars : La "poésie émotive" de Céline ou comment écrire l’"opéra du déluge".
Du 10 mars au 7 avril, Philippe Sollers, Michel Crépu, Henri Godard, Bernard-Henri Lévy en furent successivement les invités.
Ce séminaire faisait suite à la décision de Frédéric Mitterrand, alors ministre de la culture du gouvernement Sarkozy-Fillon, de retirer, le 21 janvier 2011, le nom de Céline du Recueil des célébrations nationales, à la demande de Serge Klarsfeld, le président de l’Association des fils et filles de déportés juifs de France, suscitant aussitôt l’ire de plusieurs écrivains dont Bernard-Henri Lévy (« Il ne faut surtout pas s’opposer à la commémoration de Céline. Cette commémoration doit précisément servir à explorer l’énigme qui fait que l’on peut être à la fois un très grand écrivain et un parfait salaud. ») et Philippe Sollers qui se dit « absolument atterré » : « "Quand ça va mal, la littérature est en première ligne", disait Hemingway. Nous en avons ici une démonstration accablante. Le ministre de la culture est devenu aujourd’hui le ministre de la censure [1]. » A l’heure où la polémique reprend de plus belle avant même la publication annoncée d’une édition critique des pamphlets antisémites et autres Ecrits polémiques de Céline par Gallimard [2], il a semblé utile de réécouter ces conférences.
Dans le prolongement de ce séminaire, il m’a semblé également utile de réécouter l’intervention que fit Philippe Forest sur Céline à l’Université de Nantes en 2014.

Conférence de Philippe Sollers, 10 mars 2011

(vidéo de G.K. Galabov & Sophie Zhang)

GIF

VOIR AUSSI :
Cette affaire Céline est absurde pdf (21 janvier 2011)
Sollers parle de Céline (25 février 2011)
Céline au clavier (un film de Sophie Zhang et G.K. Galabov, avril-septembre 2017)

*

Conférence de Henri Godard, 17 mars 2011

Conférence de Henri Godard, 17 mars 2011
GIF

LIRE : Exclure Louis-Ferdinand Céline ? pdf (Le Monde du 24 janvier 2011)
Henri Godard, Céline (Jacques Henric, juin 2011)

*

Conférence de Michel Crépu, 24 mars 2011

Conférence de Michel Crépu, 24 mars 2011
GIF

LIRE : Céline abject et sublime à la fois pdf (Libération du 26 janvier 2011)
Pourquoi Céline (Revue des deux mondes, juin 2011)

« [...] Et le film continue. Ainsi s’est-on ému ici ou là de la décision de republier chez Gallimard les fameux pamphlets de Céline, comme s’il fallait se protéger illusoirement d’un cordon sanitaire séparant le bon grain de l’ivraie célinienne. Répondons simplement que les pamphlets appartiennent tout à fait à l’œuvre générale de l’auteur du Voyage au bout de la nuit et qu’il est grand temps qu’ils soient lus comme tels, plutôt que sous la poche trouée du manteau. Sonner le tocsin est ridicule alors même que tout le monde pouvait se procurer ces pamphlets depuis longtemps. Mieux vaut entrer calmement dans le tourbillon d’un destin littéraire hors du commun. La manie du tabou est ici très mauvaise conseillère. Nous ne sommes pas en 1930, nous sommes en 2018. Rendez-vous l’année prochaine. » (Le blog de Michel Crépu, 21/12/2017)

*

Julia Kristeva, Céline ou l’"opéra du déluge", 31 mars 2011

Julia Kristeva, Céline ou l’"opéra du déluge", 31 mars 2011
GIF

LIRE AUSSI :
Céline : ni comédien ni martyr
Céline ou le pouvoir de l’horreur

*

Conférence de Bernard-Henri Lévy, 7 avril 2011

Conférence de Bernard-Henri Lévy, 7 avril 2011
GIF

LIRE : Pourquoi il ne faut surtout pas s’opposer à la commémoration de Céline (La Règle du jeu du 20 janvier 2011)

Crédit : Julia Kristeva

*

Conférence de Philippe Forest, 9 décembre 2014

L’intervention de Forest comportait trois volets : Proust, Céline, Aragon.

Le cas Céline est devenu un cas d’école : on le cite à chaque fois que l’on veut montrer à quelles monstrueuses aberrations peut conduire l’engagement d’un écrivain. De fait, l’auteur de Voyage au bout de la nuit est aussi celui des ignobles pamphlets antisémites. Comment tirer au clair une pareille contradiction qui fait du plus compatissant des romanciers le plus coupable des idéologues ?

