vous etes ici : Accueil » NOTES » Jean Daniel : "Camus fut le soleil de ma jeunesse" par : PileFace.com
  • > NOTES

Jean Daniel : "Camus fut le soleil de ma jeunesse"

D 20 février 2020     C 1 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Jean Daniel, le fondateur, directeur et éditorialiste du « Nouvel Observateur »s’est éteint hier soir. Il avait 99 ans.

Par L’Obs

Publié le 20 février 2020


Photo ULF ANDERSEN / AURIMAGES / AFP

« L’Obs » a l’immense tristesse d’apprendre la mort de son fondateur et éditorialiste Jean Daniel. Il est décédé mercredi soir à l’âge de 99 ans après une longue vie de passion, d’engagement et de création. Le plus prestigieux journaliste français s’est éteint. Il fut à la fois un témoin, un acteur et une conscience de ce monde. La rédaction de « l’Obs » tient à lui exprimer sa profonde admiration, sa sincère reconnaissance et son fidèle souvenir. Elle s’associe à la peine de sa famille et de ses amis.

Né le 21 juillet 1920 à Blida, en Algérie, Jean Daniel, né Bensaïd, a rejoint la célèbre 2eDB du général Leclerc et participé à la Libération avant de suivre des études de philosophie à la Sorbonne.

En 1947, il fonde la revue « Caliban » avec le soutien d’Albert Camus qui l’honorera de son amitié. En 1954, il écrit son premier article publié dans « l’Express » où il couvre la guerre d’Algérie en prenant parti pour des négociations avec le FLN. En 1961, il est grièvement blessé au fémur lors des événements de Bizerte, en Tunisie.

En 1963, il acquiert une célébrité internationale en réalisant une interview de John F. Kennedy. Le président américain le charge d’un message pour Fidel Castro : c’est en compagnie du leader de la révolution cubaine qu’il apprend l’assassinat de Kennedy, le 22 novembre 1963.

En 1964, il décide avec l’industriel Claude Perdriel de reprendre « France Observateur » qui devient « le Nouvel Observateur », l’hebdomadaire de la « deuxième gauche » et des grands combats sociétaux : légalisation de l’avortement, droits des homosexuels, antiracisme...

Jean Daniel y dialoguera avec les plus grands intellectuels : Jean-Paul Sartre, Claude Lévi-Strauss, Michel Foucault, Edgar Morin, Paul Ricœur, Amos Oz, Milan Kundera, François Furet, Régis Debray, Pierre Nora… Mais aussi avec les plus grandes personnalités politiques : Pierre Mendès-France, Michel Rocard, François Mitterrand, Jacques Delors, Mario Soares, Shimon Peres…

LIRE AUSSI Gide, Camus, Kundera... les écrivains de ma vie, par Jean Daniel

Directeur de la publication jusqu’en 2008, il continue à collaborer à « l’Obs » en tant qu’éditorialiste. Grand officier de la légion d’honneur, il est l’auteur de nombreux essais comme « Avec Camus : Comment résister à l’air du temps » (2006) ; « Comment peut-on être Français ? » (2008) ; « Mitterrand l’insaisissable » (2016) ainsi que de récits autobiographiques comme « la Blessure » (1992) et « les Miens » (2009).

Crédit : nouvelobs.com


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages

  • Viktor Kirtov | 20 février 2020 - 20:35 1

    Laurent Joffrin, directeur de la publication de Libération- — 20 février 2020.

    Rappelons que Laurent Jauffrin est aussi un observateur privilégié. Il a longtemps collaboré à l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur dont il a été directeur de la rédaction de mars 2011 à mars 2014.


    Jean Daniel aux rencontres de Rennes, en mars 2010. Photo Thierry Pasquet pour Libération

    Le cofondateur du « Nouvel Observateur » est mort mercredi, à l’âge de 99 ans. Homme de lettres, passionné, curieux de toute nouveauté, il s’est engagé dans les bouleversements du journalisme et de la gauche.

    Pour nous, c’était « Jean », notre vivante statue du Commandeur, impérieux et conciliateur, orgueilleux et bienveillant, narcissique et paternel, éditorialiste supérieur et conteur né, figure historique au passé inépuisable, mais n’aimant que la dernière nouvelle, la dernière mode, la dernière idée, le dernier potin. Ecrivain, intellectuel, oracle souvent consulté par l’Elysée, Solférino, l’évêché, le Consistoire ou la mosquée de Paris, Luchini ou Depardieu, mais avant toute chose, curieux, étonné, candide expérimenté, amoureux du paradoxe, mesuré avec ferveur, pensant par principe contre lui-même : journaliste.

    Quelques bribes de dialogue :

    « Jean, nous avons l’interview du Premier ministre.

    _ - Pourquoi pas celle du Président ? »

    « Jean, nous avons appris que Mitterrand prépare une mesure qui fera parler.

    _ - Oui, il me l’a dit hier. »

    « Jean, la dernière phrase de votre édito est belle, mais nous ne la comprenons pas.

    - Enlevez-la. »

    […]

    La suite, à lire dans le journal Libération