vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » Studio-4ème de couverture
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS
Studio-4ème de couverture

D 28 avril 2005     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


JPEG - 10 ko
Shitao, Clair de lune sous la falaise

« Je suis rentré à Paris dans la nuit. L’avion avait du retard. En traversant la cour silencieuse, en ouvrant la porte du studio, j’ai eu une sensation de grande étrangeté. Tout était en ordre, en attente, personne n’était venu, mais c’était comme si je n’avais pas bougé, comme si j’étais resté assis devant mon bureau pendant mon absence : un autre volume. Je me suis vu distinctement du dehors, penché en train d’écrire, je pouvais déchiffrer de loin, non pas les lettres ou les lignes, mais l’intention globale, la somme aérienne des mots, A noir, E blanc, I rouge, U vert, 0 bleu, voyelles. Le temps était beau, l’odeur du jardin entrait par bouffées légères par la fenêtre entrouverte. »

Sollers s’étonne que si peu de personnes, dites cultivées, soient
capables de rendre à Rimbaud cette citation extraite de son poème Voyelles :

« A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu[1] : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
... »


VOIR AUSSI :

Studio Exergue
Studio Début
Studio Portrait éclaté
Studio Critique
Studio Poésie pratique


[1] Vision du texte en couleurs, un désordre neuronal qui a pour nom synesthésie. le mot est issu des mots grecs "syn" (union) et "aisthesis" (sensation). Rimbaud en était-il atteint ? Rien ne le prouve. C’est en 1871, qu’il écrit son poème. Les premiers écrits scientifiques avérés, sur la "synesthésie" datent de 1881, en Allemagne, mais il n’est pas improbable que ce don, bien que rare, ait été connu de cercles fréquentés par le poète. Il touche, en effet, particulièrement des sujets aux potentialités artistiques. L’un de ses amis musicien, Ernest Cabaner, associait, lui, une couleur à chaque note : do jaune, ré vert, mi bleu, fa violet, sol carmin, la cinabre, si orangé.

Selon d’autres écrits plus récents, l’écrivain Nabokov et le compositeur Liszt possédaient, aussi, des perceptions d’audition colorées. L’un réagissait aux lettres de l’alphabet, l’autre aux notes de musique.

La couleur dans l’air du temps.
Les physiciens s’intéressaient alors, aussi, à la couleur. C’est en 1861 que Maxwell a réalisé une projection polychrome en superposant trois faisceaux lumineux : rouge, vert et bleu. Ainsi naissait la première théorie sur la couleur : la théorie trichrome.


En 1873, deux ans après la publication du poème de Rimbaud, Monet explorait la couleur et la lumière dans un lever de soleil resté fameux qu’il avait intitulé, faute de mieux : Impression. Les critiques artistiques s’en emparèrent, l’impressionisme était né.
sur le syndrome de Rimbaud

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document