vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » Une journée en Enfer : Le Chant XXVIII de L’Enfer de Dante
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
Une journée en Enfer : Le Chant XXVIII de L’Enfer de Dante

Les représentations de Mahomet

D 23 janvier 2015     A par A.G. - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook



Dante, dans sa Divine Comédie, place Mahomet en Enfer. Vérifiez, c’est au chant XXVIII, dans le huitième cercle et la neuvième fosse qui accueillent, dans leurs supplices affreux, les semeurs de scandale et de schisme. Le pauvre Mahomet (Maometto) se présente comme un tonneau crevé, ombre éventrée « du menton jusqu’au trou qui pète » (c’est Dante qui parle, pas moi). Ses boyaux lui pendent entre les jambes, et on voit ses poumons et même « le sac qui fait la merde avec ce qu’on avale ». Il s’ouvre sans cesse la poitrine, il se plaint d’être déchiré. Même sort pour Ali, gendre de Mahomet et quatrième calife. Ce Dante, impudemment célébré à Rome, est d’un sadisme effrayant et, compte tenu de l’œcuménisme officiel, il serait peut-être temps de le mettre à l’Index, voire d’expurger son livre. Une immense manifestation pour exiger qu’on le brûle solennellement me paraît même inévitable.

Philippe Sollers, « Mahomet », le JDD, 26 février 2006.

*


Le Chant XXVIII illustré par Botticelli

Le Chant XXVIII de L’Enfer de Dante illustré par Botticelli.
ZOOM : cliquer sur l’image pour voir les détails.
Manet, <i>Lola de Valence</i>, 1862.

Dans la neuvième bolge [1], Mahomet, éventré de la gorge jusqu’au reins, les entrailles sorties, regarde les pèlerins sur le pont, s’ouvre la poitrine des deux mains et décrit le châtiment des fauteurs de scandale et de discorde, qu’un diable mutile et fend de son épée comme eux-mêmes divisèrent autrefois les religions par le schisme, les peuples et les familles par leurs provocations et leurs intrigues. Leurs blessures guérissent à mesure qu’ils parcourent la bolge jusqu’à ce qu’ils repassent près du diable qui leur inflige alors éternellement la même peine. Devant Mahomet marche son gendre Ali, fondateur de la secte chiite, le visage fendu. On reconnaît Pier da Medicina et Caius Curio près du pont devant les poètes [Dante et Virgile, à droite] ; le premier a le gosier fendu, le nez tranché jusqu’à la racine et une oreille coupé ; il empoigne Curio à la mâchoire pour lui ouvrir grand la bouche et montrer l’absence de cette langue qui poussa César à franchir le Rubicon.
On voit trois fois Mosca dei Lamberti, levant ses moignons de bras et, plus à gauche, le troubadour Bertrand de Born, qui, pour adresser la parole aux poètes, doit tenir à bout de bras sa propre tête, séparée de son corps tout comme lui-même avait divisé la tête de la maison royale d’Angleterre en opposant le père et le fils [2].

*


L’ Enfer, Chant XXVIII

Huitième cercle

Neuvième bolge : Fauteurs de schismes et de discorde, transpercés par l’épée d’un diable.
Vision de la neuvième bolge — Rencontre avec Mahomet — Pier della Medicina —
Bertrand de Born.

