Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » VRAC (EN) » FAQ - Réponses aux Questions Fréquentes » La symbolique de la spirale
  • > FAQ - Réponses aux Questions Fréquentes
La symbolique de la spirale

D 18 juillet 2005     A par Viktor Kirtov - C 5 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


JPEG - 19.2 ko
Début de Paradis 2 : soleil voix lumiere echo des lumieres

La symbolique de la spirale : une certaine idée de l’infini. ...Les galaxies spirales du cosmos. L’Infini, la revue de Philippe Sollers depuis 1983. Eloge de l’infini, un des deux tomes de son arche de Noé. ...Un thème de prédilection chez Sollers.

Le cercle ou le 8 couché du symbole mathématique de l’infini auraient pu faire l’affaire. Mais la spirale contient en plus son « Big Bang » en son point focal. Elle est, aussi, à l’image de notre univers en expansion ( pour l’instant ). Rien n’empêche, non plus, d’extrapoler la spirale en trois dimensions en une perspective 3D d’un magnifique coquillage en colimasson. Avec une partie ventrue. Expansion, contraction des spires... Big Bang, Big crunch. Chapelet de coquillages pour égrener la prière de l’univers. Litanie universelle. Infiniment.

Approche littéraire par Sollers dans Paradis. Dans le fond et la forme continue, sans ponctuation, sans blanc, sans paragraphe. Seule scansion musicale. Incompréhensible, illisible pour beaucoup. « Non, Paradis est lisible » dit Roland Barthes. Fargier l’a mis en images. Sollers en a fait des lectures publiques et ne cesse de commenter cette oeuvre. Chaque fois qu’il sent son interviewer digne du commentaire. Paradis ? Son Finnegans wake. Sollers-Joyce. Son ambition profonde. Non Sollers tout court figurant dans une encyclopédie de littérature générale, publiée en Chine en 2050 : «  Sollers écrivain européen d’origine française » ferait bien son affaire, comme il l’a déclaré quelquefois.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


5 Messages

  • Viktor Kirtov | 18 septembre 2020 - 10:44 1

    GIF
    GIF
    GIF
    GIF

    « il y a un putain de serpent dans la spirale ! »
    Illustration et légende de Benoît Monneret
    GIF

    Nota :

    La spirale, un marqueur pileface, a une dimension cosmique (les galaxies spirales) et la figure géométrique de la spirale se déroule à l’infini, un marqueur sollersien - le titre éponyme de la revue de Sollers depuis 1983.

    Le serpent nous ramène à la terre, à l’humus - donc à l’homme - - il rampe sur le sol, encore qu’il puisse monter aux arbres – c’est une figure primordiale dans l’imaginaire collectif- . Il nourrit les mythes de la quasi-totalité des civilisations et religions depuis la nuit des temps, depuis que l’homme est devenu un être pensant. Si la Genèse de la Bible lui a créé une mauvaise réputation, c’est loin d’être le cas général.

    La Mythologie Celtique associe les serpents à la sagesse, à la fertilité et à l’immortalité. Les Celtes avaient tendance à les relier aux piscines de guérison et à l’eau. Bien souvent des serpents étaient représentés sur les autels Celtes.

    Dans la Mythologie Égyptienne, le serpent est associé à l’immortalité et aux dieux de l’Ancien et du Moyen Empire. Un serpent était représenté sur desTombes des Pharaons. On pouvait aussi le retrouver sur la coiffe des pharaons sous la forme de la femelle cobra Uræus, censée protéger le pharaon de ses ennemis.

    GIF

    L’ancien livre sacré Maya, Chilam Balam, affirme que les premiers habitants du Yucatan furent les Chanes ou Peuple du Serpent. Des sources citent les Chanes comme étant conduits à travers la mer par le Dieu-Serpent Itzamna, qui régnait grâce à sa connaissance ésotérique plutôt que grâce à sa force. Les serpents à plumes (qui semblaient avoir la capacité de voler) étaient également beaucoup représentés dans la symbolique Maya.

    GIF

    La Méduse de la mythologie grecque

    GIF

    La Méduse à la chevelure de serpents représentée par Caravage (1597-98, Galerie des Offices) et réinterprétée dans une illustration de Benoît Monneret
    ZOOM : cliquer l’image
    GIF

    Méduse, issue de la mythologie grecque, a été transformée en une Gorgone par la déesse Athéna. Elle a été plus tard tuée par Persée. Le péché mortel de Gorgone Méduse était qu’elle avait autorisé Poséidon à la séduire dans le temple de la déesse Aphrodite. Ses beaux cheveux ont été transformés en serpents noirs effrayants et quiconque l’a regardait pouvait être transformé en pierre.

    Bien que Méduse soit généralement considérée comme un monstre, sa tête est souvent considérée comme une amulette protectrice qui éloignerait le mal. Ainsi, l’image de la tête de Méduse peut être vue dans de nombreux artefacts grecs et romains subséquents tels que des boucliers, des cuirasses et des mosaïques. Une tête de marbre de Méduse, vieille de 2 000 ans, a par exemple été retrouvée il y a peu de temps dans un ancien centre commercial romain en Turquie. Aujourd’hui, l’image la plus connue de la tête de Méduse appartient au logo de la société de mode italienne, Versace (ou de la persistance des mythes). ... De monstre qu’elle était (mais sa chevelure séduisait énormément avant sa métamorphose ), Méduse est devenue l’archétype de la femme fatale.

    Voici ce qui est dit de l’histoire du logo de Versace


    « Gianni Versace a été profondément fasciné par la mythologie grecque et l’art classique. Son lieu de naissance, Reggio de Calabre dans le sud de l’Italie, a été étroitement associé à la tradition grecque classique. L’inspiration de Gianni Versace derrière ses concepts révolutionnaires est ce riche héritage hellénique. Le symbole “Gorgone Méduse” de Versace est inspiré de ces traditions qui signifient l`autorité pure, l`attractivité et la fascination fatale. Voilà trois caractéristiques fondamentales de la méduse.

