vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE SOLLERS » Fleurs
  • > SUR DES OEUVRES DE SOLLERS
Fleurs

D 1er septembre 2006     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Qui l’eût cru ? Après « Femmes », « Fleurs », dans un ouvrage à paraître le 27 octobre chez Hermann, Philippe Sollers arpente en effet le continent des fleurs et analyse leur langue en compagnie d’un botaniste du XVIIIe siècle, Gérard Van Spaendonck. Dans son bouquet, il y a des lys, des roses, des tulipes, des lilas, mais aussi Dante, Ronsard, Rousseau, Baudelaire, Proust, Ponge et Genet...

Ce qu’en dit Philippe Sollers
Ce qu’en dit son éditeur
Extraits & Citations
Ce qu’en dit la critique

C’est ici



VOIR AUSSI :

La Guerre des fleurs, article principal
Entretien chez Mollat, sur Fleurs
Qu’est-ce que l’érotisme floral ?, Fleurs (extraits)
Fleurs chinoises, Fleurs (extraits)
Le manuscrit, Fleurs (extraits)


Ce n’est pas la première fois que Philippe Sollers honore les fleurs dans ses oeuvres mais c’est la première fois qu’il leur consacre un essai entier.
Qui dit fleurs dit femmes, libertinage et érotisme. Couleurs, senteurs et bruissements inouïs sont au rendez-vous.
Comme dans les Poèmes interdits de Baudelaire préfacès par Philippe Sollers, et à propos desquels il a aussi signé un article dans Le Nouvel Observateur d’octobre 2005 intitulé Baudelaire érotique.

«  Le procès des « Fleurs du mal » s’est ouvert le 20 août 1857. Il a été précédé, comme c’est souvent et encore le cas, d’un bombardement de presse. Gustave Bourdin, dans « le Figaro » du 5 juillet : « L’odieux y côtoie l’ignoble, le repoussant s’y allie à l’infect. [...]
Baudelaire les a rencontrées. Il sait quelque chose de l’autre sexe replié sur lui-même, et c’est là sa découverte, son extraordinaire nouveauté : « Car Lesbos entre tous m’a choisi sur la terre / Pour chanter le secret de ses vierges en fleurs, / Et je fus dès l’enfance admis au noir mystère / Des rires effrénés mêlés aux sombres pleurs. »

Le premier titre des « Fleurs du mal » (après celui des « Limbes » vite abandonné) était « les Lesbiennes ». Le mot n’avait pas encore de connotation sexuelle marquée. On disait « tribades » (c’est d’ailleurs le terme que Pinard emploie à l’audience).
 »

Philippe Sollers
Baudelaire érotique (extrait)
Le Nouvel Observateur octobre 2005 ...suite à la parution du livre "Poèmes interdits" de Baudelaire, Ceux là même qui ont été condamnés en 1857, à la suite du procès (1)

(1) "Les bijoux", "Lesbos", Le léthé", "A celle qui est trop gaie", "femmes damnées", "Les métamorphoses du vampire". Ce beau livre avec aquarelles contient une longue préface du Sollers provocateur impertinent et pertinent : "L’érotisme de Baudelaire"). En postface, Baudelaire et le procès des Fleurs du mal

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document