vous etes ici : Accueil » VRAC (EN) » FAQ - Réponses aux Questions Fréquentes » La symbolique de la spirale
  • > FAQ - Réponses aux Questions Fréquentes
La symbolique de la spirale

D 18 juillet 2005     A par Viktor Kirtov - C 2 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


JPEG - 19.2 ko
Début de Paradis 2 : soleil voix lumiere echo des lumieres

La symbolique de la spirale : une certaine idée de l’infini. ...Les galaxies spirales du cosmos. L’Infini, la revue de Philippe Sollers depuis 1983. Eloge de l’infini, un des deux tomes de son arche de Noé. ...Un thème de prédilection chez Sollers.

Le cercle ou le 8 couché du symbole mathématique de l’infini auraient pu faire l’affaire. Mais la spirale contient en plus son « Big Bang » en son point focal. Elle est, aussi, à l’image de notre univers en expansion ( pour l’instant ). Rien n’empêche, non plus, d’extrapoler la spirale en trois dimensions en une perspective 3D d’un magnifique coquillage en colimasson. Avec une partie ventrue. Expansion, contraction des spires... Big Bang, Big crunch. Chapelet de coquillages pour égrener la prière de l’univers. Litanie universelle. Infiniment.

Approche littéraire par Sollers dans Paradis. Dans le fond et la forme continue, sans ponctuation, sans blanc, sans paragraphe. Seule scansion musicale. Incompréhensible, illisible pour beaucoup. « Non, Paradis est lisible » dit Roland Barthes. Fargier l’a mis en images. Sollers en a fait des lectures publiques et ne cesse de commenter cette oeuvre. Chaque fois qu’il sent son interviewer digne du commentaire. Paradis ? Son Finnegans wake. Sollers-Joyce. Son ambition profonde. Non Sollers tout court figurant dans une encyclopédie de littérature générale, publiée en Chine en 2050 : «  Sollers écrivain européen d’origine française » ferait bien son affaire, comme il l’a déclaré quelquefois.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


2 Messages

  • M-G. M. | 27 mars 2008 - 05:16 1

    Effectivement, je crois qu’il n’est pas "drôle" de s’entendre ou d’entendre parler. Surtout dans la voix - qui est donc lisible comme le serait le nuage pourchassé par l’eau... soi observant. La ponctuation est libre, à son penchant le plus aigu, n’est-ce pas ? Ou bien, elle ne l’est pas.

    J’apprécie également la modestie du symbole, qui s’éloigne de l’exercice et rejoint la coutume, où l’univers est las, une pensée rompt... ce sourire rougit - et la voix se meurt, où le signe est matière.


  • A. Gauvin | 25 septembre 2006 - 20:24 2

    Il faut lire "Sollers en spirale" (écrit en 1998), in "Fini de rire" de Stéphane Zagdanski (Pauvert, 2003, p 141-219). L’une des meilleures analyses de l’oeuvre de Sollers.