vous etes ici : Accueil » ILS ONT DIT » Avec un grand rire de vizir
  • > ILS ONT DIT

Marc Lambron

Avec un grand rire de vizir

Une saison sur terre

D 8 avril 2006     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Qu’on soit ou non un ex-fan des sixties et des seventies, qu’on soit d’un côté ou de l’autre de cette "fracture générationnelle" musicale, et aussi littéraire, dont parle si bien Lambron, on devrait être séduit par la nostalgie mélodieuse et tendre de ses portraits.

Eric Clapton, "d’une nudité seigneuriale, d’autant qu’on la sentait gagée sur un combat avec ses vieux démons" ; Philippe Sollers, qui "montait sur son tapis volant et survolait la médina effondrée avec un grand rire de vizir en exil - il avait connu le royaume de Grenade et toisait la tourbe des Mollahs ignares, des enturbannés psychiques rôdant dans la plaine, le front bas. Pour l’essentiel, il a écrit des livres, et c’est là qu’il sera sauvé" ; David Gilmour et son "air d’un gros chat qui en sait long sur ses sept vies" ; Jean-Marie Périer, qui a "parcouru les routes du Tennessee avec Chuck Berry et campé Naomi Campbell sur des talons vertigineux, fils d’un siècle de nuits blanches et de beautés noires" ; Bill Wyman, "retiré de sa légende comme un reptile quitte sa peau", alors que, "pendant trente ans de vie sur la route", il "a discrètement mais indubitablement détenu le meilleur score féminin au sein des Rolling Stones : c’était un croque-mitaine à groupies" ; Patrick Modiano, avec "cet air de personne déplacée qui craint la guigne et poursuit son rêve".


Le message de tous les livres de Marc Lambron est, selon une de ses amies : "Rien ne vaut que l’on meure." "Peut-être est-ce vrai", dit-il vers la fin de son récit. En effet. Entre "la littérature qui multiplie les mondes, la musique qui en crée d’autres", il est urgent de vivre.

L’article paru dans {Le Monde}, dans son contexte

Illustrations : Paris Match N°2968 du 6 au 12 aveil 2006


Repères biographiques

Marc Lambron est né le 4 février 1957. Normale Sup, Institut d’Etudes Politiques, ENA, agrégation de Lettres. Il devient par la suite critique littéraire au ’Point’ en 1986 et à ’Madame Figaro’ en 1990. Ecrivain et critique littéraire quand il ne siège pas au Conseil d’Etat en tant que Maître de Requêtes. Prix Femina en 1993 pour "L’oeil du silence".

Repères bibliographiques

"Une saison sur la terre" (2006, Grasset)
"Les menteurs" 2004 (Grasset)
"Carnet de bal" (tome 2) 2003 (Grasset)
"Etrangers dans la nuit" 2001 (Grasset)
"1941" 1997 (Grasset)
"Carnet de bal" (tome 1) 1992 (Gallimard)
"L’oeil du silence" 1993 (Flammarion)
"La nuit des masques" 1990 (Flammarion)


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document