vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » Le Verrou Fragonard vu par Philippe Sollers...
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS
Le Verrou Fragonard vu par Philippe Sollers...

D 18 septembre 2015     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Ou quand Philippe Sollers se fait serrurier pour nous expliquer le mécanisme sophistiqué du Verrou de Fragonard.

C’était le 23 août 1999, dans le cadre de l’émission Clin d’œil diflusée sur France Culture. Propos recueillis par Pascale Lismonde et transcrits dans le document d’archive que nous vous présentons, ici.
Sauf erreur, on n’en trouve plus trace sur le Web, ni sous forme audio ou texte. Nous devons ce document à Eric Cothenet, contributeur-donateur au "fonds Sollers" pileface de sa collection d’anciens articles de journaux et revues sur Sollers. C’était il y a huit ou neuf ans, un don précieux qui, comme le bon vin, se bonifie avec le temps. Qu’il en soit à nouveau remercié pour sa générosité.

E.C. est un collectionneur né, et indépendamment de ses activités professionnelles, il anime le site biblioparfum.net, une riche bibliographie illustrée sur les parfums

Ce document porte en bas de page la mention N°1 Novembre 2000 et le numéro de page 58, sans autre précision sur le magazine dont est issue cette page (pas très promotionnel pour la revue ! Un magazine pourtant sur papier glacé, grand format). Pas plus d’indication en bas ou haut de la face recto (page 57), dédiée au sculpteur Anne Claverie, sauf cette mention dans le corps du texte : « Un artiste contemporain à retrouver sur notre site Internet*. » et ce renvoi :
* La galerie virtuelle www. gazette-drouot.com
Bingo ! (Ainsi, à son corps défendant, pouvons-nous quand même honorer César).

Le Verrou Fragonard

vu par Phillipe Sollers (transcription)

Chaque mois, un tableau à redécouvrir. Quand un écrivain, un architecte ou un scientifique parlent de peinture.


Jean-Honoré Fragonard, Le Verrou, huile sur toile.73x93cm (musée du louvre).
ZOOM... : Cliquez l’image.

Propos recueillis par Pascale Lismonde, dans le cadre de l’émission Clin d’œil diflusée sur France Culture, le 23 août 1999.

Pascale Lismonde N’est-on pas surpris par la violence de cette scène ?

Philippe SoIlers Revenons sur la définition du mot verrou : le verrou est un cylindre d’acier qui constitue comme un long piston et glisse longitudinalement dans un cylindre par un mouvement de va-et-vient permettant d’ouvrir ou de fermer. Ainsi est donnée la situation de notre tableau. La lumière - blanche, violente - qui éclaire les mains, la porte et le verrou, indique ici la bonne façon de fermer l’espace. Puis l’on observe, sur la gauche, un lit aux proportions considérables, aux draperies de couleur brûlante, sanglante, qui évoque un écorché. À côté, sur une petite table, un fruit, sans doute une pomme, qui ne peut pas ne pas évoquer un certain fruit défendu. Ce lit, on peut le lire comme une forme anthropomorphe : une énorme femme, une géante aux cuisses écartées, prête à accoucher, comme une grande fleur carnivore qui expulse. Qui expulse quoi ? Eh bien voyez-vous, une petite femme qui se jette hors du lit, en avant et la tête renversée, mais d’une façon somnambulique ou rêveuse, les yeux fermés. Elle se précipite vers quelqu’un, qui vient à sa rencontre et qui l’empoigne pour lui faire subir on ne sait quel embarquement pour Cythère. Mais un embarquement impossible, puisque tout est verrouillé. Le personnage masculin, lui, se présente de dos, les jambes écartées, les fesses très offertes au regard, peu vêtu, tout blanc - les couleurs ardentes étant toujours explicites dans le tableau. Ce « marin » est non seulement pieds nus mais sur la pointe des pieds, surplombant une situation qui risquerait d’être plus grande que lui. Il est en train de pousse le verrou pour accomplir son forfait. C’est une scène de théâtre, c’est un petit psychodrame qui illustre la résistance inutile, thème souvent traité par Fragonard. Elle, de la main droite, est en train de le repousser, mais semble-t-il, tout en l’attirant. Elle est bien décidée à refuser, tout en s’élançant avec une énergie considérable vers la consommation, action inévitable indiquée par la pomme. Fragonard aime saisir cet instant de la plus grande contradiction. Il ne s’agit même pas là d’acte sexuel, mais de la façon dont deux êtres, inconciliables, mais complices, sont en train de jouer la comédie. Ils ne sont peut-être pas faits pour s’entendre mais ils sont certainement faits pour comprendre quelque chose en même temps.

Cette femme a-t-elle vraiment l’air de résister ?

Fragonard inscrit cette résistance inutile, probablement le geste du plus grand abandon, dans le mouvement. Elle est partie pour une course renversée en plein sommeil, inscrite en torsade, pour faire semblant de repousser ce qu’elle accepte. Néanmoins, peut-être qu’une femme qui dit oui n’en finit pas de dire non ; ne soyons pas naïf. De toutes façons, cette action va indubitablement se renverser entre les jambes de cette grande plante carnivore formée par le lit… mais vous comprenez, je n’ai pas besoin d’insister. C’est comme La Raie de Chardin, vous voyez une raie si vous voulez, mais c’est bien évidemment autre chose. En tout cas, le personnage masculin, peut-être un gondolier, va s’emparer de cette fleur, de ce papillon surgi des entrailles de ce que l’on pourrait appeler la mère primitive. Vous savez, enlever une fille à sa mère, c’est quand même un gros travail. Et il n’y a rien de plus blasphématoire. C’est donc dans le plus grand secret qu’il va rapter cette fille à sa mère, l’arracher au flux des générations. C’est un tableau prodigieux de finesse, qui illustre évidemment la liberté de cette époque, liberté qui n’a jamais été telle auparavant et ne sera plus jamais la même après.

Philippe Sollers est écrivain
On lui doit un ouvrage sur Fragonard,
Les surprises de Fragonard
éditions Gallimard, 1998


Poursuivons l’enquête avec Artésémys

Le Verrou Partie 1 : Un viol en peinture ?

Le Verrou Partie 2 : Amour profane, amour sacré

oOo

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document