vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » En état de rêve
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
En état de rêve

Dominique Rolin, Plaisirs suivi de Messages secrets

D 23 mai 2019     A par Olivier Rachet - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


En état de rêve

Inutile d’avoir connu Dominique Rolin pour rêver de sa délicatesse et de sa bienveillance qui affleurent à chacune des conversations qu’elle entretint avec Patricia Boyer de Latour, lesquelles sont rapportées dans ce magnifique livre qu’est Plaisirs que publient aujourd’hui les éditions Gallimard, dans la Collection « L’Infini ». Le rêve n’est sans doute pas une seconde vie, comme le pensait Gérard de Nerval, mais se situe au cœur même de l’activité créatrice qui s’alimente en permanence à ces deux pôles sensibles que sont l’âme et le corps. L’auteur a entrepris souvent de relater les rêves qui étaient les siens, comme si se jouait là une expérience beaucoup plus métaphysique que psychique : « Où sommes-nous quand nous rêvons ? », se demande ainsi Dominique Rolin dont Patricia Boyer de Latour rapporte les pensées, dans une seconde partie de l’ouvrage intitulée Messages secrets, en référence au poème de Baudelaire « Les Petites Vieilles ». Expérience intérieure, sans aucun doute, le rêve est inséparable de l’amour. Les sages taoïstes nous l’ont appris, nous sommes toujours le rêve d’un ou d’une autre ; celui de l’amant ou d’une tige de bambou, d‘un vol d’abeille ou d’un envol de colombes. Ce qui se joue à chaque moment relève bien de la renaissance ou d’un éveil perpétuel qui, pour Dominique Rolin, est l’autre nom de l’amour : « Chacun est unique, n’est-ce pas merveilleux ? C’est peut-être divin... », commente-t-elle vers la fin de ses jours. C’est aussi en filigrane la figure de Sollers qui parcourt tout cet ouvrage, qu’elle appelle souvent « Lui », comme si chaque réponse et chaque notation étaient un cantique à eux tout seuls où la joie d’aimer était inséparable de l’absence et de la séparation. Le rêve dit assez bien d’ailleurs comment l’éloignement est aussi une présence : « Depuis que je le connais, dit-elle de l’auteur de Drame, il me met en état de rêve. » À l’opposé de l’amour proustien dont Sollers a montré que la jalousie y était un organe à part entière moins vital que destructeur, l’amour sollersien et rolien repose sur l’acquiescement au monde et sur le rire : « le rire, soutient lumineusement Dominique Rolin, est un organe de plus », allant jusqu’à parler d’un « sexe du rire » tant le courage que l’on peut avoir de son bonheur enivre et nous excède. Ce livre magnifique vient compléter la publication de la correspondance amoureuse entre Sollers et Rolin et constitue autant une célébration du désir et de la liberté qu’une ode à l’être aimé et qui le sera de toute éternité. Si très tôt, Dominique Rolin acquiert la certitude qu’on « ne sauve jamais personne », elle reste intimement persuadée qu’on ne peut être sauvé que par soi-même. L’amour, l’écriture, la lecture restant les conditions sine qua non de cet affranchissement là : « Tous les livres que j’ai aimés m’ont mise sur le chemin de ma liberté », écrit- elle simplement. Patricia Boyer de Latour, une amie intime, a raison dans la préface qui est la sienne de se dire « traductrice d’une métaphysique concrète » tant ces pages constituent une leçon de méditation intérieure et d’amour fou : « L’écriture, conclut Dominique Rolin, est l’émanation de cette certitude : je suis dans l’immobilité profonde, éblouissante et vivante de ma liberté. » Mais il s’agit moins ici de conclure que de contempler l’éternité que chaque être est en vérité à lui-même. Admirable !

Olivier Rachet, olrach.overblog

Dominique Rolin, Plaisirs suivi de Messages secrets, éditions Gallimard, Collection « L’Infini ».


Gustave Courbet, La belle Irlandaise.
ZOOM : cliquer sur l’image.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)