vous etes ici : Accueil » NOTES » Critique n° 874 : Alain de Libera lecteur des Cahiers noirs de (...) par : PileFace.com
  • > NOTES

Critique n° 874 : Alain de Libera lecteur des Cahiers noirs de Heidegger

D 21 mars 2020     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Dans une aventure d’Arsène Lupin, un mécanisme horloger dissimulé dans un plafonnier permet à un défunt d’agir sur les vivants en faisant tomber, comme du ciel, des lettres faussement révélatrices. Heidegger était-il lecteur de Maurice Leblanc ? La livraison des Cahiers noirs suit le même scénario. Et nous n’en avons pas fini avec leurs messages d’outre-tombe. À peine les deux volumes couvrant les années 1931-1939 sont-ils devenus accessibles en français qu’un nouveau apparaît, le centième de l’édition intégrale allemande programmée par Heidegger lui-même ; deux autres encore suivront.
Ces pages que lâche sur nous la machinerie bien huilée de la Gesamtausgabe, comment les lire ?Et avons-nous commencé de le faire ? Que reste-t-il à dire après tant d’épisodes de l’« affaire » Heidegger, tant de discussions et de mises au point concernant les affinités du philosophe et de sa philosophie avec les thèmes antisémites et l’idéologie national-socialiste ?

Version numérique

Sommaire

Alain DE LIBERA : L’Ad-venant du Dernier dieu : Heidegger à la fin de l’envoi (sur Réflexions II-VI, Réflexions VII-XI, Pensées directrices. Sur la genèse de la métaphysique, de la science et de la technique modernes et Méditation)

Extraits. « La traduction française des Überlegungen II-VI et VII-XI, publiée en novembre 2018 quatre ans après les volumes 94 et 95 de la Gesamtausgabe, par François Fédier et Pascal David est passée inaperçue, soulevant moins de protestations indignées et aussi peu d’intérêt sur le fond que n’eût causé une rediffusion sur France 3 d’un des 281 épisodes de l’Inspecteur Derrick après les révélations de 2013 sur le passé nazi d’Horst Tappert. La seule question qui, un bref moment, a doublement agité les esprits concernait les « Grands » de la philosophie française, de Sartre à Foucault : comment expliquer l’influence de Heidegger sur nos gloires nationales ? Comment celui qui avait eu sur elles une telle influence avait-il pu errer à ce point ? La publication du quatrième volume des SH dans la Gesamtausgabe, GA 98, n’a pas soulevé plus de passions que la traduction française de GA 94 et 95. L’« Affaire Benalla » a occulté le « cas Heidegger ».
Si la publication des Réflexions II-VI et des Réflexions VII-XI n’a pas relancé une controverse pratiquement éteinte, elle permet aujourd’hui de revenir sur l’ensemble du projet de la Gesamtausgabe et de revisiter l’histoire de la réception de l’« œuvre », toujours en cours et encore incomplète, avec en parallèle, décalée, mais exerçant un effet retour sur la lecture héritée de la tradition interprétative, de ses étapes et de ses crises successives, une réflexion sur la signification, la fonction et la portée des Cahiers noirs.
De fait, sorties du Bunker de Gallimard, les publications d’« œuvres » de Heidegger ont (re)fleuri : dès mai 2017, avec, aux Éditions du Seuil, dans la collection « L’Ordre philosophique », Vers une définition de la philosophie, traduit par Sophie-Jan Arrien et Sylvain Camilleri ; puis en mai 2019, avec Pensées directrices. Sur la genèse de la métaphysique, de la science et de la technique modernes, traduit du volume 76 de la GA par Jean-François Courtine, Françoise Dastur, Marc de Launay et Dominique Pradelle (dir.) [...]
L’année 2019 s’est achevée sur la parution, elle aussi attendue, de Méditation, traduction par Alain Boutot de Besinnung (GA 66), l’un des deux textes autour desquels gravitent les SH, publié fin novembre chez Gallimard. Lisible et limpide, elle contient d’indispensables notes bibliographiques, ainsi qu’une courte mais éclairante
« Présentation » (p. 7-20), qui situe le texte, peut-être le plus important dans la trajectoire de Heidegger – du « second Heidegger » –, tout en expliquant les choix eux-mêmes médités et exempts de tout « jargon » faits par l’expérimenté traducteur. »

*

Georges DIDI-HUBERMAN : Émouvoir la Bastille, et la disperser

Thierry HOQUET : L’œil de Méduse

Marc LEBIEZ : Ce que les Anciens entendaient par philosophia

Jean-Claude PINSON : Après Mallarmé

Marielle MACÉ : Being green

A.G.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)