GIF
*

Sur le Céline des pamphlets, LIRE sur Pileface mes articles (par ordre de publication) :
Céline et l’abjection devant l’art (5 décembre 2009)
Céline et le Mal radical (6 décembre 2009)
Littérature et politique : le cas Céline (10 février 2017)
Faut-il brûler Céline ? (28 mai 2017)
Situation : « Politique » par Marcelin Pleynet (9 décembre 2017)
et, plus généralement, se reporter à l’index du nom Céline.

*

PS : A la question : « Vous aimez la littérature. Que vous inspire la publication annoncée des pamphlets antisémites de Céline, qui fait déjà polémique ? », le Premier Ministre Edouard Philippe vient de répondre dans Le JDD du 6 janvier : « Il y a d’excellentes raisons de détester l’homme, mais vous ne pouvez pas ignorer l’écrivain ni sa place centrale dans la littérature française. Je n’ai pas peur de la publication de ces pamphlets, mais il faudra soigneusement l’accompagner. »
Étant dans la liste de diffusion du Temple des Vosges à Paris depuis que j’y ai assisté à certaines conférences, j’ai reçu ce soir, 7 janvier à 19h56, ce mail de son administrateur Georges Wojakowski, mail auquel me semble répondre, et déjà à Serge Klarsfeld, Bernard-Henri Lévy au début de son intervention du 7 avril 2011 (voir plus haut) :

Les Fils et Filles des Déportés Juifs de France
Militants de la Mémoire
F.F.D.J.F.
Association régie par la Loi de 1901
32, RUE LA BOETIE – 75008 PARIS
Président : Me Serge Klarsfeld
Téléphone : 01 45 61 18 78 / Fax : 01 45 63 95 58 / E mail : klarsfeld.ffdjf@wanadoo.fr
GIF

Il est probable que le Premier Ministre n’a pas lu une seule page de ces abjects pamphlets anti-juifs. Sinon il n’aurait pas utilisé l’argument de la "place centrale" de Céline dans la littérature française pour accepter la publication de ces pamphlets "soigneusement accompagnés". Si un Prix Nobel de médecine français écrivait un pamphlet recommandant la mise à mort systématique des nourrissons handicapés et des vieillards séniles en expliquant tous les avantages qu’en retirerait la France, le Premier Ministre n’accepterait certainement pas la publication et la diffusion de cet ouvrage même "soigneusement accompagné". Le Premier Ministre ne se rend-il pas compte qu’il accepte dans son principe la diffusion de textes de Céline lequel prône la mise à mort des Juifs sans exception ; mise à mort qui a été suivie d’effet avec la complicité de l’Etat Français de l’époque.

Par contre le Président de la République a certainement lu ces textes de Céline et au Vélodrome d’Hiver, le 16 juillet dernier, lors de la commémoration du 75e anniversaire de la rafle, il a déclaré : "Il faut toujours que nous ayons à l’esprit que l’État Français de Pétain et Laval ne fut pas une aberration imprévisible née de circonstances exceptionnelles. C’est parce que Vichy dans sa doctrine fut le moment où purent enfin se donner libre cours ces vices qui, déjà entachaient la IIIe République : le racisme et l’antisémitisme... C’est la France de "Je Suis Partout", de "Bagatelle pour un Massacre", c’est la France où Louis Darquier de Pellepoix peut, sans être inquiété une seconde, proclamer en 1937 : "nous devons résoudre de toute urgence le problème juif soit par l’expulsion soit par le massacre".

Aujourd’hui, alors que les attentats et les actes anti-juifs se sont multipliés, que des enfants juifs sont assassinés de sang-froid, il n’est pas envisageable que la société politique française accepte la diffusion de tels textes nocifs et talentueux d’incitation à la haine raciale et à l’extermination des Juifs.

En 1938 Céline a écrit dans "L’Ecole des Cadavres" :

"Si vous voulez dératiser un navire, dépunaiser votre maison, vous n’allez pas dératiser à demi, dépunaiser seulement votre premier étage ? Vous seriez certains d’être envahi dans un mois, par dix fois plus de rats, vingt fois plus de punaises. Les déjudaïsations à l’italienne, à la Maurras, à la circonlocution, ne me disent rien qui vaille. Ce ne sont que désinfections littéraires, non efficaces, irréelles. Je suis même persuadé qu’elles font aux Juifs beaucoup plus de bien que de mal. Toute l’histoire ancienne et contemporaine nous prouve que ces simulacres, ces semblants d’action contre les Juifs réussissent admirablement ! Voyez les résultats ! Deux qui sortent par la porte, trente-six mille rentrent par la fenêtre. Et les demi-juifs ? Pourquoi par les demi-microbes ? Les quarts de microbes ? Il faut savoir ce que vous voulez. Vous voulez vous débarrasser des Juifs, alors pas trente-six mille moyens, trente-six mille grimaces !"

