vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » Picasso sur ARTE
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
Picasso sur ARTE

A l’occasion de la réouverture du Musée Picasso

D 28 octobre 2014     A par A.G. - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook



A l’occasion de la réouverture du musée Picasso, Arte proposait une journée spéciale le 26 octobre 2014 avec plusieurs documentaires sur le peintre.

Les quatre films sont disponibles sur ARTE+7 jusqu’au 2 novembre.


Picasso et les photographes

Pablo Picasso avant la toile "Homme accoudé sur une table", 1915-16.
© RMN/Succession Picasso/Franck Raux
Manet, <i>Lola de Valence</i>, 1862.

DOCUMENTAIRE RÉALISÉ PAR MATHILDE DESCHAMPS-LOTTHE
COPRODUCTION : ARTE FRANCE, ECLECTIC PRESSE, ECLECTIC PRODUCTION (FRANCE, 2013, 27MN)

Au cours de sa longue vie, Picasso a rencontré de nombreux photographes avec qui il a tissé des liens solides et à qui il a offert de splendides images. Surtout, devant ou derrière l’objectif, le peintre a vite utilisé la photographie comme un prolongement de son art. D’abord photographe pour immortaliser des moments, des lieux et des personnes importantes à ses yeux, ce visionnaire pressent rapidement les possibilités infinies de cet art nouveau : magnifier, témoigner, mais aussi déformer la réalité et en offrir une représentation abstraite. Il utilise alors la photo comme média complémentaire, qu’il détourne, découpe ou colle dans des compositions que seule la technique photographique permet. Avec, entre autres, le témoignages des photographes Lucien Clergue, ami et portraitiste de Picasso, David Douglas Duncan et André Villers.


(durée : 27’43)

En replay sur ARTE+7

*


Les engagements de Picasso

Guernica, 1937.
Manet, <i>Lola de Valence</i>, 1862.

Réalisation : LAURENCE THIRIAT

Né en 1881 à Malaga, installé à Paris dès l’âge de 20 ans, Picasso a forgé son engagement à travers les grands cataclysmes du XXe siècle. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il échappe à la mobilisation grâce à sa nationalité (l’Espagne ne fait pas partie des belligérants), mais son ami Apollinaire ne survivra pas aux quatre ans de combats. C’est à la fin des années 1920, avec l’arrivée au pouvoir des fascistes en Italie, puis la montée du péril nazi en Allemagne, que le peintre s’engage véritablement en politique. Il fête l’avènement du Front populaire espagnol, puis français, en 1936, avant de se mobiliser contre la rébellion franquiste. Une dimension qu’il traduit d’abord en peinture, notamment avec Le charnier, La guerre de Corée ou Guernica, l’un des tableaux les plus fameux au monde, et commandé par le gouvernement républicain espagnol après le bombardement féroce de la cité basque par les alliés fascistes et nazis de Franco, en 1937.

De tous les combats

En 1944, le peintre adhère au Parti communiste français, pour lequel il dessine sa célèbre colombe, symbole du "camp de la paix" dans l’après-guerre. Mais sa liberté créatrice n’est guère en phase avec la rigide orthodoxie dictée par Moscou. Il rompt définitivement en 1956, après l’intervention soviétique en Hongrie. Onze plus tard, il refusera la Légion d’honneur que lui propose l’État français. Picasso sera ainsi de tous les combats mais sans compromissions. De ses convictions, de ses mutations politiques, de ses engagements pour la paix, restent des œuvres majeures et des clés essentielles pour la compréhension de l’artiste dans son siècle.


(durée : 51’43)

En replay sur ARTE+7

*


Musée Picasso, une collection revisitée

Le Musée Picasso à Paris côté jardin. © Gedeon Programmes/Augustin Viatte
Manet, <i>Lola de Valence</i>, 1862.

DOCUMENTAIRE RÉALISÉ PAR AUGUSTIN VIATTE
COPRODUCTION : ARTE FRANCE, GEDEON PROGRAMMES, MUSÉE NATIONAL PICASSO PARIS, WELCOME
AVEC LE SOUTIEN DE : LA FONDATION MAYA PICASSO POUR L’ÉDUCATION ARTISTIQUE (FRANCE, 2014, 52MN)

Au mois d’août 2009, le musée national Picasso, à Paris, fermait ses portes au public pour entamer un important chantier de rénovation et d’agrandissement. Du gros œuvre des travaux jusqu’à la conception du nouvel accrochage de la collection, ce documentaire raconte les grandes étapes de cette métamorphose.


(durée : 50’13)

En replay sur ARTE+7

*


Picasso, l’inventaire d’une vie

Jeune Picasso à Montmartre, Place Ravignan.
© RMN/Succession Picasso/Jacques Faujour
Manet, <i>Lola de Valence</i>, 1862.

Réalisation : HUGUES NANCY
Auteurs : Hugues Nancy et Olivier Widmaier Picasso
Producteurs : GEDEON PROGRAMMES

Le 8 avril 1973, lorsque Pablo Picasso s’éteint à 91 ans, dans sa maison de Mougins, en Provence, il ne laisse aucun testament. Peu après, dans les différentes demeures du peintre, la famille plusieurs fois recomposée qui est la sienne découvre un héritage fabuleux et insoupçonné : des dizaines de milliers d’œuvres de toute nature que le plus grand peintre du XXe siècle a conservées toute sa vie, de ses premières esquisses d’enfant surdoué, à Malaga, jusqu’à ses ultimes toiles. Le commissaire-priseur que les héritiers chargent de l’inventaire, Maurice Rheims, pense avoir plusieurs mois de travail. Il mettra en réalité plus de trois années à répertorier un total de cent vingt mille pièces — croquis, esquisses, lithographies, gravures, sculptures, céramiques et peintures de tous formats, mais aussi correspondances, collections personnelles, etc. Cette succession "inestimable" va donner lieu à une extraordinaire dation à l’État français — aux termes d’une loi conçue sur mesure par le ministre de la Culture André Malraux —, à l’origine du musée Picasso, à Paris.

Son œuvre, sa vie

Ce documentaire, coécrit par l’un des petits-fils de Picasso [1], déroule l’incroyable roman artistique et sentimental que fut la vie du peintre avec une fluidité et une élégance à sa mesure. Il dispose d’une matière première d’une richesse exceptionnelle : de passionnantes archives, souvent inédites, dont nombre de photos et films de famille, des entretiens exclusifs et rares avec ses proches et d’autres témoins privilégiés de la succession (Bernard Ruiz-Picasso, Claude Ruiz-Picasso et sa mère, Françoise Gilot, Maya Widmaier Picasso, Pierre Daix, Roland Dumas...), et l’œuvre inépuisable du maître. Sous l’œil de la caméra, au fil d’un commentaire aussi dense que limpide, chaque trait de pinceau ou de crayon, chaque composition, chaque thématique s’éclaire d’un sens à la fois intime et universel. Le documentaire ouvre ainsi un émouvant chemin vers Picasso à travers sa création.

En replay sur Pileface.

*

PICASSO SUR PILEFACE.


[1Olivier Picasso, fils de Maya. Voir les entretiens au début de cet article.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


1 Messages