Samedi saint 9 avril 1300, 1heure de l’après-midi

CANTO XXVIII


Chi poria mai pur con parole sciolte
dicer del sangue e de le piaghe a pieno
ch’i’ ora vidi, per narrar più volte ?
Ogne lingua per certo verria meno
per lo nostro sermone e per la mente
c’ hanno a tanto comprender poco seno.
S’el s’aunasse ancor tutta la gente
che già, in su la fortunata terra
di Puglia, fu del suo sangue dolente
per li Troiani e per la lunga guerra
che de l’anella fé sì alte spoglie,
come Livïo scrive, che non erra,
con quella che sentio di colpi doglie
per contastare a Ruberto Guiscardo ;
e l’altra il cui ossame ancor s’accoglie
a Ceperan, là dove fu bugiardo
ciascun Pugliese, e là da Tagliacozzo,
dove sanz’arme vinse il vecchio Alardo ;
e qual forato suo membro e qual mozzo
mostrasse, d’aequar sarebbe nulla
il modo de la nona bolgia sozzo.
Già veggia, per mezzul perdere o lulla,
com’io vidi un, così non si pertugia,
rotto dal mento infin dove si trulla.
Tra le gambe pendevan le minugia ;
la corata pareva e ’l tristo sacco
che merda fa di quel che si trangugia.
Mentre che tutto in lui veder m’attacco,
guardommi e con le man s’aperse il petto,
dicendo : « Or vedi com’io mi dilacco !
vedi come storpiato è Mäometto !
Dinanzi a me sen va piangendo Alì,
fesso nel volto dal mento al ciuffetto.
E tutti li altri che tu vedi qui,
seminator di scandalo e di scisma
fuor vivi, e però son fessi così.
Un diavolo è qua dietro che n’accisma
sì crudelmente, al taglio de la spada
rimettendo ciascun di questa risma,
quand’avem volta la dolente strada ;
però che le ferite son richiuse
prima ch’altri dinanzi li rivada.
Ma tu chi se’ che ’n su lo scoglio muse,
forse per indugiar d’ire a la pena
ch’è giudicata in su le tue accuse ? ».
« Né morte ’l giunse ancor, né colpa ’l mena »,
rispuose ’l mio maestro, « a tormentarlo ;
ma per dar lui esperïenza piena,
a me, che morto son, convien menarlo
per lo ’nferno qua giù di giro in giro ;
e quest’è ver così com’io ti parlo ».
Più fuor di cento che, quando l’udiro,
s’arrestaron nel fosso a riguardarmi
per maraviglia, oblïando il martiro.
« Or dì a fra Dolcin dunque che s’armi,
tu che forse vedra’ il sole in breve,
s’ello non vuol qui tosto seguitarmi,
sì di vivanda, che stretta di neve
non rechi la vittoria al Noarese,
ch’altrimenti acquistar non saria leve ».
Poi che l’un piè per girsene sospese,
Mäometto mi disse esta parola ;
indi a partirsi in terra lo distese.
Un altro, che forata avea la gola
e tronco ’l naso infin sotto le ciglia,
e non avea mai ch’una orecchia sola,
ristato a riguardar per maraviglia
con li altri, innanzi a li altri aprì la canna,
ch’era di fuor d’ogne parte vermiglia,
e disse : « O tu cui colpa non condanna
e cu’ io vidi in su terra latina,
se troppa simiglianza non m’inganna,
rimembriti di Pier da Medicina,
se mai torni a veder lo dolce piano
che da Vercelli a Marcabò dichina.
E fa sapere a’ due miglior da Fano,
a messer Guido e anco ad Angiolello,
che, se l’antiveder qui non è vano,
gittati saran fuor di lor vasello
e mazzerati presso a la Cattolica
per tradimento d’un tiranno fello.
Tra l’isola di Cipri e di Maiolica
non vide mai sì gran fallo Nettuno,
non da pirate, non da gente argolica.
Quel traditor che vede pur con l’uno,
e tien la terra che tale qui meco
vorrebbe di vedere esser digiuno,
farà venirli a parlamento seco ;
poi farà sì, ch’al vento di Focara
non sarà lor mestier voto né preco ».
E io a lui : « Dimostrami e dichiara,
se vuo’ ch’i’ porti sù di te novella,
chi è colui da la veduta amara ».
Allor puose la mano a la mascella
d’un suo compagno e la bocca li aperse,
gridando : « Questi è desso, e non favella.
Questi, scacciato, il dubitar sommerse
in Cesare, affermando che ’l fornito
sempre con danno l’attender sofferse ».
Oh quanto mi pareva sbigottito
con la lingua tagliata ne la strozza
Curïo, ch’a dir fu così ardito !
E un ch’avea l’una e l’altra man mozza,
levando i moncherin per l’aura fosca,
sì che ’l sangue facea la faccia sozza,
gridò : « Ricordera’ ti anche del Mosca,
che disse, lasso !, ’Capo ha cosa fatta’,
che fu mal seme per la gente tosca ».
E io li aggiunsi : « E morte di tua schiatta » ;
per ch’elli, accumulando duol con duolo,
sen gio come persona trista e matta.
Ma io rimasi a riguardar lo stuolo,
e vidi cosa ch’io avrei paura,
sanza più prova, di contarla solo ;
_ se non che coscïenza m’assicura,
la buona compagnia che l’uom francheggia
sotto l’asbergo del sentirsi pura.
Io vidi certo, e ancor par ch’io ’l veggia,
un busto sanza capo andar sì come
andavan li altri de la trista greggia ;
e ’l capo tronco tenea per le chiome,
pesol con mano a guisa di lanterna :
e quel mirava noi e dicea : « Oh me ! ».
Di sé facea a sé stesso lucerna,
ed eran due in uno e uno in due ;
com’esser può, quei sa che sì governa.
Quando diritto al piè del ponte fue,
levò ’l braccio alto con tutta la testa
per appressarne le parole sue,
che fuoro : « Or vedi la pena molesta,
tu che, spirando, vai veggendo i morti :
vedi s’alcuna è grande come questa.
E perché tu di me novella porti,
sappi ch’i’ son Bertram dal Bornio, quelli
che diedi al re giovane i ma’ conforti.
Io feci il padre e ’l figlio in sé ribelli ;
Achitofèl non fé più d’Absalone
e di Davìd coi malvagi punzelli.
Perch’io parti’ così giunte persone,
partito porto il mio cerebro, lasso !,
dal suo principio ch’è in questo troncone.
Così s’osserva in me lo contrapasso ».

