vous etes ici : Accueil » NOTES » Mise au point Entretiens : Fabien Ribery et Didier Ben Loulou par : PileFace.com
  • > NOTES

Mise au point Entretiens : Fabien Ribery et Didier Ben Loulou

D 16 juillet 2019     C 1 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Mise au point
Entretiens : Fabien Ribery et Didier Ben Loulou

Didier Ben Loulou ne sépare pas l’incarnation de l’invisible, la pure présence d’une force agissante transcendante, la beauté d’une conscience harmonique suprême, la rareté de la richesse, la noblesse d’âme de la pauvreté.
Depuis plusieurs années, ces thèmes faisaient partie de nos conversations, ayant lieu très souvent dans un café parisien. Nous avons décidé d’en faire un livre, non pour clore définitivement nos spéculations, mais pour mieux les relancer en les accompagnant de photographies, dans la dimension d’un work in progress qui n’aura pas de fin.

Fabien Ribery

Né à Paris en 1958, Didier Ben Loulou a été Lauréat de la Villa Médicis hors les murs, puis récompensé par la European Association for Jewish Culture, Visual Arts Grant, Paris/ Londres. Il est l’auteur d’une dizaine de livres et développe une œuvre singulière, dans laquelle l’emploi de la couleur est primordiale, et la Méditerranée y tient une place centrale. L’histoire, les signes et l’humain sont au cœur de sa démarche de photographe. Il est régulièrement exposé en Europe et aux États-Unis. Elles sont également présentes dans de nombreuses collections privées et publiques : Fonds national d’Art contemporain (Paris), Victoria & Albert Museum (Londres), Museum of Fine Arts (Houston), Maison européenne de la Photographie (Paris), Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme (Paris), Museum of Modern Art (Tel Aviv), Microsoft Art collection, Seattle, USA, ... Page facebook.

Né à Calais en 1972, Fabien Ribery est auteur et créateur du site Lintervalle.blog. Agrégé de lettres modernes, il enseigne notamment à l’Université Bretagne Occidentale. Critique littéraire à Artpress, il participe à de nombreuses autres revues (L’Infini, Halogénure, Revue de la MEP, Edwarda, 29200…) et collabore avec des maisons d’édition, tant de photographie que de littérature. Accompagnant au long terme par son regard critique les artistes qui le touchent, son œuvre se développe comme un work in progress à travers la sensibilité contemporaine. Textes récemment parus chez Filigranes Editions, Arp2 Publishing, Les Editions de Juillet, Light Motiv, Editions du Caïd, Bessard Editions, Editions Autonomes, sur le travail de Michael Kenna, Liu Bolin, Alexandre Furcolin, Alain Laboile, Matthieu Venot, Peter Waterschoot, Flore-Aël Surun, Didier Gillis, Jacques Borgetto, Simon Vansteenwinckel, Jean-Marc Chapa et Fabio Miguel Roque.

Format : 16 x 20, 7 cm, couverture souple avec rabats, 88 pages, 15 photographies couleur ISBN 978-2-36980-179-5
EAN 9782369801795 18,50 € Date de parution : mardi 25 juin 2019

Contact Presse : Arnaud Bizalion Editeur - www.arnaudbizalion.fr - arnaudbizalion@yahoo.fr - Tél : 06 80 01 47 55


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages

  • Albert Gauvin | 27 septembre 2019 - 14:29 1

    « La quête est ici de l’ordre de l’indicible et d’une levée de voiles, de l’accueil du fragile comme puissance et d’une recherche d’unité quand la parole commune est devenue assassine. » Fabien Ribery (Des intensités de mystères en introduction aux Entretiens).

    « Il faut aller puiser au plus profond de soi pour être capable de la moindre image. Cela oblige à une sorte de tabula rasa de tous nos repères, à une concentration extrême. On avance sur un fil, dont on peut chuter à la moindre perturbation. On passe des journées sans prononcer un mot. Le travail sur les lettres hébraïques parle de prendre des images où l’écriture arrive comme un surgissement. » Didier Ben Loulou.

    LIRE LA RECENSION DE PHILIPPE CHAUCHE