vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers et la Chine » Fleurs traduit en chinois
  • > Sollers et la Chine
Fleurs traduit en chinois

D 6 novembre 2009     A par A.G. - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


*

Voici la page 138 du livre de Philippe Sollers Fleurs traduit en chinois. Il s’agit de la première page du chapitre « Chine » (p. 113 de l’édition française publiée en octobre 2006 chez Hermann). Elle commence ainsi : « Eh bien oui, je ne sais ni comment ni pourquoi, me voici devenu chinois. Ce papillon blanc, dans le jardin, s’appelle Tchouang et moi tseu, à nous deux nous sommes Tchouang-tseu. »

Fleurs traduit en chinois ? Oui. En janvier 2009, une jeune étudiante me contacte par le biais de pileface, elle s’est mis en tête de traduire l’essai de Sollers (« J’ai eu un coup de foudre avec cette petite belle fleur », m’écrit-elle) et m’inonde de questions (allez savoir pourquoi !) : qu’est-ce que ça veut dire « Margaritomancie!Hyacintheux!Pervenchant à la perversion! » — « stupra » — « mac » — « plâtre goulu » — « Mounine » , etc, etc. ?
Un échange régulier de mails s’ensuit. L’étudiante est originaire de la région de Nankin, elle a suivi les cours de Julia Kristeva à Paris 7, a découvert les livres de Sollers, se demande pourquoi cette passion pour la Chine de la part d’écrivains français, veut en savoir plus et décide de se lancer dans une première traduction (suite à une demande d’un de ses amis, éditeur). Ce sera Fleurs.
J’ai reçu la première impression du livre ce matin. Vous avez ci-dessous la première et quatrième de couverture. L’édition définitive sortira dans quelques semaines (il y avait quelques oublis dans celle-ci). Édition de l’université de Nanjing (Nankin).
Aux dernières nouvelles, notre étudiante, désormais professeur à Shanghaï, vient d’achever une thèse sur le Voyage au bout de la nuit de Céline et s’est lancée dans la traduction des Mémoires de Sollers (gros travail et nombreuses questions en perspective).
Au fait, je ne vous ai pas dit son nom : Duan Huimin (« 慧敏 Hui c’est à dire intelligente et Min c’est-à-dire habile »).

*
ZOOM : cliquer sur l’image
*

Comment ça peut se traduire, s’écrire en chinois :



TABLE



Prologue (préface)

Joyce

Détours

Le Cantique des Cantiques

Le Roman de la Rose

Dante

Angelus Silesius

Ronsard

Shakespeare

La Bruyère

Voltaire

Intermède

Rousseau

Omar Khayam

Citations

Baudelaire

Rimbaud

Mallarmé

Proust

Colette

Genet

Ponge

Beckett

Chine

Peintres
*

Et maintenant :

« 百花齐放,百家争鸣 (bǎi huā qí fàng bǎi jiā zhēng míng)
Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent. » [1]

*

[1C’est en mai 1956 que Mao Zedong énonce sa formule désormais célèbre : « Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent. » Ce mot d’ordre fait référence aux « cent écoles », dénomination donnée par le penseur taoïste Zhuangzi aux multiples écoles de pensée qui fleurissaient en Chine aux IIIe et IVe siècles avant notre ère.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document