CHANT XXVIII


Qui pourrait jamais, même sans rimes,
redire à plein le sang et les plaies
que je vis alors, même en répétant son récit ?
Certes toute langue y échouerait
car notre discours et notre pensée
pour tant saisir ont peu d’espace.
Si même on rassemblait tous les humains
qui au pays tempétueux des Pouilles [3]
pleurèrent jadis d’avoir versé leur sang
pour les Troyens et pour la longue guerre [4]]]
qui rassembla un grand butin d’anneaux,
comme écrit Tite-Live, qui ne fait pas d’erreurs,
ceux qui sentirent la douleur des blessures
en combattant contre Robert Guiscard [5],
et ceux dont on recueille encore les os
à Ceprano [6], là où fut traître
tout Apulien, et à Tagliacozzo [7],
où vainquit sans armes le vieil Alard [8]
que l’un montrât ses membres transpercés,
l’autre son corps tronqué, cela ne serait rien
auprès de l’horreur de la neuvième bolge.
Jamais tonneau fuyant par sa barre ou sa douve
ne fut troué comme je vis une ombre,
ouverte du menton jusqu’au trou qui pète.
Ses boyaux pendaient entre ses jambes ;
on voyait les poumons, et le sac affreux
qui fabrique la merde avec ce qu’on avale.
Tandis que je m’attache tout entier à le voir,
il me regarde et s’ouvre la poitrine avec les mains,
disant : « Vois comme je me déchire :
vois Mahomet comme il est estropié.
Ali [9] devant moi s’en va en pleurant
la face fendue du menton à la houppe :
et tous les autres que tu vois ici
furent de leur vivant semeurs de scandale
et de schisme : et pour cette faute ils sont fendus.
Un diable est là derrière qui nous arrange
cruellement faisant passer tous les damnés
de cette troupe au fil de son épée,
quand nous avons fini le triste tour ;
car nos blessures sont déjà refermées
avant que nous soyons de nouveau devant lui.
Mais qui es-tu, qui t’arrêtes sur ce pont,
pour retarder peut-être le supplice
qui te fut infligé après ta confession. »
« Mort ne l’a pas saisi encore », dit mon maître,
« et nulle faute ne le mène aux tourments ;
mais pour lui en donner pleine expérience
je dois, moi qui suis mort, l’accompagner
par le bas enfer, de cercle en cercle :
c’est aussi vrai que je te parle. »
Il en fut plus de cent qui, lorsqu’ils l’entendirent,
s’arrêtèrent dans la fosse à me regarder,
dans la stupeur oubliant leur supplice.
« Toi qui bientôt verras peut-être le soleil,
dis donc à frère Dolcin [10] qu’il se pourvoie,
s’il ne veut pas me suivre ici bien vite,
d’assez de vivres pour que la neige
n’apporte pas aux Navarrais une victoire
qu’il aurait autrement trop de peine à gagner. »
Mahomet me tint ce discours,
un pied déjà levé pour s’en aller,
puis il le posa à terre, et s’éloigna.
Un autre qui avait la gorge transpercée,
le nez coupé jusque sous les cils,
et qui n’avait plus qu’une seule oreille,
resté de stupeur à me regarder
avec les autres, ouvrit avant les autres son gosier
qui était au-dehors tout rouge de sang,
et dit : « O toi que nulle faute ne condamne
et que je vis là-haut sur la terre latine,
si je ne suis trompé par trop de ressemblance,
souviens-toi de Pier da Medicina [11],
si jamais tu revois la douce plaine [12]
qui s’abaisse de Vercelli à Marcabo.
Et fais savoir aux deux grands de Fan [13],
à messire Guido et à Angiolello,
que si la prévision ici n’est pas vaine,
ils seront jetés hors de leur vaisseau
et noyés pierre au cou près de Cattolica [14],
par la trahison d’un cruel tyran.
