vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers et la littérature » Sollers/Sade/Mozart
  • > Sollers et la littérature
Sollers/Sade/Mozart

Sade dans le texte

D 10 juin 2009     A par Viktor Kirtov - C 2 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Confrontation de Sade et Mozart. Entremetteur : Philippe Sollers avec la complicité de la comédiennne Francine Landrain dans une suite de l’Hôtel Lutécia Concorde à Paris. Rencontre en déshabillé rouge et noir. Sollers lit les mots du Marquis de Sade et Mozart est convoqué avec son opéra Cosi fan Tutte.

VOIR AUSSI

Film-performance réalisé en quelques heures au cours d’une seule nuit dans la suite de l’Hôtel Lutécia Concorde par le cinéaste Michel Jakar.

Extrait du Film de Michel Jakar

Année : 1987
Réalisation : Michel Jakar
Production : RTBF - Bruxelles
Durée / support : 56′ / Vidéo Beta numérique
Festivals : Berlin, INPUT 88 (Philadelphie)

Michel Jakar écrit et réalise des films qui, pour l’essentiel, se situent hors des codes, hors des normes, ou qui pervertissent un genre donné en introduisant le trouble et l’inattendu.
Des films qui décalent et réorientent le regard par leur liberté de style, leur manière particulière, très personnelle de rechercher l’essence d’une émotion, de dévoiler l’étrangeté d’une évidence.Il y a dans son ?uvre de la générosité et de l’intelligence, une faculté rare de saisir la singularité des êtres, d’en capter la force et la beauté cachée.
Des films qui ont l’élégance d’apparaître comme des architectures accidentelles dont les parties se recomposent après avoir volé en éclats, comme si le réel se rassemblait progressivement, une fois avouée sa complexité. Pourtant nous ne quittons jamais l’imaginaire ni son langage propre, une logique d’images et de narration où le cinéma s’affirme dans ce qu’il a de plus stimulant.
Patrick Bonté

« Il y a un peu du sang de Victor Frankenstein dans ses veines.
Dick Tomasovic

Photos

Crédit : Michel Jakar

« Sade dans le texte » à la radio

« Sade dans le texte » par Sollers en compagnie de Mozart (60’).

Dans ces archives radio de 1983, Sollers entre les morceaux de musique lit ou commente des extraits de son « Sade dans le texte » publié dans Tel Quel n°28, hiver 1967 Voir l’article. Sont évoqués les thèmes :

- Plaisir, sexualité, lubricité

- Le crime

- La perversion

- L’inceste

- La mort

Morceaux de Mozart :
Quintette en sol mineur K. 516 par le quatuor Julliard
Concerto pour piano en mi bémol majeur K. 482, dir. Vladimir Ashkenazy
Symphonie n°40 en sol mineur K. 550, dir. Carla Maria Giulini
Cosi fan tutte, dir. Collin Davis
Quatuor en ut majeur K. 465, Les dissonances, par le quartetto Eskenazi
]]aussi



De la main de Sade

par Philippe Sollers

Le Nouvel Observateur 10/12/2007

Manuscrits en fac-similés, documents rares : un passionnant coffret de deux volumes rend l’irrécupérable marquis à son temps, nous le montre au travail et souligne ce que nous lui devons encore.

Michel Delon, le subtil et précis éditeur de Sade dans la Pléiade, fait semblant de croire, dans son histoire de la réception des ?uvres du Divin Marquis, que je mets de temps en temps des perruques du XVIIIe siècle pour mes apparitions médiatiques. Ce dont il ne semble pas avoir eu connaissance, en revanche, c’est que la décision de publier ce monstre sur papier bible a été prise par Antoine Gallimard et moi, fin 1982, dans un avion pour New York. Voilà pourtant une date qui permet d’évaluer à neuf toutes les autres. Beaucoup d’eau trouble ou imaginaire a, depuis, coulé sous les ponts, mais le réel est là : ces livres infâmes, avec gravures d’époque, sont disponibles dans toutes les bonnes librairies, la seule question étant maintenant d’évaluer s’il y a encore des têtes pour savoir les lire. Rien n’est moins sûr.

Vivons-nous vraiment la fin de la censure, des réactions indignées d’horreur suivies de fétichisations romantiques ou surréalistes ? Puis-je aller tranquillement, sans perruque, au journal télévisé de 20 heures, faire résonner cinq minutes les mots de « Juliette ou les Prospérités du vice » ? Aurai-je, pour cet exercice purement verbal, l’approbation de la classe financière et républicaine, qu’elle soit de droite ou de gauche ? Les journaux et les magazines de mon époque sont-ils disposés à reproduire une seule page de Sade en gros caractères ? Bien sûr que non. Et je ne parle même pas des réactions morales et religieuses devant ces descriptions et ces apologies minutieuses de l’inceste, du viol, de l’infanticide, de la torture, du crime, de toutes les atrocités jouisseuses imaginables.

La vérité est que Sade est un scandale durable : rien ne peut l’amoindrir, le réduire, pas plus mille thèses universitaires que la déferlante pornographique en cours. La mondialisation est de plus en plus vulgaire, la violence de Sade, elle, ne l’est jamais. Délicatesse de Sade ? Mais oui, et c’est là son énormité qu’il faut bien appeler aristocratique, par rapport à laquelle il y a union sacrée de tous les bourgeois et petits-bourgeois qui devraient, s’ils savaient lire, renoncer à publier leurs lourds romans névrosés. La rime est là : Sade, Pléiade.

