vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » Dominique Rolin, « L’infini chez soi »
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
Dominique Rolin, « L’infini chez soi »

Lettres à Philippe Sollers

D 17 juillet 2018     A par Viktor Kirtov - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Un entretien filmé avec l’écrivain belge Dominique Rolin, Prix Fémina 1952, avec pour décor ses divers cadres de vie : son "perchoir" parisien, ses lieux d’enfance belges et Venise, son bureau à ciel ouvert...


Dominique Rolin "L’infini chez soi" (Un film de Jean Antoine, 1992),
montage : Denise de Casabianca

C’est en 1980 que Dominique Rolin avait publé un livre au titre éponyme « L’infini chez soi », ouvrage récompensé par une distinction le prix Kléber Haedens, et premier volume de ce que l’auteur appelle sa « trilogie ». Chaque sortie de ses ouvrages est dorénavant signalée et saluée par la presse. « L’Enfant-roi » paraît en 1986.

Dominique Rolin est née en Belgique, en mai 1913. Après avoir travaillé comme bibliothécaire, elle publie des nouvelles puis un premier roman « Les Marais », en 1942. Elle obtient, dix ans plus tard, le prix Femina pour « Le Souffle ». Elle se rapproche ensuite du Nouveau Roman et enchaîne les ouvrages, dans lesquels elle dissèque les relations amoureuses et familiales. En 1992, lors du tournage de ce documentaire, Dominique Rolin a près de 80 ans. Elle partage sa vie entre son « perchoir » parisien, les lieux de son enfance en Belgique, et Venise, où elle écrit à la terrasse des cafés. Son nom reste attaché à celui de Philippe Sollers, notamment à « La Calcina », voir ICI, à Venise, où tous deux avaient l’habitude de se retrouver, deux fois quinze jours en mai et septembre. La plaque commémorative qui vient d’y être installée rappelle que là :


ZOOM : cliquer l’image
« Philippe Sollers
et
Dominique Rolin ,
Ont écrit,
Chaque jour,
Printemps et automnes,
Dans une sérénité amoureuse parfaite,
La plupart de leurs livres »

Au moment du tournage du film (1992), leur relation amoureuse n’est pas publique. Elle ne le sera qu’en 2000, lors d’une célèbre émission d’Apostrophe animée par Bernard Pivot, que l’on peut revive ICI.

Relation amoureuse et littéraire que l’on peut maintenant découvrir dans leur correspondance :

A PARAITRE, en octobre 2018, chez Gallimard, « Lettres à Philippe Sollers 1958-1980 », la correspondance de Dominique Rolin à Philippe Sollers.

L’autre volet, la correspondance 1958-1980 de Philippe Sollers à Dominique Rolin, a déjà été publiée en Novembre 2017.
Voir article.

Dominique Rolin est décédée le 15 mai 2012, à Paris.

oOo

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages