vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Le Journal du mois, dans le JDD » Journal du mois (octobre 2009)
  • > Le Journal du mois, dans le JDD
Journal du mois (octobre 2009)

D 1er novembre 2009     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Inquisition

A quoi pense Roman Polanski, dans sa cellule de prison en Suisse ? Au ciel, par-dessus le toit, si bleu, si calme. Il a 76 ans, il est très fatigué, il doit faire effort chaque matin, pour se souvenir des raisons de son enfermement, cette sombre histoire d’il y a plus de trente ans avec une jeune fille de 13 ans qui, aujourd’hui, à 45 ans et mère de famille, prie qu’on la laisse tranquille et qu’on abandonne les poursuites contre son séducteur.

Lui, Polanski, a du mal à évoquer la confusion de ce vieil épisode de dérèglement. Avait-il bu ? Etait-il drogué ? Sans doute, mais enfin il a commis un crime abominable pour lequel ni les Etats-Unis ni la Suisse ne connaissent de prescription. Etait-il le jouet de pulsions démoniaques ? C’est possible, comme le prouve son chef-d’ ?uvre diabolique Rosemary’s Baby. Il s’est moqué du Diable, la vengeance de toutes les sectes sataniques le poursuit.


Rosemarys.baby.1968 par dm_504f8e0e0d841

ROSEMARY’S BABY, 1968

Thriller fantastique adapté du best-seller éponyme d’Ira Lewin. Mia Farrow y interprète, au côté de John Cassavetes une jeune femme enceinte victime d’une conjuration menée par des voisins octogénaires appartenant à une secte satanique qui fait d’elle la mère de l’Antéchrist en personne. Ce film d’horreur est considéré comme un grand classique et l’un des meilleurs films fantastiques de tous les temps. Pas d’effets spéciaux, Polanski refuse l’effet et joue de la suggestion puis de l’angoisse procurée par l’univers quotidien.
Un chef d’ ?uvre, certes, mais une ?uvre de fiction, un film. Pour d’autres il peut être perçu comme une satire de l’hystérie pseudo-religieuse à laquelle participent alors divers groupes de la société. La réalité confirma cette vision. Le 9 août 1969, cinq cadavres furent trouvés à la résidence du réalisateur Roman Polanski. Parmi les victimes, son épouse l’actrice Sharon Tate qui était enceinte de 8 mois. Elle fut éventrée et battue à mort.

Le coroner dénombra sur son corps quinze coups de couteaux et un de ses seins avait été sectionné. Ces crimes paraissent irréels par leurs cruautés et leurs bestialités. Sharon Tate fut assassinée selon les rites d’une secte dont le chef Charles Manson était reconnu comme Satan par ses adeptes et complices. 48 heures plus tard, deux autres personnes furent assassinées dans des conditions identiques et l’une des victimes se nommait : Rosemary Labianca...

Au faîte d’une première consécration, Polanski est ébranlé par ce nouveau drame dans sa vie alors qu’il était au Royaume-Uni, en préparation d’un nouveau film.

(note pileface)

Le site officiel de Roman Polanski

Ce qui l’étonne le plus (ou pas vraiment), ce sont les flots de condamnations qui l’accablent, sur le Net ou à travers les blogs. Des légions de procureurs indignés ou de mères de famille de province lui font savoir l’horreur qu’il inspire à l’humanité. La Suisse, surtout, se démène au nom de sa pureté sexuelle et bancaire. Va-t-il être extradé ? Etre encore en prison jusqu’à 78 ans, ou plus ? Un juge américain l’exige, soulignant que la loi doit être la même pour tous.

Pourtant, ce juge vertueux (comme Ernest Pinard faisant condamner, autrefois, Les Fleurs du mal de Baudelaire) ne peut pas s’empêcher de penser sans cesse au forfait monstrueux de Polanski. Il en rêve, il veut avoir sous la main, pour mieux l’observer, ce pervers européen, genre Nabokov avec sa Lolita légendaire. Qu’on boucle enfin ce juif polonais qui a échappé aux nazis ! Il a osé réaliser ce dont tout magistrat voudrait, en douce, être capable de faire.