Faut-il brûler cette Pléiade ? Je m’étonne que personne ne l’ait encore proposé. Il y a bien eu, récemment, un essayiste américain (la traduction américaine de Sade est désastreuse et falsifie son style) pour demander que ces livres, dont raffolent tous les assassins, soient étiquetés comme le tabac ou l’alcool. Sade tue, il empoisonne votre entourage, il nuit gravement à vos spermatozoïdes, les lecteurs et les lectrices de Sade meurent prématurément, c’est prouvé. On n’en finirait pas, le malentendu, ici, est increvable. La morale, toujours la morale, de plus en plus la morale, cette « faiblesse de la cervelle », disait Rimbaud, pour cacher l’incapacité de lecture, seul point commun, au fond, entre un bien-pensant et un criminel.

Michel Delon a raison de parler des « vies » de Sade, même si la plus grande partie de son existence s’est passée en prison. Une seule vie passionnée quand même : écrire... Voyez cet extraordinaire rouleau des « Cent Vingt Journées de Sodome », exposé pour la première fois à la Fondation Bodmer, près de Genève, en 2004. Trente-trois feuilles formant une bande de douze mètres, rédigées des deux côtés, obus écrit et perdu à la Bastille en 1785. Il a été retrouvé, puis transcrit par l’admirable Maurice Heine, en 1933 et 1935. La prise de la Bastille, c’est ce rouleau, dont la disparition faisait pleurer à Sade des « larmes de sang ». Bombe de l’anti-loi, révélation minutieuse de toutes les terreurs et de toutes les horreurs possibles, en abyme, de ce qui est en train de se déchaîner dans l’Histoire, à cette époque et depuis. Puissance du style, ampleur brûlante de l’imagination, composition acharnée de plume et d’encre, météorite ravageant l’hypocrisie millénaire, stupeur.

C’est pourquoi il faut aller droit aux manuscrits et aux cahiers de prison du marquis pour découvrir, au passage, qu’une main policière a tracé ce qui suit sur une des couvertures : « Ces notes sont de la main de l’infâme marquis de Sade. » L’émotion qui vous saisit là n’a rien de religieux, on s’en doute. Vous vérifiez, une fois de plus, que Sade était un lecteur et un annotateur avide (Voltaire, d’Alembert), un amateur d’histoire, curieux de toutes les coutumes et de tous les pays (la Russie, l’Egypte). Vous voyez naître sa grande idée des deux s ?urs : « L’une, très libertine, vit dans le bonheur, dans l’abondance et la prospérité ; l’autre, extrêmement sage, tombe dans mille panneaux qui finissent par entraîner sa perte. » Implacable démonstration du renversement qui ne peut que nous indigner (mais aussi nous faire rire d’un drôle de rire) : la bienfaisance est punie, la pitié sanctionnée, la prudence châtiée, l’amour du vrai ridiculisé, la vertu persécutée, le vice récompensé ; Sade va jusqu’à dire que le temps justifie tous les crimes, que la Nature opère dans ce sens, et il ose même déclarer, avec une incroyable désinvolture : « J’imite la main de la Providence. »

Des remords ? Mais non : « Le remords, en vous déchirant, ne raccommoderait pas le mal que vous avez fait aux autres, et vous en ferait beaucoup à vous-même. » On se souvient ici de la devise de Juliette : « Le passé m’encourage, le présent m’électrise, je crains peu l’avenir. » C’est entendu, cette philosophie radicale déplaira. Mais « est-ce bien la peine de chercher à plaire à ceux qui ne s’occupent jamais qu’à déplaire aux autres ». La belle écriture noire continue, elle ébauche des récits courts ou longs, gais ou sombres (« les Inconvénients de la pitié », « la Force du sang »), elle fait vivre le « taquinisme » d’une façon oubliée, chez ce personnage « d’un libertinage effréné, d’un taquinisme et d’une méchanceté sans exemple ». Tout à coup une phrase étrange : « Les femmes sont comme le crocodile, elles flattent quand elles veulent mordre. » Sade a son cahier de « phrases refaites », un autre de « reparties plaisantes et paroles remarquables ». Bref, il n’arrête pas.

Entraînement constant, fouilles dans la langue elle-même à travers des listes d’antonymes et de synonymes, ouverture répétée vers la prolifération. Je trouve particulièrement révélatrice cette liste effervescente : « faveurs, attraits, traits, beauté, désir, plaisirs, volupté, touchants appas, divins, doux, amours, sentiments, soupirs, naître, grâces, dieu-dieux, déesse, tendresse, odeurs, feux, flammes, âme, c ?urs, penchants, rose, fleurs, tendrement, ardemment, joies, délices, candeur, naïveté, ?il, yeux, bouche, trône, empire, fers-chaînes », après quoi deux mots barrés : « captiver, soupirer ». Et ça reprend, comme une fugue : « illusions, prestige, rigueurs, choix, foi, idéal, souvenir, promesse, fête, bonheur, malheur, inspirer, respirer, désirer, souhaiter, jouissance ».

Sade est au clavecin, il improvise, il fait monter les mots, il compose, en vrai musicien baroque (c’est un génie baroque), une Suite française, à la Bach. Quel charme, quelle fraîcheur.

Ph. Sollers

« Les Vies de Sade », par Michel Delon, Textuel, 272 p., 2 volumes, 69 euros.

L’auteur

Né en 1947, Michel Delon est professeur de littérature française, spécialiste des Lumières et de la Révolution, à l’université Paris-IV-Sorbonne. Il a notamment édité les « Contes et romans » de Diderot et les « ?uvres » de Sade dans la Bibliothèque de la Pléiade.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


2 Messages