vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » Une bougie de plus pour Philippe Sollers...
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS
Une bougie de plus pour Philippe Sollers...

+ dessin de Benoît Monneret

D 30 novembre 2019     A par Viktor Kirtov - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Sollers, voyant

Par Pascal Louvrier

JPEG - 78 ko
Photographe : Hannah Assouline

Une bougie de plus pour Philippe Sollers. Pascal Louvrier se souvient de l’auteur de Femmes, roman prophétique.

JPEG - 46.2 ko
Joyeux anniversaire cher S
Illustration : benoit.monneret@gmail.com

28 novembre, malgré le froid et la grisaille, je pense à Sollers comme si c’était un soleil au-dessus de nos têtes devenues molles. C’est le jour de son anniversaire. Je me souviens, en 1982, nous étions sur le bac entre l’île de Ré et le continent. Sollers, pantalon blanc et chemise bleue, avait dans son sac le manuscrit de Femmes. Il avait allumé une cigarette de sa main baguée, bagues différentes de celles qu’il porte aujourd’hui, et m’avait dit : « C’est une bombe portative. » C’était la fin de l’été, ou pas loin. Il changeait en plus d’éditeur. Adieu Le Seuil, vive Gallimard, « la banque centrale ».

Déclaration de guerre au féminisme

Femmes, c’est son chef-d’œuvre. Description de notre époque, celle où l’on est attaqué de toutes parts, c’est-à-dire les hommes qui fréquentent les chemins de traverse, les rizières du non-conformisme. Femmes, en avance de plus de trente ans. Désormais le cauchemar est quotidien, les caméras tournent en permanence, les images circulent à la vitesse de l’éclair, les réseaux sociaux condamnent plus vite que Robespierre et ses idéologues zélés. La moraline est partout, les stocks sont illimités. L’hystérie collective est aux commandes, partout. Les artistes sont réduits au silence par les terroristes de l’horizontalité.

Les romans « poubelle » sont en pile. Les fausses valeurs ont leurs perroquets lobotomisés. Femmes, c’est une déclaration de guerre au féminisme. Car Sollers, dans un style elliptique, avec des phrases torsadées comme une statue du Bernin, attaque direct : « Le monde appartient aux femmes. C’est-à-dire à la mort. Là-dessus, tout le monde ment. » La grande affaire des femmes, c’est l’enfant. Avoir un enfant. « Négation radicale du sexe », donc. Car ce qui compte, c’est la vie qu’elle donne et qu’elle doit protéger. L’homme, à leurs yeux, n’en est pas capable. Il convient donc de le supprimer. De supprimer précisément le père.

Nous y sommes. La guerre fait rage. Lisez les journaux, regardez les chaines d’info. L’étau se resserre. L’hallali est proche, dans la désillusion générale programmée. Pour résister, c’est devenu presque impossible, il convient de ne plus rien attendre des femmes, rien. Il faut aimer « manger seul au restaurant », aimer « rester seul trois jours sans adresser la parole à personne ». Sollers, en 1982 :« J’aime sentir le temps passer pour rien, n’importe où, dormir, dépenser le temps, me sentir le temps lui-même courant à sa perte. » Ajoutons une absence totale de culpabilité. Et enfin préserver son enfance. Sollers :« Je veux tout… L’enfance… La gloutonnerie, les grandes vacances permanentes… » Femmes, à (re)lire d’urgence. On vous aura prévenus.

Pascal Louvrier

Crédit : .causeur.fr/

Femmes

Quatrième de couverture

Kate, journaliste politique française ; Cyd, Anglaise vivant à New York ; Flora, anarchiste espagnole ; Bernadette, dirigeante féministe ; Ysia, Chinoise attachée d’ambassade ; Louise, une claveciniste ; Deborah, la femme du narrateur... Telles sont les femmes. Le narrateur, un journaliste américain, nous dit tout sur elles, mais sa réflexion embrasse l’évolution du monde, ces dix dernières années:pouvoir féminin, érotisme, crise, terrorisme, idées et passions des intellectuels. Rien de plus actuel que ce vaste roman.

Feuilleter le livre sur amazon.fr

Illustration

Les demoiselles d’Avignon, Picasso, 1907

"Le Bordel philosophique", l’autre nom, au départ, qu’avait donné Picasso pour son tableau "Les Demoiselles d’Avignon". Voir ICI

Proposition de lectures

A propos des féministes dans le roman Femmes :

Antoinette Fouque dans « Femmes » de Sollers

Voir aussi le dossier sur Femmes :

Femmes, roman, 1983

Sollers Mode d’emploi

L’auteur de cet article, Pascal Louvrier, a écrit

PHILIPPE SOLLERS mode d’emploi

1996,

aux éditions du Rocher.

En exergue du livre :

« Car il en est des hommes comme des diamants : seuls les plus grands peuvent faire des solitaires. Ceux du commun doivent s’assembler et rechercher un effet de masse. »

Schopenhauer,
De la volonté de la nature.

Les dernières lignes du livre :

« Allez, salut, à bientôt…Sur une autre page… Dans une autre histoire… Ailleurs… La fin n’est jamais la fin…
Tiens, cette remarque de Sollers notée sur une paperolle jaunnie que je retrouve in extremis : « Restons avec les écrivains ! …Ils mentent moins. »
Nuance, ils mentent pour éclairer la vérité. »

le livre sur amazon.fr

Et sur pileface ICI

Autre proposition de lecture

Comment tout ceci a-til commencé ?

A propos de l’auteur

Pascal Louvrier

Romancier et biographe. Il a longtemps exercé le métier de ghostwriter pour de nombreuses personnalités. Aujourd’hui il est directeur littéraire aux Editions TohuBohu et s’occupe en particulier de développer le département biographie.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages