vous etes ici : Accueil » NOTES » Marcelin Pleynet invité du Festival de la Revue LIVRAISONS par : PileFace.com
  • > NOTES

Marcelin Pleynet invité du Festival de la Revue LIVRAISONS

D 13 mars 2018     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Marcelin Pleynet invité de la soirée inaugurale
Le plus court chemin de Tel Quel à L’Infini
En dialogue avec Pascal Boulanger

Jeudi 26 avril 2018 à 19 heures 30
Musée des Beaux-arts 20 place des Terrreaux 69001 LYON
Entrée libre

Le plus court chemin de Tel Quel à L’Infini : tel est le titre de l’un des neuf volumes, publié en 1997, du Journal littéraire de Marcelin Pleynet, qui a participé à l’aventure des deux grandes revues, l’une décisive pour l’histoire littéraire, Tel Quel (94 numéros de 1960 à 1982), la seconde encore active, L’Infini (142 numéros de 1983 à aujourd’hui), suivies de deux collections éponymes considérables (« Tel Quel », 73 titres, et « L’Infini », 224 titres).

D’une part, L’Infini s’est opposé à Tel Quel en renonçant au projet révolutionnaire dont la revue se réclamait au temps du structuralisme, de l’écriture textuelle et du matérialisme sémantique. Mais par ailleurs, par ce renoncement même, L’Infini rend possible la reprise, la relève de ce même projet – poétique, philosophique et politique – sous la forme nouvelle qu’appelle l’époque actuelle.

Quant aux relations entre revue et collection, elles ont établi un modèle sans doute assez unique dans le champ de la littérature contemporaine. Héritier de Rimbaud et de Lautréamont, auxquels il a consacré des études, Marcelin Pleynet a été l’un des premiers écrivains à être publiés dans ces deux collections, avec Provisoires amants des nègres, son premier recueil poétique, en 1962,Paysages en deux suivi de Les Lignes de la prose, en 1963, et avec Fragments du choeur – vers et proses, en 1984. Poète, romancier, diariste, essayiste et critique d’art, il a confié de très nombreuses contributions à des dizaines de revues tout au long de ces soixante dernières années.

Ce dialogue permettra de retracer sa trajectoire littéraire et intellectuelle en compagnie des revues, depuis l’expérience d’Ecrire à la fin des années 1950, et de parcourir sa très riche bibliographie avec, en toile de fond, le "dégagement rêvé" rimbaldien. Le Musée des Beaux-Arts est un écrin privilégié pour écouter l’auteur de L’Enseignement de la peinture (1971), d’Art et Littérature (1977), de Situation de l’art moderne : Paris-New York (1978), et de Les Etats-Unis de la peinture(1986), critique engagé, proche de Support-Surface, qui favorisa le dialogue entre l’art américain et européen.

Rencontre ponctuée par les lectures de la comédienne Anne Alvaro

Marcelin Pleynet (1933) a publié une quinzaine de recueils de poésie, de multiples essais sur l’art et la littérature, six romans et neuf volumes de son Journal littéraire. Il a été directeur gérant et secrétaire de rédaction de Tel Quel de 1963 à 1982 (éditée par le Seuil). Il est devenu en 1983 secrétaire de rédaction de L’Infini dirigée par Philippe Sollers (publiée par Denoël, puis par Gallimard). Il a occupé la chaire d’esthétique de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris de 1987 à 1998 : les éditions de l’école ont d’ailleurs publié en 2012 ses Essais et conférences de cette période d’enseignement. Art press a édité en 2017, dans sa collection « Les grands entretiens », une dizaine d’entretiens donnés par Marcelin Pleynet à la revue entre 1973 et 2005. En 2008, il a co-signé avec Florence D. Lambert un film consacré à sa vie et à son oeuvre, Vita Nova.La lecture de son Journal intime prouve, comme il le dit lui-même, que la vie d’un écrivain n’est jamais riche que de malentendus.

Pascal Boulanger est poète et critique littéraire. Il a coordonné le numéro 9/10 de la revue La Polygraphe (octobre 1999) consacré, en partie, à Marcelin Pleynet. Il s’est entretenu avec lui au sujet de Rimbaud dans le magazine artpress en 2005 (numéro 312) et il lui a consacré un long article : « Pleynet en son temps » dans le numéro de la revue Faire Partintitulé « Itinéraires de Marcelin Pleynet » en 2012 (numéro 30/31). Pascal Boulanger a collaboré à de nombreuses revues dont Action poétique, artpress, CCP, Europe, La Polygraphe... Derniers livres publiés : Confiteor : carnets (Librairie éditions Tituli), Guerre perdue (éditions Passage d’encres), et Mourir ne me suffit pas (Editions de Corlevour). Les éditions Tinbad publieront en octobre prochainune anthologie critique de ses recueils poétique

Crédit : Plus sur la revue LIVRAISONS

Cet événement nous est signalé par Pascal Boulanger


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)