Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » NOTES » Guerre en Ukraine : « Nous devons aller jusqu’à la frontière (...) par : PileFace.com
  • > NOTES

Guerre en Ukraine : « Nous devons aller jusqu’à la frontière polonaise ». Il faudra un nouveau Yalta

D 28 juin 2022     C 1 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   


Infléchissement de la parole de Macron, en même temps qu’il reconnaît que
l’objectif de Poutine est la rédition de l’Ukraine :

« La Russie ne peut et ne doit gagner »,
déclaration d’ Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse
à l’issue du G7 , mardi 28/06/2022

ENTRETIEN. Le vice-président du parlement russe, Piotr Tolstoï, descendant du grand romancier, fait partie des faucons qui veulent rayer l’Ukraine de la carte.

Par Marc Nexon, envoyé spécial à Moscou
Le Point, le24/06/2022

C’est l’une des voix les plus radicales du régime. Piotr Tolstoï, 53 ans, vice-président de la Douma, le parlement de la Fédération de Russie, appartient au clan des faucons qui poussent le président Vladimir Poutine à conquérir la totalité de l’Ukraine ; désormais candidate à intégrer l’Union européenne. Ancien animateur de talk-shows sur la première chaîne jusqu’en 2016, descendant du grand romancier [Léon Tolstoï, auteur de Guerre et Paix, Piotr Tolstoï promet le retour de Kiev dans le giron de Moscou. À ses yeux le conflit ukrainien ne révèle rien d’autre qu’une « guerre de civilisation ». Entretien.

Le Point : Emmanuel Macron a déclaré à deux reprises qu’il ne fallait pas humilier la Russie. Quelle est votre réaction ?

Piotr Tolstoï : Nous saluons la politesse de M. Macron et le fait qu’il connaisse sa géographie. Il n’oublie pas que la Russie est cinquante fois plus vaste que la France. Il s’agit néanmoins d’une déclaration naïve, car la réalité est que l’Ukraine n’existe pas.

C’est-à-dire ?

Nous avons engagé une opération. Il n’est pas question de faire les choses à moitié. Si une Ukraine occidentale se maintient, elle représentera toujours une menace pour la Russie, car l’armement en provenance de l’Ouest continuera à affluer. Sans parler des missiles à longue portée dont elle dispose déjà et qui cibleront toujours le Donbass. Nous devons donc aller jusqu’à la frontière polonaise.

Le Yalta rêvé de Poutine

On peut relire cet édito de Luc de Barochez du 28 décembre 2021 qui analysait avec clairvoyance les visées de Moscou, alors que l’Europe détournait les yeux. Poutine avait tout annoncé, au grand jour.
Ca commençait ainsi : Trente ans après la chute de l’Union soviétique, Moscou tente de redessiner en sa faveur l’équilibre géopolitique de l’Europe.

Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse annuelle le 23 décembre à Moscou.
© RAMIL SITDIKOV / Sputnik / Sputnik via AFP

Par Luc de Barochez
Publié le 28/12/2021

À l’époque soviétique, les dirigeants du Kremlin voyaient l’affrontement avec les Occidentaux comme la meilleure façon de conforter leur pouvoir. […]

L’origine de la discorde Pour reprendre le contrôle sur les pays voisins, il lui faut y installer des potentats à sa solde. Cela implique de faire reconnaître par les Occidentaux une zone d’influence russe, comme Joseph Staline l’avait obtenu de l’Américain Franklin D. Roosevelt et du Britannique Winston Churchill à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. La conférence, que les trois dirigeants tinrent en février 1945 dans la station balnéaire de Yalta, sur la mer Noire, ouvrit la voie à la division de l’Europe de part et d’autre du rideau de fer.

