vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » Pour être dit
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS

Paradis

Pour être dit

D 18 février 2006     A par Viktor Kirtov - C 3 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook



Le coffret Paradis est composé de sept cassettes audio.

Sur pileface : La Révolution - Paradis.


De : Dominique BROUTTELANDE
[mailto:dominiquebrouttelande@yahoo.fr]
Envoyé : samedi 18 février 2006
À : vk
Objet : Paradis

[...] Voilà la "4ème" de couverture du coffret et une cassette. [...]

Peu de lecteurs savent que Paradis a été pensé en 3 volumes [...]. A l’image, au moins, de la Divine Comédie. Un second volume est paru en 86, puis plus rien.

A l’occasion d’une rencontre en octobre 2000, à la parution de son livre d’entretiens sur DANTE, je lui avais rappelé l’annonce de cette "Trinité"... Outre le fait qu’il m’ait fait remarquer que j’avais bonne mémoire...il m’avait indiqué que cela se poursuivait toujours... [...]

D BROUTTELANDE

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


3 Messages

  • V. K. | 6 novembre 2012 - 17:53 1

    En réponse à Insterburg...
    A défaut d’édition critique de Paradis en Pléiade, rappelons toutefois :

    L’Edition critique et commentée du Paradis de Sollers
    par Thierry SUDOUR en soutenance de thèse.

    ainsi que l’analyse de Paradis dans Une Métaphysique de l’infini
    par Armine Kotin MORTIMER.


  • anonyme | 6 novembre 2012 - 11:43 2

    Connaissiez vous Monsieur Philippe ; Madame Julia ; car l’un lira l’autre ; je suppose ; le roman du Cubain José Lezama Lima : Paradiso dont on m’a dit qu’il écrivait comme il respirait -or c’était un asthmatique. Moi je ne l’ai pas lu non plus ; mais moi ; sudiste ; j’aurais dû peut être. On ne sait jamais ce que l’on perd de n’avoir pas lu, su lire. On ne sait jamais ce que l’on perd de n’avoir su que lire. Peu de gens savent lire. Et quand ils le font, leur ombre est celle de leur livre ouvert. On se lit, bien sûr, plus qu’on ne lit.


  • Insterburg | 6 novembre 2012 - 09:01 3

    PARADIS, édition annotée, mériterait sans conteste la pléïade.