vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » Qu’est-ce que l’érotisme floral ?
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS
Qu’est-ce que l’érotisme floral ?

Ou la leçon de botanique par l’éditeur de Fleurs

D 17 octobre 2006     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


«  L’érotisme floral à travers les âges ? Il est constant, insistant, sublime, idéalisant, chaste, sensuel, vicieux, mélancolique, vivifiant, enivrant, mystique, métaphysique, initiatique. »
Ph. Sollers

« L’érotisme floral est donc un biais particulièrement original d’envisager le phénomène érotique : jamais personne n’avait, avant Sollers, perçu avec une telle force et une telle ampleur la charge érotique que recèlent les fleurs. Les fleurs ne sont pas de simples végétaux ; du moins, pas pour nous-autres humains : nous les percevons toujours comme des symboles ardents propres à attiser nos pulsions : «  les fleurs sont des mots, les mots sont des fleurs ».

Les fleurs sont des métaphores qui nous permettent d’avouer notre attirance, cela est bien connu. Une rose que l’on offre est une déclaration d’amour. La clématite signifie l’attirance sexuelle, les giroflées la constance du sentiment amoureux. Mais les fleurs sont également propres à créer un désir : on les respire, on les contemple, on s’y enivre. La confession parfumée et imagée d’un désir, d’une émotion ou d’une passion déclenche (ou tend à le faire) le désir, l’émotion ou la passion du destinataire. Offrir une rose, c’est autant avouer son amour que chercher à provoquer un sentiment réciproque.

Au final, en traitant de l’érotisme floral, c’est l’émotion qu’éprouve tout homme au contact des fleurs qu’examine Sollers : «  une fleur, c’est d’abord la possibilité de sensations multiples, à commencer par les yeux devenus narines ». Ainsi l’érotisme floral révèle toute la dimension charnelle et voluptueuse de l’humanité ».

Fleurs -Le Grand Roman de l’érotisme floral
par Philippe Sollers
vu par son éditeur, les Éditions Hermann

ouvrage relié et cousu, 26 planches en couleur, 122 pages.
en librairie le 27/10/2006

VOIR AUSSI :
La Guerre des fleurs, article principal
Fleurs, pré-annonce du livre
Entretien chez Mollat, sur Fleurs
Fleurs chinoises, Fleurs (extraits)
Le manuscrit, Fleurs (extraits)


Libertin comme une tulipe !

«  Libertin comme une tulipe ! à la fois infidèle et croyant ! »
Omar Khayam

JPEG - 44.6 ko

Une des planches de Gérard Spaendonck (détail)

Omar Khayam (1040-1125) vit à l’ombre de tulipes en fleurs, comme d’autres au soleil de femmes épanouies. Il les célèbre sans cesse à travers le vin. Si je n’ai pas bu de vin, dit-il, ma jolie est comme de l’herbe. Si j’en ai bu un peu, c’est une rose. Mais si j’en ai bu beaucoup, alors c’est une tulipe.

Et Khayam, à qui on doit, entre autres traités, une Méthode pour l’exercice des racines carrées et cubiques et une Démonstration des problèmes d’algèbre, ce même Khayam qui administrait un observatoire, calculait des binômes et des équations du quatrième degré, répète [...]

« Boire du vin, chatouiller des jolies comme des tulipes,
C’est mieux que des cafarderies, des hypocrisies,
S’ils sont damnés, ceux qui font l’amour et qui boivent du vin,
Qui donc voudra voir le Paradis ? Qui ? »

p. 60


J’ai dit oui

Joyce :
...Mais écoutons Molly Bloom, Molly Fleur, à la fin d’Ulysse  :
« et les roseraies et les jasmins et les géraniums et les cactus de Gibraltar quand j’étais jeune fille et une Fleur de la montagne oui quand j’ai mis la rose dans mes cheveux comme les filles andalouses ou en mettrai-je une rouge oui et comme il m’a embrassée sous le mur mauresque je me suis dit après tout aussi bien lui qu’un autre et je lui ai demandé avec les yeux de demander encore oui et alors il m’a demandé si je voulais oui dire oui ma fleur de la montagne et d’abord je lui ai mis mes bras autour de lui oui et je l’ai attiré sur moi pour qu’il sente mes seins tout parfumés oui et son coeur battait comme un fou et oui j’ai dit oui je veux bien oui. »

Floraison, défloraison : ce oui (yes) de vierge est le
plus célèbre de la littérature mondiale. On comprend qu’Ulysse ait été longtemps interdit aux États-Unis (mais il l’est toujours plus ou moins sous une forme invisible).

p. 17


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document