Nous ne laisserons pas republier de tels textes qui ont mené nos parents à la mort.

Serge Klarsfeld Président des FFDJF

*

Céline, le scandale des pamphlets

« Stupéfiant ! », le magazine culturel présenté par Léa Salamé.
France 2, 23 janvier 2018.

GIF
*

[2Cf. le très bon dossier de France Culture, Republier les pamphlets antisémites de Céline ? Les questions juridiques, morales... et le bon sens (avec une série d’entretiens radiophoniques menés avec Céline que Matthieu Garrigou-Lagrange a compilés sous forme de cinq épisodes de l’émission “A voix nue” en 2011) et l’article récent de L’OBS : Faut-il republier les pamphlets de Céline ? pdf .

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


4 Messages

  • Albert Gauvin | 28 février 2018 - 01:03 1

    LE PARISIEN WEEK-END. Fin 2017, Gallimard annonce la réédition de trois pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline. La polémique éclate, des personnalités s’écharpent, le Premier ministre s’en mêle... et l’éditeur finit par capituler.
    Extrait : « [...] La nouvelle de la réédition est annoncée par un amoureux et fin connaisseur de Céline : Philippe Sollers. Dans son bureau de la revue L’Infini, publiée par Gallimard, l’écrivain accorde une interview au journaliste Philippe Chauché. Au cours de l’entretien, publié le 19 juillet 2017 sur le site La Cause littéraire (le 20 mai sur Pileface), Chauché demande : "Vous avez réuni vos textes sur Céline dans un petit livre éponyme aux éditions Ecriture. Mais que dire des pamphlets ?" Réponse de Sollers, du tac au tac : "La seule édition critique des pamphlets est disponible au Canada (...), et c’est cette édition-là, probablement, qui sera enfin publiée en France, c’est un scoop que je vous donne là, c’est ce que m’a confirmé Antoine Gallimard." L’info, dévoilée au coeur de l’été sur un site peu connu du grand public, passe inaperçue. » LIRE ICI.

    Le site peu connu ? Pileface. Cf. SCOOP (28 mai 2017).


  • A.G. | 16 janvier 2018 - 12:03 2

    Extrait de Toujours Charlie. Le « J’accuse ! » d’Alexis Lacroix. Comment faut-il éditer Céline ?


    Les pamphlets de Céline.
    Zoom : cliquez l’image.
    GIF

    « [...] Alerté par Le Monde des livres de l’imminente publication, chez Gallimard, des trois pamphlets interdits de Louis-Ferdinand Céline et du grand-débat-national-et-républicain qui ne manquera pas de suivre. C’est pourtant simple. 1. Oui, bien sûr, il faut arrêter de se pincer et de se prouver, pour la millionième fois, qu’on ne rêve pas : l’auteur de « L’école des cadavres » et des « Beaux draps » fut bien un antisémite de la pire espèce. 2. Non, à l’âge d’Internet et d’Amazon (qui permet de se faire livrer, en trois jours, une mauvaise édition canadienne), la censure ne sert à rien et mieux vaut, comme chez Stendhal, « la vérité, l’âpre vérité » au voyeurisme honteux. 3. La réponse historienne, l’éternel appareil critique censé être la rédemption du texte et la solution miracle pour l’éditeur, ne sert à rien non plus : a-t-on jamais vu des annotations faire le poids face à un écrivain ? oui, Walter Benjamin sur Baudelaire – mais c’était Walter Benjamin… 4. Ces bons sentiments annotatifs, cette parole professorale qui vient se surajouter, pour la conjurer, à la parole du romancier frappé de démence, cette stratégie d’enrobement, d’accompagnement et, au fond, d’assistanat sont non seulement naïfs, mais probablement contre-productifs : leur principal message est toujours, à la fin des fins, que le lecteur est un crétin et qu’il faut, coûte que coûte, le protéger contre lui-même. 5. Ce qui, en revanche, saute aux yeux, non pas du professeur, mais du lecteur, ce que savent les amateurs de l’écrivain génial, avant guerre, du « Voyage au bout de la nuit », puis du chroniqueur incomparable, après guerre, dans « D’un château l’autre », du cauchemar et de la misère vichystes, c’est la faiblesse littéraire, entre les deux, de ces torchons écumants de haine, pleins de clichés sordides et de facilités de plume, que sont ces fameux pamphlets : et si la moins mauvaise des solutions était alors de donner à lire tout Céline, absolument tout, mais dans sa continuité ? ainsi mesurerait-on ce qui fait qu’un même homme peut être, sous la pression d’une écriture novatrice et d’une vérité courageusement affrontée, un écrivain stupéfiant puis, quand il cède sur son désir et son éthique d’artiste, un fulminateur médiocre, grotesque et criminel : leçon de ténèbres. »

    La Règle du jeu, 15 janvier 2018.

