vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » Alain Robbe-Grillet, vous connaissez ?
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
Alain Robbe-Grillet, vous connaissez ?

D 19 février 2008     A par Viktor Kirtov - C 2 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


C’était la question posée à des lycéennes dans la chronique du matin "Esprit critique" de Vincent Josse suivant l’annonce du décès d’Alain Robbe-Grillet sur France-Inter. Brève évocation de l’auteur et réponse
dans le podcast de l’émission, ci-après :

Esprit critique du 19/02/2008

L’INA rend hommage à Alain Robbe Grillet en ouvrant ses archives. c’est ici.

—oOo—


Sa dernière prestation télévisée


avec Frédéric Taddéi le 24 octobre 2007

retransmise en fin d’émission Ce soir ou jamais du 18/02/2008.

Lancer l’émission et placer le curseur
à 1heure 02...

—oOo—


Alain Robbe-Grillet interviewé par France Culture en 1975> (1 min) 3 sec)

« Je n’ai jamais été étant enfant un très grand lecteur (...) J’ai commencé à écrire sans savoir comment on était censé écrire. »

Alain Robbe-Grillet dans l’émission Culture Vive :

—oOo—

Robbe-Grillet sur Duras


Robbe-Grillet sur Duras par arc3

—oOo—

C’est en 1953 que cet ingénieur agronome publie Les Gommes. Plusieurs
autres titres, suivront ce premier livre. Tous dynamitant les acquis du
roman traditionnel et faisant rapidement de Robbe-Grillet le héraut de l’école du Nouveau Roman.

Dans le même temps, Alain Robbe-Grillet commence à travailler pour le cinéma, notamment sur le scénario de L’Année dernière à Marienbad, réalisé par Alain Resnais en 1961.

Deux ans plus tard, il passe derrière la caméra avec L’Immortelle et d’autres films diversement sulfureux, notamment Glissements progressifs du plaisir, et voici deux ans, Gradiva. En 2000, Robbe-Grillet avait aussi joué le rôle d’Edmond de Goncourt dans Le Temps retrouvé, mis en scène par Raoul Ruiz.

En mars 2004, Alain Robbe-Grillet avait été élu membre de l’Académie Française. Il ne fut pourtant jamais reçu sous la Coupole : refus de porter l’habit vert. Ce qui devait être l’aboutissement d’ une carrière est ainsi devenu la consécration d’une personnalité : celle, frondeuse, anticonformiste et parfois sulfureuse de Robbe-Grillet.

Décédé le 19/02/2008, il avait 85 ans. L’étiquette de « pape » du Nouveau roman réapparaît sous la plume des chroniques, années aussi de la "Nouvelle vague" pour le cinéma. il était conseiller littéraire pour les éditions de Minuit et cinéaste.

Crédit : ww.rfi.fr

—oOo—

J’ai mis trois ans à dire que Les Gommes c’était Oedipe roi, aucun critique ne l’avait vu, aucun lecteur, sinon Samuel Beckett.

Alain Robbe-Grillet

Il est mon père et mon mari. Nous connaissons les limites au-delà desquelles nous ne voulons pas aller.

Catherine Robbe-Grillet

—oOo—

La polémique du "Nouveau roman" :

Pierre de Boisdreffre, à l’adresse d’Alain Robbe-Grillet :

Il en est de la lecture de vos livres comme de la typhoïde selon le Maréchal de Mac Mahon : on en meurt ou on en reste idiot.

Que je sache, ricane Robbe-Grillet dans l’intimité, il n’en est pas mort ! .

—oOo—

Sollers et Robbe-Grillet

Philippe Sollers, de 14 ans son cadet, s’est brièvement abrité sous l’ombrelle subversive du Nouveau roman. C’était à ses débuts littéraires, mais Sollers n’est pas écrivain à vivre dans l’ombre d’un autre, aussi créa t-il, très vite, sa propre église avec la revue Tel Quel pour propager son évangile. Rivalité et divergences que l’on retrouve dans les propos pas toujours amènes de Ph. Sollers à l’égard de son aîné.
Le paragraphe que lui consacre Sollers dans ses Mémoires, ici.

Notons aussi, que dès le N°2 (été 1960) de sa revue Tel Quel, Philippe Sollers signait un article : Sept propositions sur Alain Robbe-Grillet (qui sera prochainement mis en ligne sur pileface)
Et dans le N° 5 (printemps 1961), un nouvel article de 14 pages : l’année dernière à Marienbad, sous titré (fragment du scénario original) et signé : Alain Robbe-Grillet. Scénario pour lequel il obtiendra Le Lion d’Or à Venise tandis qu’Alain Resnais recevait celui du réalisateur. Le sujet Alain Robbe-Grillet est bien cadré dans les débuts de Tel Quel.

—oOo—

Liens

Robbe-Grillet sur le site de son éditeur, les éditions de Minuit, avec des extraits de ses livres.

Le provocateur institutionnel, Le Figaro, 19/02/2008 (ou en archive pdf)

—oOo—

Emissions


Europe 1
mardi 19 février 15h à 16h : rediffusion de l’émission que lui avait consacré Frédéric Taddeï le 8 mai 2007.

France Culture Autre hommage avec deux émissions :

"Les mardis littéraires" de 10H00 à 11H00 rediffuse une émission de 2001 qui avait pour invité l’écrivain,

et "Tout arrive" de 12H00 à 13H30, passera l’intégralité d’un entretien avec l’auteur disparu, enregistré en 2005.

Lundi 25 février, à partir de 13H00, la webradio de France Culture rediffusera l’intégralité des échanges entre Alain Robe-Grillet et Jean Thibaudeau, enregistrés en 1975.

—oOo—

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


2 Messages

  • A.G. | 23 février 2008 - 16:04 1

    Quelques documents sur internet

    1. Rediffusion de l’émission « Les jeudis littéraires » du 11 Octobre 2001.
    Pascale Casanova recevait Alain Robbe-Grillet, Guy Scarpetta et Mireille Calle Gruber, à l’occasion de la parution La reprise (Minuit, 2001) et Le voyageur (Bourgois, 2001).
    {{ Hommage à Alain Robbe-Grillet (19-02-08)}}

    2. Autre rediffusion :
    {{ Tout arrive : Entretien du 13 décembre 2005}}

    3. Un site sur le Nouveau roman avec des extraits du livre de Robbe-Grillet, Pour un nouveau roman, sur la notion de "personnage".

    4. Des témoignages dans les Archives de Radio-Prague

    5. Et enfin une émission d’Apostrophes du 18/01/1985 que l’INA présente ainsi :

    « Bernard PIVOT reçoit Friedrich DURRENMATT, écrivain suisse allemand, Alain ROBBE-GRILLET, Philippe SOLLERS et Jean-Louis CURTIS qui ont publié chacun un roman autobiographique.
    Bernard Pivot s’entretient d’abord avec Jean Louis Curtis à propos de "Une éducation d’écrivain" dans lequel il est question de l’éveil d’un enfant à la littérature qui devient passion d’écrire. Jean Louis Curtis rend hommage, au passage, à Pierre Benoit et à la comtesse de Ségur ; il est plus réservé quant au "nouveau roman" ; la polémique s’engage donc avec Alain Robbe-Grillet au sujet de l’importance excessive donnée par la critique au "Nouveau roman". Friedrich Durrenmatt se dit, lui, peu intéressé par les "chapelles" littéraires. " C’est typiquement français ".
    Alain Robbe-Grillet présente " Le Miroir qui revient ", dans lequel il parle de son enfance dans un milieu monarchiste, proche d’ "Action française" ( à noter l’emploi de l’expression "les vrais gens" .) ... Explique qu’il est parti en Allemagne comme volontaire du STO et se dit " ennemi de toute signification faite à l’avance... je prétends que l’homme dans le monde n’est pas là pour reproduire gnan-gnan-gnan des significations toutes faites ; chacun est là sur terre pour inventer la signification du monde... " ; il polémique avec Philippe Sollers à propos de l’oeuvre de Roland Barthes, à propos duquel il évoque une confidence du maître au sujet de la possible imposture des dernières années de sa vie. "Vendre le cadavre de ses amis (dans "Femmes" de Sollers), je trouvais ça très choquant..." Sollers de marbre déclare n’avoir pas compris les propos de Robbe-Grillet " sur la vente de cadavre ; c’est vraiment une interprétation erronée...je sais pas de quoi on parle, là...". Ces deux auteurs paraissent donc très en froid l’un envers l’autre.
    Philippe Sollers présente à son tour son roman " Portrait du joueur ". Bernard Pivot en souligne les passages les plus "mouvementés" et lance un clin d’oeil complice à Durrenmatt au passage... " la vie littéraire française est terrifiante ". Philippe Sollers explicite certains thèmes : " Je crois que l’érotisme est une façon de retrouver la mémoire, fondamentalement, et de retrouver son enfance ; c’est un peu comme un conte de fée, quelque chose comme un rituel, qui permet de retrouver la mémoire ; y’a pas que la petite madeleine de Proust...". Alain Robbe-Grillet refuse de donner en retour une opinion sur le livre de Philippe Sollers. N’a pas eu le temps de lire Sollers...." est-ce qu’il faut absolument que j’ai une opinion sur le livre de Sollers ? ".... Incrédulité totale de Pivot devant cette dérobade de Robbe-Grillet...La joute à fleuret moucheté va continuer encore de longues minutes entre Sollers et Robbe-Grillet...
    Friedrich Durrenmatt parle de "La mise en oeuvres", mélange de philosophie et de religion, avoue que ce qui est le plus intéressant ce sont les motifs non écrits pour lesquels il écrit. Bernard Pivot demande à tous, en conclusion, si la littérature ne serait pas, par hasard, en train de disparaître lentement sous nos yeux [sic]. »

    {{ Jeux de mémoire}}


  • A.G. | 21 février 2008 - 11:11 2

    On n’est jamais si bien servi que par soi-même :

    Alain Robbe-Grillet par lui-même

    Un avis ? L’écrivain restera - comme Julien Gracq, en plus drôle -, le cinéaste aura rivalisé avec... Marcel Lherbier - en plus drôle -, l’homme avait en effet un humour extraordinaire et contagieux (souvenir personnel d’un repas, en compagnie de Jean Rouch, en 1982, à Avignon, alors qu’avait lieu, en off, un Forum du cinéma français de... série B).