vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers et la musique » Cecilia Bartoli par Cecilia Bartoli
  • > Sollers et la musique
Cecilia Bartoli par Cecilia Bartoli

Bonus : Cecilia Bartoli et Martha Argerich pour la première fois ensemble

D 2 août 2019     A par Albert Gauvin - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook



La mezzo-soprano Cecilia Bartoli évoque son parcours personnel et musical avec Lionel Esparza. Deux heures trente de bonheur. Et quelques minutes de plus.

JPEG - 17.3 ko
Cecilia Bartoli, © Uli Weber / Decca

Cecilia Bartoli (1/5) : "J’ai grandi à l’opéra"

Une enfance romaine : premier volet de nos entretiens avec la mezzo-soprano Cecilia Bartoli. Elle raconte son enfance à Rome, élevée par des parents chanteurs, tous deux choristes à l’Opéra de Rome.

Programme musical

Agostino Steffani, La Liberta contenta - Acte II, Scène 9 : "Svenati struggiti combatti suda" (Alcibiade)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), I Barocchisti, Diego Fasolis (direction)
Decca 4784732
Giacomo Puccini, Manon Lescaut - Acte I : "Vedete lo son fedele"
Mirella Freni (soprano), Luciano Pavaraotti (ténor), Orchestre du Metropolitan Opera de New York, JAmes Levine (direction)
Decca 440200-2
Giuseppe Verdi, Aïda - Acte II, Scène 2 : "Vieni o guerriero vindice"
Orchestre et choeur de l’Académie Sainte-Cécile de Rome, Antonio Pappano (direction)
Warner Classics 0825646106639
Giacomo Puccini, Tosca - Acte III : "Io de’ sospiri"
Dominick Martinez (contralto), Philharmonia Orchestra, James Levine (direction)
EMI 7493642
Georg Friedrich Haendel, La Resurrezione di Nostro Signor Gesù Cristo HWV 47 - Première partie : ’Disserratevi o porte d’averno’ (Air de l’ange)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Les Musiciens du louvre, Marc Minkowski (direction)
Decca 475 6924
Manuel Garcia, El Poeta calculista - "Yo que soy contrabandista" (air du poète)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Orchestre La Scuintilla, Adam Fischer (direction)
Decca 4759077
Léo Delibes, Les Filles de Cadix
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Myung Whun Chung (piano)
Decca 452667-2
Gioacchino Rossini, Bolero pour mezzo-soprano et piano
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano) & James Levine (piano)
Decca 455513-2
Wolfgang Amadeus Mozart, Don Giovanni - Acte I, Scène 4 : "Batti batti o bel Masetto"
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Orchestre de chambre de Vienne, György Fischer (direction)
Decca 443452-2

*

Cecilia Bartoli (2/5) : "La télévision est une arme à double tranchant"

JPEG - 27.1 ko
Cecilia Bartoli, © Uli Weber / Decca

Deuxième volet de nos entretiens avec la mezzo-soprano Cecilia Bartoli. Elle raconte son passage à la télévision italienne en 1985, une expérience "assez fellinienne" dit-elle, qui lui a permis de se faire connaître rapidement du grand public italien, et accéléré le lancement de sa carrière.

Programme musical

Alessandro Scarlatti, Cantata per la notte del Santissimo Natale : "All’arme si accesi guerrieri" (Air de la Paix)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Les Musiciens du Louvre, Marc Minkowski (direction)
Decca 475 6924
Gioacchino Rossini, Le Barbier de Séville - Acte I, Scène 2 : "Dunque io son" (Duo Rosina et Figaro)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Leo Nucci (baryton), Orchestre du Théâtre communal de Bologne, Giuseppe Patane (direction)
Decca 425520-2
Gioacchino Rossini, Le Barbier de Séville - Acte I, Scène 2 : "Una voce poco fa" (Air de Rosina)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Orchestre du Théâtre communal de Bologne, Giuseppe Patane (direction)
Decca 425520-2
Gioacchino Rossini, La Cenerentolla - Acte II, Scène 9 : "Della fortuna instabile" / "Nacqui all’affanno"
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Orchestre et Chœur du Théâtre communal de Bologne, Riccardo Chailly (direction)
Decca 436902-2
Wolfgang Amadeus Mozart, Requiem en ré min K 626 : Recordare
Arleen Auger, Cecilia Bartoli, Vinson Cole, René Pape, Orchestre Philharmonique de Vienne, Georg Solti (direction)
Decca 433688-2
Wolfgang Amadeus Mozart, Don Giovanni - Acte II, Scène 2 : "In quali eccessi o numi" / "Mi tradi quell’ almaingrata" (Donna Elvira)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Orchestre de chambre de Vienne, György Fischer (direction)
Decca 443452-2

*

Cecilia Bartoli (3/5) : "Ecouter Mozart sur instruments d’époque, c’était une révélation"

JPEG - 42.5 ko
Cecilia Bartoli (1989), © Marcos Quinones

D’un chef à l’autre : troisième volet de nos entretiens avec Cecilia Bartoli. Au début des années 90, sa carrière internationale prend de l’ampleur. Elle revient sur trois grandes figures qui ont beaucoup compté pour elle : Daniel Barenboïm, Nikolaus Harnoncourt et Christopher Hogwood.

Programme musical

Georg Friedrich Haendel, Rinaldo HWV 7a - Acte II, Scène 4 : "Lascia ch’io pianga" (air d’Almirena)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Academy of Ancient Music, Christopher Hogwood (direction)
Decca 467087-2
Wolfgang Amadeus Mozart, Cosi fan tutte - Acte II : "E amore un ladroncello" (air de Dorabella)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Orchestre de chambre de Vienne, György Fischer (direction)
Decca 430513-2
Wolfgang Amadeus Mozart, Les Noces de Figaro - Acte I : "Non so più cosa son cosa faccio" (Air de Cherubino)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Orchestre philharmonique de Vienne, Claudio Abbado (direction)
Deutsche Grammophon 445903-2
Joseph Haydn, Armida - Acte III : "Ah, non ferir : T’arresta"
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Concentus Musicus Wien, Nikolaus Harnoncourt (direction)
Teldec 8573-81108-2
Wolfgang Amadeus Mozart, La Clémence de Titus - Acte I : "Parto ma tu ben mio" (Air de Sesto)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Academy of Ancient Music, Christopher Hogwood (direction)
L’Oiseau-Lyre 444131-2
Gioacchino Rossini, Le Barbier de Séville - Acte I, Scène 2 : "Mi par d’essere con la testa" (Tutti)
Cecilia Bartoli, William Matteuzzi, Leo Nucci, Enrico Fissore, Paata Burchuladze, Gloria Banditelli, Michele Pertusi
Choeur et orchestre du Théâtre communal de Bologne, Giuseppe Patane (direction)
Decca 425520-2

*

Cecilia Bartoli (4/5) : "Ce que Vivaldi a écrit pour la voix, c’est pas humain !"

JPEG - 28.7 ko
Cecilia Bartoli (Berlin, 2000), © Getty / Leiser/ullstein bild

La révolution Vivaldi : quatrième volet de nos entretiens avec Cecilia Bartoli. Elle revient sur l’enregistrement et la parution de son album ’Vivaldi’ en 1999, album qui va connaître un succès phénoménal.

Programme musical

Antonio Vivaldi, La Griselda RV 718 - Acte III : "Dopo un’orrida procella" (Air d’Ottone)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Il Giardino Armonico, Giovanni Antonini (direction)
Decca 466569-2
Antonio Vivaldi, "Di due rai languir costante", air pour mezzo-soprano et orchestre
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Il Giardino Armonico, Giovanni Antonini (direction)
Decca 466569-2
Nicola Porpora, Siface - Acte II, Scène 4 : "Come nave in mezzo all’onde" (air de Siface)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Il Giardino Armonico, Giovanni Antonini (direction)
Decca 478 1521
Agostino Steffani, Servio Tullio - Acte II, Scène 7 : "Ogni core puo sperar" (Tanaquil)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), I Barocchisti, Diego Fasolis (direction)
Decca 4784732
Vincenzo Bellini, La Somnambule - Acte I : "Ah costante nel tuo nel mio seno"
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Juan Diego Flores (ténor), Orchestre La Scintilla, Alessandro de Marchi (direction)
L’Oiseau-Lyre 478 1087
Vincenzo Bellini, Norma - Acte I, Scène 4 : "Casta diva"
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), International Chamber Soloists, Orchestre La Scintilla,Giovanni Antonini (direction)
Decca 478 3517

*

Cecilia Bartoli (5/5) : "La voix, c’est l’instrument le plus proche de l’âme !"

JPEG - 19.5 ko
Cecilia Bartoli, © Uli Weber / Decca

Dernier volet de nos entretiens avec la mezzo-soprano Cecilia Bartoli.

Programme musical

Vincenzo Bellini, Les Puritains - Acte II : "Qui la voce sua soave" (air d’Elvire)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Orchestre La Scintilla, Adam Fischer (direction)
Decca 4759077
Pérotin, Beata viscera Mariae Virginis
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Choeur de la chapelle Sixtine, Massimo Palombella (direction)
Nicola Porpora, Germanico in Germania - Acte II, Scène 8 : "Parto ti lascio o catra" (Air d’Arminio)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Il Giardino Armonico, Giovanni Antonini (direction)
Decca 478 1521
Antonio Vivaldi, Orlando Furioso - Acte I, Scène 5 : "Nel profondo" (Air d’Orlando)
Marilyn Horne (mezzo-soprano), I Solisti Veneti, Claudio Scimone (direction)
Erato ECD88190
Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour piano n°20 en ré min K 466 - II. Romance
Martha Argerich (piano), Orchestre Mozart, Claudio Abbado (direction)
Deutsche Grammophon
Hugo Wolf, Gedichte von Eduard Mörike - 19. Um Mitternacht
Christa Ludwig (mezzo-soprano), Gerald Moore (piano)
Warner Classics 0190295690205/1
Pietro Mascagni, L’ami Frizt - Acte II : "Tutto Tace" (Duo Suzel Fritz)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Luciano Pavarotti (ténor), Orchestre La Scintilla, Adam Fischer (direction)
Decca 478 2249
Georg Friedrich Haendel, Il Trionfo del tempo e del disinganno HWV 46a - Acte II : "Come nembo che fugge col vento" (Air du Plaisir)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Les Musiciens du Louvre, Marc Minkowski (direction)
Decca 475 6924
Wolfgang Amadeus Mozart, Les Noces de Figaro - Acte III : "Dove sono i bei momenti" (Air de la Comtesse)
Cecilia Bartoli (mezzo-soprano), Orchestre de chambre de Vienne, György Fischer (direction)
Decca 443452-2

France Musique. Les grands entretiens.
De Rossini à Vivaldi, le parcours musical de Cecilia Bartoli
Le site de Cecilia Bartoli

*

Purcell - Ode for St. Cecilia’s Day - "Hail, bright Cecilia !"

*

Cecilia

Elle est italienne et romaine, sa mère était soprano et son père ténor, elle s’appelle Cecilia, comme la sainte protectrice de la musique, et on a envie de l’introduire, sur scène au son triomphal de l’Ode à sainte Cécile de Purcell. À 34 ans, tout le monde la connaît, elle est venue souffler en tempête et en douceur pour réveiller la voix de l’hypnose où a voulu l’enfermer le XIXe siècle. C’est une sorcière, une fée, une joueuse, une beauté forte et allègre, un génie réveillé. Elle chante, et tout, devient plus vibrant, plus fou, plus délicat, plus libre. C’est l’effet Bartoli.
Bien entendu, on a voulu d’abord l’enfermer dans le rôle de la diva d’autrefois, Callas, corps lourd, maman ténébreuse, long hurlement de sommeil, dictature du mélodrame. Dans son magnifique Shakespeare [1], Tomasi Di Lampedusa décrit ainsi l’effondrement du goût italien et européen : « L’infection a commencé tout de suite après les guerres napoléoniennes. Et elle a progressé à pas de géant. Durant plus d’un siècle, pendant huit mois de l’année dans toutes les grandes villes, pendant quatre mois dans les petites, et pendant deux ou trois semaines dans les agglomérations encore plus petites, des milliers, des dizaines de milliers, des centaines de milliers d’italiens sont allés à l’Opéra. Et ils ont vu des tyrans égorgés, des amants se donnant la mort, des bouffons magnanimes, des nonnes pluripares et toutes sortes d’inepties déballées devant eux dans un tourbillon de bottes en carton, de poulets rôtis en plâtre, de prima donna au visage enfumé et de diables qui sortaient du plancher en faisant la nique. Tout cela stylisé, sans éléments psychologiques, sans développement, tout cru et tout nu, brutal et irréfutable... Le chancre absorba toutes les énergies artistiques de la nation : la musique c’était l’Opéra, le théâtre c’était l’Opéra, la peinture c’était l’Opéra... L’art devait être facile, la musique chantable, un drame se composait de coups d’épée assaisonnés de trilles. Ce qui n’était pas simple, violent, à la portée du professeur d’université comme du balayeur de rue n’avait pas droit de cité. »
Or que dit, de son côté, Cecilia Bartoli ? « C’est toute une partie de notre culture qui a été négligée au profit de Verdi et de Puccini. Je ne veux pas penser qu’on ait pu oublier Vivaldi, Haydn ou Haendel... Avec d’autres jeunes artistes nous allons essayer de toutes nos forces de les faire revivre. Il faut que cela change. À la Scala, Muti a œuvré en faveur de Mozart et de Pergolèse, mais pas assez. »
C’est donc une guerre, la guerre du goût. Guerre musicale, physique, politique. Contre l’oubli intéressé, l’aplatissement, la bêtise satisfaite, la lourdeur, le refoulement. Contre les notables, indifférents à la complexité des notes ; contre l’éternel bourgeois devenu, avec le temps, petit-bourgeois populiste. Contre une fausse image de « la femme » emprisonnée et corsetée dans sa mélancolique mélopée. Cecilia est vive, gaie, frondeuse, elle suit ce qu’elle appelle son « désir ardent ». Rien ne semble pouvoir l’en détourner. On lui offre beaucoup d’argent pour chanter dans des stades américains ? Non, dit-elle, douze cents places suffisent, on ne vend pas un grand vin comme du Coca-Cola. La musique est un grand vin, tant pis pour ceux qui n’ont pas envie de le connaître. Une femme de désir ? Oui, le contraire de l’idole passive. Elle se découvre elle­-même en chantant Le Triomphe du temps et de la désillusion de Haendel (« un symbole en soi : j’y ai vu mon futur »). « Grâce à Harnoncourt, je découvrais la vigueur, la richesse, l’éclat des partitions baroques originales. Je réalisais combien la tradition d’interprétation romantique, par strates successives, avait simplifié, étouffé dans un vibrato de plus en plus envahissant, toute une palette de couleurs, de nuances, de dynamiques absolument uniques de l’histoire de la musique. À partir du XIXe siècle, les voix montent en puissance afin de pouvoir franchir le mur du son d’une fosse d’orchestre de plus en plus étoffée. Le volume prend le pas sur la sensibilité. L’aigu triomphe ; jusqu’aux extrêmes actuels. »

Que s’est-il passé ? Une erreur d’aiguillage, un dérapage, une sourde haine du corps et de son autonomie, un mépris de l’individu souple, subtil. La musique est une manifestation de philosophie générale, un art de vivre à chaque instant. Une révolution était en marche ; une contre-révolution a eu lieu. On a voulu canaliser et égaliser les voix, fossoyer la nuance, éteindre la magie verbale, empêcher l’ironie, pétrifier l’érotisme, plomber la langue. Érotique, Cecilia ? Ô combien. .. Voyons Cosi fan tutte : « Despina a deux airs charmants et une relation délicate avec l’orchestre pendant tout l’opéra. Le personnage est délicieux et le clin d’œil coquin me va bien. C’est pour cela que j’aime tant les récitatifs. Il est très important de jouer en italien, de rendre à la langue sa juste expression, si souvent négligée par des chanteurs qui ne la maîtrisent pas parfaitement. » L’italien ? Oui, mais aussi, pourquoi pas, le français. « La France est le pays de la chose. Après l’italien, c’est la langue française qui dit le mieux la chose. » Les sourds pensent que « la chose » est dans le sexe, alors qu’elle est d’abord dans la voix. La voix, sa multiplicité, son ampleur, sa profondeur, ses accents, ses caresses. Sa lenteur émerveillée ou bien sa rapidité fulgurante. La voix, cet instrument fragile et très ancien, « le plus proche de l’ âme ». « Quand vous chantez, avec un souffle bien placé, soutenu par le diaphragme, les cordes vocales restent bien tendues, vibrent latéralement, un peu à l’image des cordes d’un violon frottées par l’archet. J’ai vu des photos de cordes vocales bousillées par une mauvaise technique : elles portent de petits nodules qui empêchent la bonne tension et entravent le passage de l’air. » Technique impeccable de Cecilia. Comment fait-elle pour torsader ainsi son souffle et sa gorge ? Écoutez-la dans Vivaldi, c’est inouï. Écouter surtout Agitata da due venti, et comment elle prononce le mot naufragar.

Quelle joie dans ce naufrage ! Tutta la vita e un mar : quel plaisir de penser que toute la vie est une mer, une navigation incessante ! Elle est à bord, parmi les cordages, Cecilia, elle commande un orchestre de pirates, elle les encourage en tapant du pied, elle les électrise, les jazze, elle arrache Venise à des tonnes de clichés sentimentaux ou touristiques, pour en faire ce qu’ elle est, la reine du vent, de l’eau , du bois sec, de l’œil clair. Elle est déchaînée, roucoulante, brûlante, ahurissante, mais la voici tout à coup en dialogue d’oiseau charmeur. Du tourbillon à la nuit d’ été calme, la musique vous ouvre les paysages. De là, vous passez au récitatif mozartien, mi-chanté mi-parlé. On est enfin dans la vérité qui est le contraire du vérisme. « Je crois que si la mode de l’opéra vériste est passée, c’est parce que l’an 2000 est plus en phase avec l’esprit du XVIIIe siècle, grave et fantaisiste, obligeant à un jeu permanent avec les faux-semblants — je pense à la double entente des scènes mozartiennes — et l’ironie... Les Noces, c’est socialement révolutionnaire. Don Giovanni, c’est carrément no future, les personnages sont coincés dans leur solitude. Quant à Cosi fan tutte, on y apprend tout et son contraire. Un peu comme à notre époque. » Révolutionnaire, Cecilia ? Mais oui : « Les gens sont tellement bombardés d’informations qu’ils ne distinguent plus (politiciens compris) réalité et fiction, ils échangent des commérages sur Internet, ne savent plus parler, jouer, établir le contact avec l’autre. Ils parlent de spectacles qu’ils n’ont pas vus mais dont ils ont lu les critiques. Ils s’entourent du savoir des choses sans vivre ces choses, construisent leur propre tombe avant d’être morts. » La musique, le chant sont des façons de vivre constamment, jusqu’au bout. Pas de temps perdu, pas de temps mort. « Harnoncourt est quelqu’un qui a le courage de prendre la musique à bras-le-corps, non pas de manière agressive mais sans timidité, pour montrer ce qu’il éprouve au fond de lui, pour en tirer des accents exaltants. » Le souvenir le plus émouvant pour Cecilia : « Le Requiem de Mozart sous la direction de Solti, à la cathédrale Saint-Étienne de Vienne. »

Elle insiste : elle veut être un instrument parmi d’autres, et non pas poussée artificiellement au premier plan. « Lorsque je chante, je dialogue avant tout avec la clarinette et l’alto. » La musique est d’abord une conversation, un échange, une transmutation, un art des renversements, le contraire, donc, de la publicité ou de la propagande. Elle doit laisser place à l’improvisation, à l’invention des cadences. « Le récitatif est une école de liberté. Sur scène, il défile dans ma tête comme je le parlerais dans la vie. J’attends alors de mes accompagnateurs — le clavecin ou l’orchestre — qu’ils réagissent à mon écoute. Cet art repose sur la flexibilité des musiciens qui devraient avoir la musique dans les doigts, dans l’archet, et les paroles dans la bouche. Et réciproquement. » Elle demande conseil à Harnoncourt. Il lui dit : « Écoute, entends ce que l’orchestre te suggère avant d’entamer ta phrase. C’est lui qui te parle. » Encore une fois, la grande erreur, la contre-révolution puritaine auront été de vouloir tout codifier en séparant la musique des mots. « Si vous lisez un manuscrit de Mozart, mis à part quelques piano et quelques forte, vous y trouverez très peu d’indications ; c’est à vous de créer la dynamique, comme dans tout ce qui a été composé auparavant. À cette époque le rapport entre le texte et la musique est aussi remarquable. L’esprit de la partition se perçoit à travers chaque mot. » Ce qui plaît à Cecilia dans Mozart, c’est sa simplicité. Elle entre en lévitation, dit-elle, dès la première note. Et ceci : « Mozart a composé toutes les étapes de l’évolution psychologique d’une femme. » Qui a fait mieux ? Personne. Elle approuve l’« indulgence » des dernières paroles de Cosi fan tutte : « Heureux est l’homme qui prend chaque chose du bon côté. Et, à travers les vicissitudes de la vie, se laisse guider par sa raison. » Elle a chanté Chérubin, Fiordiligi, Dorabella, Suzanna. Son rêve ? Dans une autre vie, chanter le rôle de Don Giovanni. Là, elle rit.

Elle aime le poisson, les artichauts, les pâtes, l’huile d’olive, le vin rouge. Elle parle avec compréhension et animation, vous écoute de près, répond là où vous placez votre voix, fait bouger ses mains quand ça l’intéresse. Elle est, bien entendu, extrêmement intelligente. Et, par conséquent, indulgente. Par téléphone, elle achète des partitions originales des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle travaille beaucoup, elle déchiffre, elle lit. Elle « atmosphérise » l’écriture de ce qu’elle doit chanter. « J’entreprends d’abord une enquête historique sur les conditions de la création. Le compositeur était-il pressé par le temps, en manque d’argent, amoureux de la cantatrice, avec quelle nervosité a-t-il griffonné sa partition ? Puis je tourne autour du personnage, le prends, l’abandonne. Tout l’art du ragoût : faire mitonner, laisser refroidir, puis réchauffer. Sans fin. » Sans fin est l’expression fondamentale. Quand j’écrivais certains de mes romans, à Venise, je pensais parfois que tout ce que j’évoquais, espérais, ne se produirait jamais plus dans la réalité future. Cecilia devait alors avoir 8 ou 10 ans. Elle est là, maintenant, elle incarne les passions pour lesquelles je donnerais ma vie.

Philippe Sollers, Discours parfait, Folio 5344, p. 568-574.

*

Mes musiciennes

« J’ai aimé passionnément deux musiciennes dans ma vie, Martha Argerich et Cecilia Bartoli. Tout ce que j’ai pu écrire leur doit l’essentiel. Leur liberté et le génie de leurs bras et de leur voix, leur énergie révolutionnaire, m’ont accompagné et continuent à m’inspirer sans cesse. »
Philippe Sollers, Venise, dimanche, 3 novembre 2013, 19h15.

Philippe Sollers - Mes musiciennes from PhilippeSollers on Vimeo.

Argerich et Bartoli ensemble ? Il était fatal qu’un tel événement survienne. Il eut lieu à Lugano en juin 2016.

*

Cecilia Bartoli et Martha Argerich pour la première fois ensemble

JPEG - 25.9 ko
Cecilia Bartoli et Martha Argerich.
Lugano, 26 juin 2016.

Cecilia parle de Martha.

A quelle rencontre Bartoli fait-elle allusion ?
Dans le cadre du « Projet Argerich », l’édition 2016 du festival de Lugano a débuté le 7 juin, juste après le soixante-quinzième anniversaire de Martha Argerich [2]. Parmi quelques soixante-dix musiciens et interprètes, la pianiste y a reçu Cecilia Bartoli.
Ensemble pour la première fois le 24 juin, Martha Argerich et Cecilia Bartoli ont interprété l’aria “Ch’io mi scordi di te” pour mezzo-soprano, piano et orchestre de Mozart.
Ensuite, Cecilia Bartoli a chanté "Parto, parto" de La clémence de Titus.
Le concert du 26 juin a été consacré à la musique de chambre : Martha Argerich a accompagné Cecilia Bartoli dans l’interprétation de Lieder de Schubert et Rossini.

*

[1Allia, 2000.

[2Elle est née née le 5 juin 1941 à Buenos Aires et Cecilia Bartoli est née le 4 juin 1966 à Rome.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)