vous etes ici : Accueil » NOTES » Antonin Artaud, Lettres (1937-1943) par : PileFace.com
  • > NOTES

Antonin Artaud, Lettres (1937-1943)

D 26 novembre 2015     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Antonin Artaud
Lettres (1937-1943)

Édition de Simone Malausséna.
Préface de Serge Malausséna, introduction d’André Gassiot
Hors série Littérature, Gallimard
Parution : 27-11-2015

Le 30 septembre 1937, Antonin Artaud, expulsé d’Irlande, est « débarqué » au Havre. Quelques jours plus tard, il est transféré à l’asile départemental d’aliénés de Seine-Maritime de Sotteville-lès-Rouen, dans le quartier hommes de Quatre-Mares. Les lettres qu’il rédige alors décrivent avec acuité le vécu d’angoisse et de désespoir d’un aliéné, masquant son identité sous des noms d’emprunt pour manifester toutes ses récriminations avec une énergie hors du commun qui le caractérisera tout au long de sa vie. Il est ensuite placé à Paris, à l’hôpital Sainte-Anne, le 1er avril 1938 ; il Y demeurera jusqu’au 27 février 1939. Les lettres présentées confirment l’état pathologique d’Artaud, son obsession : sortir de ces lieux. Malgré ses conditions de vie et d’enfermement, il ne cesse d’écrire, de dessiner, et réclame sans cesse du papier.
Après Sainte-Anne, Antonin Artaud est interné à l’asile de Ville-Évrard, où il demeurera jusqu’au 22 janvier 1943. La quantité et la qualité des documents qui sont présentés sont d’une imposante richesse sur l’état psychologique et physique d’Artaud, avec toujours cet impérieux besoin de s’exprimer malgré la maladie, les privations. Compte tenu de la misère régnant alors dans les asiles, qualifIée d ’« extermination douce », et du danger que courait l’artiste, sa famille et ses amis vont réussir à obtenir un nouveau transfert pour l’asile de Paraire, à Rodez, en février 1943.
Dans ce volume sont transcrites les lettres, dans leur graphie originale, qu’Artaud a rédigées entre 1937 et 1943. Nombreuses sont celles qui furent retenues par l’administration. À Roger Blin ou à André Gide, à Balthus ou au chancelier Hitler, Artaud lance ses invectives, ses suppliques et ses cris de souffrance. Ces écrits témoignent de la puissance d’une pensée fulgurante, météorique, prophétique, géniale dans ses possibilités d’expression et de création, un réservoir d’énergie inépuisable qui va œuvrer toute sa vie, pour le conduire dans l’au-delà des rivages de la raison. Gallimard


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document