vous etes ici : Accueil » REVUES » L’INFINI » L’Infini n° 135 Printemps 2016
  • > L’INFINI
L’Infini n° 135 Printemps 2016

D 21 mai 2016     A par A.G. - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Philippe Sollers, Folies
Christophe Bardyn, Drame et la chute
Philippe Blanchon, 33 années, Femmes, de Philippe Sollers
Patrick Besson, Lecture assistée
Julia Kristeva, Interpréter le mal radical
Khalil el Nour, Solitude d’un homme dit musulman
Christophe Delhers, Musulman et libertin
Brina Svit, Le jardin de ma femme
Stéphane Guégan, Il faut tuer l’art moderne
Nathaniel Herzberg, Matière noire. Avec les chasseurs du Gran Sasso
Julien Lézare, Les clés du monde. Extrait du roman Vingt-Quatre Sept
Lise Loumé, La drogue des djihadistes
Olivier Baumont, À Chambord. Journal de résidence
Marcelin Pleynet, Importance et discrétion de Jean-Louis Houdebine

Notes : 1. Folies reprend divers chapitres du roman de Sollers Mouvement. C’est la première fois, je crois, que des extraits d’un roman sont publiés en revue avant et aussitôt après sa sortie en livre.
2. Patrick Besson : Lecture assistée est une reprise de ses hilarantes chroniques du Point sur Jean Birnbaum, le responsable du Monde des livres. Fou-rire assuré.
3. Il faut tuer l’art moderne est le texte d’une conférence de Stéphane Guégan sur « Malraux, lecteur de Picasso », prononcée le 28 mars 2016 lors du colloque « Revoir Picasso » (musée Picasso). VOIR LA VIDEO ICI.
4. L’hommage, émouvant, de Marcelin Pleynet à Jean-Louis Houdebine insiste sur l’importance de l’écrivain dont j’ai présenté certains textes, notamment sur Sollers et Joyce. Cf. Jean-Louis Houdebine.
5. Le numéro est illustré par plusieurs reproductions de Paolo Ucello (1397-1475) sur qui Sollers a écrit jadis un texte intitulé La déclaration de guerre de Paolo Uccello où on peut lire :

« Epopée et roman, il s’agit d’un art stratégique qui ne s’éteint jamais dans le Bien, encore moins dans la poésie, mais s’accroche à la nuit tendue rouge et noire, remuante, hérissée, du Mal se mangeant lui-même. »
« Qui, mieux que lui a compris de l’intérieur ce que pouvait être le Déluge ? La lutte entre saint Georges et le Dragon ? »

Il y aussi une reproduction d’un détail des Fileuses de Vélasquez et du Petit cheval bleu de Franz Marc, tué près de Verdun en 1916, à l’âge de trente six ans.


Petit cheval bleu de Franz Marc, 1911, huile sur toile, 112 × 84,5 cm.
Musée Lenbachhaus de Munich. Zoom : cliquez l’image.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document