    LIRE AUSSI : Philippe Bilger, Pour Céline tout entier !


  • A.G. | 11 janvier 2018 - 21:46 3

    La réédition des pamphlets antisémites de Céline "suspendue"

    L’annonce de cette réédition avait déclenché une vive polémique.

    Par Bibliobs
    Publié le 11 janvier 2018 à 15h23

    La maison d’édition Gallimard a annoncé jeudi 11 janvier qu’elle suspendait son projet de publier "Bagatelles pour un massacre", "Les Beaux draps", "L’Ecole des cadavres", trois pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline.
    Dans un texte adressé à l’AFP, Antoine Gallimard écrit :
    "Au nom de ma liberté d’éditeur et de ma sensibilité à mon époque, je suspends ce projet, jugeant que les conditions méthodologiques et mémorielles ne sont pas réunies pour l’envisager sereinement."
    Gallimard souhaitait publier "une édition critique" des pamphlets "sans complaisance aucune", assure l’éditeur, qui poursuit :
    "Les pamphlets de Céline appartiennent à l’histoire de l’antisémitisme français le plus infâme. Mais les condamner à la censure fait obstacle à la pleine mise en lumière de leurs racines et de leur portée idéologiques, et crée de la curiosité malsaine, là où ne doit s’exercer que notre faculté de jugement."
    Mais, a-t-il ajouté, "je comprends et partage l’émotion des lecteurs que la perspective de cette édition choque, blesse ou inquiète pour des raisons humaines et éthiques évidentes".

    "Irresponsable"

    L’annonce de la réédition par Gallimard de ces trois textes publiés entre 1937 et 1941 avait déclenché une vive polémique.
    Parmi les opposants, Serge Klarsfeld, le président de l’association des Fils et Filles de déportées de France, figure de la lutte contre l’antisémitisme. "Pour moi, il est tout simplement impossible de rééditer ces textes de Céline, qui appellent à la haine des juifs de manière terrible. Ce serait irresponsable", déclarait-il à "Bibliobs".
    Le président du Crif, Francis Kalifat, avait appelé les éditions Gallimard "à renoncer au projet de réédition de ces brûlots antisémites".
    L’éditeur parisien avait dans un premier temps dénoncé un "procès d’intention", soutenant qu’"on n’a pas à pousser les éditeurs à s’autocensurer".
    Les œuvres de Louis-Ferdinand Céline doivent tomber dans le domaine public en 2031, soit 70 ans après la mort de l’écrivain.


  • A.G. | 8 janvier 2018 - 16:12 4

    Suite à la prise de position du Premier Ministre en faveur de la réédition des pamphlets de Céline et à la réaction immédiate de Serge Klarsfeld que je mentionnais hier soir ICI, Bibliobs fait le point des pour et des contre.
    Invités de La Grande Table sur France Culture pour l’exposition « Beate et Serge Klarsfeld, les combats de la mémoire (1968-1978) » au Mémorial de la Shoah (Paris), du 7 décembre 2017 au 29 avril 2018, les deux militants — dont il faut saluer la ténacité dans leur traque des criminels nazis et, plus récemment, contre le FN, reviennent sur l’antisémitisme en France et la publication des pamphlets (le Premier Ministre appelant Serge Klarsfeld au cours de l’émission).

    GIF
    Le Martray, le 11/7/74
    [...] Je suis profondément remué par l’histoire Klarsfeld. L’as-tu vue à la télévision 1 ? Elle me semble épatante. L’interview de l’ancien nazi à Paris, député tranquille d’Allemagne, était terrifiant. Il invoquait la « prescription ». Comme si le problème du racisme (lié en profondeur au problème sexuel) pouvait s’effacer dans le temps ! [...]
    GIF

    1. Beate Klarsfeld, née Beate Augusta Künzel à Berlin en 1939, militante anti-nazi avec son mari Serge Klarsfeld. Par des actions souvent spectaculaires (en 1968, elle gifle le chancelier allemand Kurt Georg Kiesinger), elle a pu faire arrêter et condamner les anciens SS Kurt Lishka, Herbert Hagen et Klaus Barbie. Promue officier de la Légion d’honneur par Jacques Chirac en 2007.

    (in Ph. Sollers, Lettres à Dominique Rolin, Gallimard, 2017, p. 244)