A quoi pense le gentil Frédéric Mitterrand dans la nuit de son ministère de la Culture ? Probablement à l’abîme qui sépare les religieux pèlerinages de son oncle à la roche de Solutré et ses propres embardées dans les bordels de Thaïlande. Il s’est ému que l’on fasse soudain payer sa mauvaise vie à un grand cinéaste, il a été imprudent, il n’a pas évalué que l’époque, de droite à gauche, était devenue rigoureusement morale et inquisitoriale. Mais quoi, le président Sarkozy le sauve, pendant que François Mitterrand, dans l’au-delà, fait la moue.

Exécution

Comment ne pas se réjouir du prix Nobel de la paix décerné au souriant Obama ? Tout à coup, plus d’attentats à Bagdad, plus de talibans, calme et sérénité au Proche-Orient, ne vous inquiétez pas, c’est en cours. L’ennuyeux, c’est plutôt ce qui se passe dans les prisons américaines, par exemple dans l’Ohio pour l’exécution ratée d’un condamné à mort. Vous savez comment ça se trafique là-bas, après la grandiose chaise électrique. On pique le condamné avec une substance spéciale, il passe ainsi de vie à trépas sous le regard satisfait des autorités et des familles des victimes. Mais ce que raconte aujourd’hui Romell Broom, un Afro-Américain de 53 ans, condamné à mort en 1984 pour l’enlèvement, le viol et le meurtre d’une adolescente, est hallucinant (voir Le Monde du 2 octobre).

Pendant deux heures, les exécuteurs tâtonnent et n’arrivent pas à trouver la veine qu’il faut. "Les infirmiers essayaient simultanément de trouver des veines dans mes bras. La femme essaya trois fois dans mon bras gauche, l’homme trois fois au milieu de mon bras droit." Drôle de crucifixion traînante. Romell hurle, le sang coule, mais ça continue dans les bras et les jambes. "Le maton posa sa main sur mon épaule droite et me conseilla de me relaxer." Il est plein de bonne volonté, Romell, il ne demande qu’à en finir le plus vite possible, il se "relaxe", mais rien à faire, le supplice s’éternise. Finalement, le directeur de la prison, au milieu des hurlements, interrompt le spectacle qui doit reprendre bientôt. Romell conclut son récit sobrement : "Attendre d’être encore exécuté est angoissant."

Moi, je trouve qu’on devrait lui donner le prix Nobel du condamné le plus coopératif, la paix soit avec lui, en somme. Cela dit, la France se grandirait en livrant aux Etats-Unis ses vieilles guillotines remises en état de marche. C’est simple, clair, net, cartésien, profondément humain, sans bavures. Très peu de bruit, pas besoin de se répéter. Vous me direz que les spectateurs auraient l’impression que ça va trop vite. Ah, ces Américains !

Castration

Aurait-on dû, à l’époque, castrer chimiquement Roman Polanski et Frédéric Mitterrand. Non, bien sûr, mais pour les violeurs d’enfants récidivistes, la question se pose. Et pourquoi ne pas prévenir au lieu de guérir ? On pourrait procéder, en amont, au repérage des petits garçons à l’air bizarre. Ce serait une vaccination préventive, une pour la grippe, une autre pour les écarts sexuels. On arrivera bien, un jour ou l’autre, à une normalité régulatrice. Un pédophile, castré chimiquement et rééduqué, ferait sans doute un bon enquêteur sur le terrain. Il discernerait les déviants virtuels, les futurs éducateurs tordus, les prêtres au devenir douteux. Préservons ainsi notre belle identité nationale.

Promotion

Eh bien, bravo à Jean Sarkozy. Il a retourné une situation délicate, tout le monde semble l’avoir trouvé émouvant, sincère, bosseur, prometteur. Il est, à 23 ans, un espoir du pays enfin délivré de ses vieilles obsessions égalitaires et républicaines. Son ascension ne fait que commencer, son père est déjà dépassé en intensité. Jean, après la réélection de Nicolas, pourrait être candidat dès 2017. La gauche, on le voit, veut garder ses régions et a perdu tout espoir de prendre Paris et la fonction suprême. Nous vivons, en pleine lumière artificielle, une grande époque de mutation. Que cent Sarkozy s’épanouissent !

Philippe Sollers - Le Journal du Dimanche

Samedi 31 Octobre 2009

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document