vous etes ici : Accueil » NOTES » Les Ménines ou l’art conceptuel de Diego Vélasquez par : PileFace.com
  • > NOTES

Les Ménines ou l’art conceptuel de Diego Vélasquez

D 15 décembre 2015     C 3 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Les Ménines ou l’art conceptuel de Diego Vélasquez

CE VIDÉO-BOOK EST LE PREMIER ACTE D’UN HUIS-CLOS EN TROIS ACTES PARU AUX ÉDITIONS DE L’HARMATTAN EN OCTOBRE 2015 (ISBN 978-2-3430-7070-4) : Lors du séminaire du onze mai 1966, Jacques Lacan évoque Les Ménines de Vélasquez comme support iconographique de son cycle d’étude sur la remise en question du statut de l’objet par l’expérience analytique. Lors du séminaire suivant, Michel Foucault qui vient de publier Les Mots et les choses est son invité surprise. La confrontation des deux maîtres du structuralisme — l’un représentant la psychanalyse et l’autre la philosophie — s’annonce comme une joute oratoire titanesque. Après les trois coups d’annonce du toujours très théâtral Jacques Lacan, le rideau s’ouvre sur la première partie de cet huis clos...


Quant à l’essai de Xavier d’Hérouville le voici en e-book.
A commander chez L’Harmattan

*

Pour mémoire

Michel Foucault, Les Suivantes (1er chapitre de Les Mots et les Choses)

Le Séminaire de Lacan consacré à « L’objet » se déroule en 1965 et 1966. La séance du 18 mai 1966 porte plus spécifiquement sur Les Ménines (et l’on s’étonne que Lacan y convoque, in fine, le médiocre Balthus). Mais ce n’est pas la seule. Pour bien comprendre ce qui est en jeu dans la discussion que Lacan engage avec Foucault, il importe, au moins, de relire ce que Lacan dit dans la séance précédente, celle du 11 mai, du savoir, du sujet, de l’expérience analytique, de la fenêtre et, déjà, des Ménines. Puis, dans la séance du 25 mai, sur le regard et la voix, l’objet(a) et la division du sujet, et, enfin, dans celle du 1er juin 1966 sur les représentants de la représentation — séances qui clôturent le Séminaire.
Pour en faciliter la lecture (c’est relatif avec Lacan), j’ai découpé le verbatim des séances du séminaire (il a le mérite de bien restituer la parole vive du génial petit théâtre lacanien) en respectant l’ordre des séances.
Séance du 11 mai 1966 - pdf
Séance du 18 mai 1966 - pdf
Séance du 25 mai 1966 - pdf
Séance du 1er juin 1966 - pdf .
« Tel est le petit devoir de vacances donc, que je laisserai parmi vous aux meilleurs » (Lacan, conclusion de la séance du 18 mai).

A.G., 15-12-15 (modifié le 7 mai 2016).


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


3 Messages

  • Xavier d’Hérouville | 12 avril 2016 - 10:43 2

    Bonjour, avec mes remerciements renouvelés pour avoir fait sur votre site la promotion de mon livre, je voulais vous prévenir que j’avais supprimé sur Youtube le vidéo-book obsolète (auto-publié sous mon pseudo Xavier de Harlay) correspondant à l’e-book que vous avez également mis en ligne. Maintenant que mon livre a été publié par les éditions de l’Harmattan, vous pouvez télécharger sur Youtube le vidéo-book remis à jour pour remplacer le précédent supprimé par mes soins. Pouvez vous également avoir la gentillesse de bien vouloir retirer l’e-book mis en ligne, afin que je ne me trouve plus en porte à faux par rapport à mon éditeur ? Par avance merci ! Je vous fais parvenir en contrepartie un extrait de mon livre sous forme de pdf que vous pourrez utilement mettre en ligne sans préjudice aucun... Dans cette attente. Bien à vous. Xavier d’Hérouville


  • Vermeersch | 16 janvier 2016 - 11:43 3

    La structure du plan projectif telle que Lacan l’extrait du tableau des Ménines est celle même de l’acte pictural : la fonction de la touche. Ainsi dans la dernière note de notre blog (29/06 /2015) nous mettons-nous en série le tableau des Ménines, le point bleu sur le crayon de pastel du dernier autoportrait de Chardin (musée du Louvre) et l’Unique trait de pinceau de Shitao.
    Le tableau des Ménines ne relève pas de l’art conceptuel parce qu’il s’agit d’un savoir qui ne se sait pas.