vous etes ici : Accueil » NOTES » Marcel Proust retrouvé dans un film de mariage de 1904 ? Pas vraiment une (...) par : PileFace.com
  • > NOTES

Marcel Proust retrouvé dans un film de mariage de 1904 ? Pas vraiment une découverte.

D 18 février 2017     C 3 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Il s’agit d’un film de mariage, celui d’Armand de Guiche et d’Elaine Greffulhe, qui montre l’aristocratie du faubourg Saint-Germain. Parmi les invités de marque, un inconnu. A la différence des autres hommes, coiffés pour l’occasion d’un haut-de-forme et habillés d’une jaquette, l’homme porte un chapeau melon et un pardessus gris perle. Il descend précipitamment les escaliers de l’église de la Madeleine, à Paris (à la 37e seconde dans la vidéo). Selon Jean-Pierre Sirois-Trahan, professeur à l’université Laval, à Québec, cet homme serait Marcel Proust, l’auteur d’A la recherche du temps perdu.

LE MONDE

En fait, le film de Proust n’est pas vraiment une "découverte"

Jacques Drillon

Laure Hillerin en parlait déjà dans un livre paru en 2014.

Guerre de chercheurs ? Guerre de trouveurs ? Erreur ? Ignorance ? Nous avons écrit, alertés par « le Point », qu’un petit film datant de 1904 et montrant très brièvement Marcel Proust en mouvement, lors du mariage d’Elaine Greffulhe, avait été découvert par un professeur canadien (université de Laval), Jean-Pierre Sirois-Trahan. Lui-même ne peut garantir qu’il s’agisse bien de Marcel Proust, mais tout porte à le penser.

Notre meilleur proustien, Jean-Yves Tadié, qui a dirigé l’édition de la « Recherche » en Pléiade, en est convaincu : « La forme du visage, cette manière approximative de s’habiller : tout cela lui correspond, et l’identification me paraît tout à fait probante. Je trouve cette découverte très émouvante », a-t-il déclaré.

Emotion mise à part (si l’on peut mettre à part l’émotion), il apparaît que cette découverte n’en est pas une. En effet, Laure Hillerin [1] avait vu ce film bien avant Jean-Pierre Sirois-Trahan, il y a trois ans. Elle en fait mention dans son livre « la Comtesse Greffulhe » (Flammarion, 2014). Elle écrit en effet page 78 :

« C’est Marcel Proust, aimable écrivain mondain à l’audience encore confidentielle, qui se trouve être un ami proche du marié. Peut-être est-ce lui, ce jeune homme en manteau clair, coiffé d’un chapeau melon qui laisse les yeux dans l’ombre, laissant apercevoir la moustache et l’ovale du visage, dévalant précipitamment les marches, doublant le cortège sur le côté droit, afin de rejoindre avant les autres l’éblouissante belle-mère ? On le voit quelques secondes sur un film d’amateur – une pellicule de deux minutes à peine, conservée aux Archives françaises du film à Bois-d’Arcy. »

Bien entendu, la bonne foi de Jean-Pierre Sirois-Trahan n’est pas en cause. Son seul tort est de n’avoir pas lu Laure Hillerin… Qui, elle, aurait dû faire connaître sa découverte, dont elle n’a peut-être pas mesuré la puissance émotionnelle, avec toute la solennité médiatique possible.

Jacques Drillon, L’OBS


[1Laure Hillerin est également auteur, chez Flammarion, de « Proust pour rire » (2016).


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


3 Messages

  • Aurellyen | 29 mars 2017 - 05:52 1

    L’article de M. Jean-Pierre Sirois-Trahan accompagnant la diffusion du film de 1904 (Revue d’études proustiennes) est d’autant moins convainquant que le déroulé cérémoniel qui y est décrit présente de notables erreurs. Confusion entre cortège nuptial (auquel ne participait pas Proust) et défilé des invités devant les nouveaux époux (auquel participait Proust, à l’arrière de l’église, dans la sacristie ou dans une tente à l’extérieur). Scène du cortège sur l’escalier placée à l’arrière de l’église (face à la rue Tronchet) alors que les ombres portées derrière les personnages prouvent que le cortège cérémoniel est bien redescendu normalement par la façade sud. Ces erreurs permettent à l’auteur la construction de son scénario. Voir le commentaire du 28 mars dans http://imagesociale.fr/4121 .


  • A.G. | 22 février 2017 - 10:00 2

    Vêtements, correspondances, presse : comment j’ai identifié Proust dans un film de 1904
    Dans un article publié dans la "Revue d’études proustiennes", Jean-Pierre Sirois-Trahan, professeur à l’Université Laval de Québec, explique avoir identifié Proust dans un film d’archives tourné en 1904 et conservé à Bois-d’Arcy. Depuis, la découverte a fait le tour de monde. Il explique comment il a travaillé et, peu à peu, tenté de confirmer l’identification.


  • Aurellyen | 19 février 2017 - 15:38 3

    Bonjour,
    Je reste très étonné de la quasi-assurance souvent affirmée quant à l’apparition de Proust dans le film. L’administration de la preuve est très légère pour le moins.
    Or juste après les images abondamment commentées, on voit très bien un personnage portant un appareil photo, habillé de même et suivant de près le prétendu « Proust ». En fait il s’agit, selon plusieurs commentateurs restés discrets, d’un journaliste et de son photographe couvrant l’événement mondain. Hypothèse plus simple et réaliste que de supposer l’écrivain se comportant différemment des autres invités, mais hypothèse moins "vendeuse".
    Cordialement