Entre les îles de Chypre et de Majorque
jamais Neptune ne vit un si grand crime
commis par un pirate, ou par des gens d’Argos [15].
Le traître, qui ne voit que d’un œil,
et qui tient cette ville que quelqu’un ici-bas
voudrait bien ne jamais avoir vue,
les fera venir pour parlementer,
et puis il fera que ni vœux ni prières
ne les protègent du vent de Focara. »
Et moi : « Sois clair et montre-moi,
si tu veux que je porte là-haut de tes nouvelles,
celui qui a eu cette vision amère. »
Alors il posa la main sur la mâchoire
d’un de ses compagnons, et lui ouvrit la bouche
en criant : « Le voici [16], et il ne parle pas :
banni, il dissipa les doutes
de César, en affirmant que différer
a toujours nui à qui est prêt. »
O comme il me sembla plein d’épouvante,
avec sa langue tranchée dans le gosier,
Curion, qui fut si hardi à parler !
Un autre, qui avait les deux mains mutilées,
leva ses moignons dans l’air noir
si haut que son visage était souillé de sang.
Il cria : « Souviens-toi aussi de Mosca [17]
qui dit ces mots, hélas : "Chose faite est faite",
germe de maux pour le peuple toscan. »
Je continuai : « Et de mort pour ta race » ;
lui, accumulant douleur à la douleur,
s’en alla comme un homme à la fois triste et fou.
Moi je restai à regarder la troupe,
et je vis quelque chose que je craindrais
de conter simplement sans autre preuve :
si ce n’était que m’assure ma conscience,
bonne compagne qui rend l’homme libre
sous sa cuirasse de pureté.
Je vis, en vérité, et crois encore le voir,
un corps aller sans tête, comme faisaient aussi
les autres qui formaient ce triste troupeau.
Il tenait sa tête coupée par les cheveux,
suspendue à la main comme une lanterne,
elle nous regardait, et disait : « Hélas ! »
De soi-même à soi-même il faisait un flambeau ;
ils étaient deux en un, et un en deux :
comment cela se peut, seul le sait qui l’ordonne.
Quand il fut juste au pied du pont,
il éleva en l’air le bras avec la tête,
pour rapprocher ses paroles de nous,
qui furent : « Vois donc la peine épouvantable,
toi ,qui vivant viens visiter les morts :
vois si aucune est aussi grande ;
et pour que de moi tu portes des nouvelles,
sache que je suis Bertrand de Born [18],
celui qui donna les mauvais conseils au jeune roi.
Je fis se haïr entre eux père et fils :
Architofel, par ses pointes perfides,
ne fit pas plus contre David et Absalon.
Pour avoir divisé deux personnes si proches
je porte hélas mon cerveau séparé
de son principe, qui est dans ce tronc.
Ainsi s’observe en moi la loi du talion. »

Dante en ligne
Dante, L’Enfer. Texte original — Traduction et notes de Jacqueline Risset. Éditions Flammarion, 1985.
Dante, La Divine Comédie illustrée par Botticelli, Éditions Diane de Selliers, 2008.
Audio : Traduction : Antoine de Rivarol (1753-1801) MP3
Le commentaire du Chant XXVIII par Cristoforo Landino (1497). Traduction : M. Lantheaume (2004).

*


JPEG - 107.5 ko
Mahomet. Miniature du XIVe siècle.

Ce dessin médiéval (celui qui se trouve au centre) représente Mahomet (à droite) montrant ses entrailles à Dante et Virgile (à gauche). Il provient des tout premiers manuscrits illustrés de l’Enfer, datant du troisième quart du XIVe siècle (1350-1375), et conservé à la Bodleian Library d’Oxford. L’artiste est inconnu ; le manuscrit est connu comme « MS. Holkham misc. 48 », partie de la collection des manuscrits Holkham.