    Et aujourd’hui, des Caducées hérités de la mythologie grecque symbolisent les professions médicales : la Coupe d’Hygie [ Fille d’Asclépios déesse de la santé, de la propreté et de l’hygiène] pour la pharmacie, le Bâton d’Asclépios [Le premier Dieu guérisseur en Méditerranée occidentale] pour la médecine. L’homme a appris à guérir les morsures de serpents.


    A g. , cadudée des pharmaciens, à d. , caducée des médecins
    GIF

    Le serpent en d’autres lieux et d’autres temps

    Le dieu serpent fertile, gardien de l’arbre cosmique, et compagnon de la Déesse-Mère primordiale

    L’énergie vitale de la sexualité.

    Primitivement, les grands dieux cosmiques ont toujours été représentés par des serpents voire un « serpent jumeau ».Les Chaldéens eurent le même mot aussi bien pour le serpent que pour la vie. Entre le serpent et la femme, il existe un lien très fort à travers la parabole du renouvellement de la peau et le renouvellement de l’utérus grâce à la menstruation. La Grande Déesse a donc souvent des serpents comme animaux familiers, comme dans la Crète Minoenne, et étaient eux aussi vénérés comme les gardiens des mystères de la naissance et de la régénération.


    La déesse aux serpents de Cnossos (Crète)
    GIF

    Dans les religions abrahamiques, le serpent représente le désir sexuel. Selon la tradition rabbinique, dans le jardin d’Eden, le serpent représente la passion sexuelle. Dans l’hindouisme, la Kundalini est la déesse-serpent enroulée, elleest la« puissance résiduelle du désir pur »,la Shakti, l’énergie féminine de la déesse-mère,

    Australie : le Serpent-Arc-en-ciel, compagnon de la déesse-mère

    GIF

    La majorité des sociétés aborigènes sont très patriarcales, et ce, depuis bien avant l’arrivée des colons blancs et des missionnaires chrétiens. Cependant, leur mythologie, et de nombreux vestiges coutumiers témoignent d’une ère matriarcale encore inscrite dans leur mémoire collective. Le dieu-serpent créa l’univers, puis son amie, la déesse Kunapipi donna naissance à l’humanité. Il est encore le dieu de la pluie et de la fertilité. Ses plus anciennes représentations rupestres ont plus de 6000 ans. Aujourd’hui encore, les aborigènes se saignent rituellement le pénis pour imiter les menstrues, le pouvoir de procréation des femmes. Cette coutume démontre les origines réelles de la circoncision que l’on retrouve principalement chez les juifs et les musulmans.

    Hopi d’Arizona : prêtres-serpent d’oncle à neveu maternel

    Parmi les indiens Hopi d’Arizona, le serpent est une figure centrale des danses sacrées. Le statut de prêtre-serpent se transmet uniquement d’oncle à neveu maternel. Les serpents sont des symboles de fertilité. Chaque année, les Hopi pratiquent la danse du serpent pour célébrer l’union du Serpent Jeunesse (un esprit du ciel), et de la Fille Serpent (un esprit souterrain), pour renouveler la fertilité de la nature. Pendant la danse, des serpents vivants sont maintenus dans chaque main, et à la fin, les serpents sont relâchés dans les champs, afin de garantir de bonnes récoltes. « La danse des serpents est une prière pour les esprits des nuages, du tonnerre et de la foudre, pour que la pluie tombe sur les récoltes en croissance ».

    Crédit : matricien.wordpress.com


    Danseur Hopi
    GIF
    oOo


  • Viktor Kirtov | 26 mars 2019 - 21:00 2

    GIF
    GIF
    GIF
    GIF

    Déplacements,
    benoit.monneret@gmail.com
    GIF

    Le voyage aussi par les livres. Sollers a publié « Les Voyageurs du Temps »

    Le goût de la lecture est revenu. Une très longue absence. Folie.
    Le poète Li Po dans la salle d’attente du médecin. La musique, les montagnes, les courtisanes.
    Lecture réussie du Terrier de Kafka à la radio. Jubilatoire.
    Et puis Le Nouveau de Philippe Sollers. À ce livre sacré je me suis abreuvé.

    Benoît Monneret

    Z’avez pas lu Kafka ?

    GIF

    Plus ICI

    oOo


  • Viktor Kirtov | 23 mars 2019 - 10:47 3

    GIF
    GIF

    Benoît Monneret, Nageuse
    benoit.nonneret@gmail.com - ZOOM : cliquer l’image

    ...Ou l’ultime et infini effort d’une nageuse tentant de traverser la Manche pour échapper au Brexit.


  • M-G. M. | 27 mars 2008 - 05:16 4

    Effectivement, je crois qu’il n’est pas "drôle" de s’entendre ou d’entendre parler. Surtout dans la voix - qui est donc lisible comme le serait le nuage pourchassé par l’eau... soi observant. La ponctuation est libre, à son penchant le plus aigu, n’est-ce pas ? Ou bien, elle ne l’est pas.

    J’apprécie également la modestie du symbole, qui s’éloigne de l’exercice et rejoint la coutume, où l’univers est las, une pensée rompt... ce sourire rougit - et la voix se meurt, où le signe est matière.


  • A. Gauvin | 25 septembre 2006 - 20:24 5

    Il faut lire "Sollers en spirale" (écrit en 1998), in "Fini de rire" de Stéphane Zagdanski (Pauvert, 2003, p 141-219). L’une des meilleures analyses de l’oeuvre de Sollers.