Liens utiles

La Divine Comédie de Dante, raciste, islamophobe et antisémite. Et alors ?
Dante et l’Islam.
Présences et influences islamiques dans l’œuvre de Dante Alighieri.
Représentation de Mahomet : "L’islam a perdu de vue sa propre histoire".
La minute culturelle : Mahomet vu par Dante.
800 ans avant Charlie, Mahomet déjà caricaturé.
Différentes représentations de Mahomet.


Toutes les représentations de Mahomet chez les artistes occidentaux, de Botticelli à Dali, trouvent leur source dans la description faite dans L’Enfer de Dante. Ci-dessous William Blake.

JPEG - 51.5 ko
W. Blake, The Schismatics and Sowers of Discord : Mahomet, 1824-27.
Zoom : cliquer ici

Inferno XXVIII, 19-42. « The poets are in the ninth chasm of the eighth circle, that of the Sowers of Discord, whose punishment is to be mutilated. Mahomet shows his entrails to Dante and Virgil while on the left stands his son Ali, his head cleft from chin to forelock. A winged devil with a sword stands on the right. In the distance, behind Mahomet, can be seen Bertrand de Born carrying his head in his hand. »
(c)1999 National Gallery of Victoria. Voir : Blake et La Divine Comédie.

*

[1Une bolge est, dans la Divine Comédie de Dante Alighieri, l’une des dix fosses concentriques encerclées de murs et surplombées de ponts rocheux semblables aux fortifications externes d’un château et qui constituent le malebolge, le huitième cercle de l’Enfer décrit aux chants XVIII à XXX. Cf. wikipedia.

[2Éditions Diane de Selliers, 2008, p. 155.

[3Cette locution désigne ici l’ensemble du royaume de Naples.

[4les Troyens : les Romains, parce que les Romains sont descendants d’Énée.
la longue guerre : la deuxième guerre punique, qui culmina dans la bataille de Cannes, où les morts romains furent si nombreux que les Cathaginois, entassant les anneaux d’or pris aux doigts des cadavres, en firent un tas immense.

[5Il conquit le royaume de Naples au XIe siècle.

[6Lieu stratégique au coeur du Royaume, qui fut abandonné sans aucune bataille. Dante le confond sans doute avec Bénévent, où mourut le roi Manfred avec beaucoup des siens.

[7Victoire remportée sur Corradin, fils de Manfred.

[8Alard de Valery, conseiller de Charles Ier d’Anjou.

[9Ali ibn Ali Talib, gendre de Mahomet et l’un de ses premiers fidèles ; il fonda ensuite une secte distincte.

[10Il prêchait la communauté de toutes choses, y compris des femmes. Le pape Clément V organisa contre lui une croisade. En 1305, Fra Dolcino prit le mont Zabello au Piémont, mais il manqua de vivres pendant les grandes chutes de neige, et fut contraint de se rendre au pape.

[11On ne sait presque rien de ce personnage ; il vécut entre Bologne et la Romagne ; il aurait passer sa vie à dresser les Bolognais les uns contre les autres.

[12La Lombardie.

[13Guido del Cassero et Angiolello da Carignano ; ils furent jetés à la mer dans des sacs sur l’ordre de Malatestino, le tyran félon (cf. Enfer, XXVII, 46-48).

[14Entre Pesaro et Rimini, sur l’Adriatique.

[15Les Grecs, et les pirates grecs.

[16Curion, tribun du peuple qui, banni de Rome, poussa César à franchir le Rubicon.

[17Mosca dei Lamberti, Florentin ; à la suite de ses conseils, les Amidei et les leurs décidèrent de tuer Buondelmonte, qui avait abandonné une jeune fille de leur famille. La mort de Buondelmonte, à Pâques 1215, fut considérée comme l’origine des discordes de Florence.

[18Célèbre troubadour, seigneur du château de Hautefort, dans le Périgord ; il vécut dans la deuxième moitié du XIIe siècle ; Dante le loue comme poète des armes dans le De Vulgairi eloquentia, et pour sa libéralité dans le Convivio. Feudataire du roi d’Angleterre Henri II, il sema la discorde entre le roi et son fils Henri III.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document