En 2014, Poutine a redessiné la carte politique du continent en arrachant à l’Ukraine la péninsule de Crimée, où se trouve Yalta. Il passe aujourd’hui à la phase suivante : restaurer, au moins en partie, l’ancien glacis soviétique. Il exige des Américains et des Européens de revenir à la situation de 1997, lorsque l’Alliance atlantique n’avait pas encore accueilli parmi ses membres la Pologne et les autres pays d’Europe centrale. Il a proposé deux projets de traités en ce sens, l’un avec Washington et l’autre avec l’Otan. Devant la presse internationale le 23 décembre, il a enjoint aux Occidentaux de les accepter « immédiatement, maintenant  ».

Pour appuyer sa revendication, il a massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière de l’Ukraine. Et, pour faire bonne mesure, il a utilisé le robinet du gaz afin d’accélérer la hausse des prix et de faire sentir aux Européens combien ils étaient dépendants de son bon vouloir. En Russie, Poutine attise le ressentiment que la perte du statut de superpuissance a fait naître dans une grande partie de la population.

[…]

La quête poutinienne d’un nouveau Yalta menace les intérêts essentiels de l’Europe, son unité, sa cohésion, ainsi que son alliance avec les États-Unis. Les Européens, s’ils veulent progresser vers leur souveraineté stratégique, auraient tort de laisser les Américains gérer seuls ce dossier qui les concerne directement. Ce défi s’adresse d’abord à la France, qui prend ce semestre la présidence tournante du Conseil de l’UE.

Tout était dit mais nous ne voulions pas le croire.

Votre idée est donc de renverser le président Zelensky ?

Vous pensez que nous sommes là pour nous amuser. Nous ne laisserons pas des institutions antirusses à la tête de ce pays. Zelensky et ses amis partiront où ils veulent, en Pologne ou à Londres. Ils y formeront un gouvernement en exil si ça leur chante. Zelensky a beau jouer les Che Guevara et les Churchill, il restera dans l’Histoire comme le dernier leader de l’Ukraine.

Pourquoi n’admettez-vous pas que l’Ukraine veut rester indépendante ?

Au cours des vingt dernières années, on a fait croire aux Ukrainiens qu’ils ne faisaient pas partie de la Russie. Il va falloir vingt ans pour leur faire admettre le contraire.

Au-delà de l’Ukraine, quelles sont vos ambitions territoriales ?

Nous n’irons pas en Pologne. Les Polonais nous sont très utiles, car ils travaillent à la décomposition de l’Union européenne, qu’il s’agisse des institutions judiciaires ou du Parlement européen. Ils créent le chaos là où ils se trouvent. Ce sont finalement nos agents en Europe. Il n’y a pas de projet en direction des pays Baltes même si leurs gouvernements s’attachent à violer les droits des minorités russes depuis des années. Il n’y a pas de projet de conquête de la Moldavie. En revanche, après la prise d’Odessa, on songera éventuellement à débloquer la Transnistrie.

Est-ce qu’une tentative de reprise de la Crimée ferait partie de « la menace existentielle qui justifierait le recours à l’arme nucléaire ?

Bien sûr, mais ne vous inquiétez pas, nous n’allons pas utiliser l’arme nucléaire. On l’envisagerait si l’Ukraine s’en dotait.

L’escalade militaire est donc la seule option ?

Cette situation est le résultat de l’aveuglement des Occidentaux qui n’ont jamais voulu prendre en considération nos préoccupations sur le sort des 20 millions de Russes en Ukraine. Non, à leurs yeux, Zelensky ne peut pas être un fasciste car il est juif. Vous connaissez la conséquence ? Un désastre économique et politique en Europe avec, dans les cinq prochaines années, une augmentation considérable des prix de l’énergie, une paupérisation de la classe moyenne et la fin de vos élites politiques. Les gens ne supporteront jamais une chute de 30% de leur niveau de vie telle qu’elle se profile. D’énormes manifestations auront lieu en France et ailleurs. Voilà ce qui vous attend. Vous regretterez d’avoir autant débattu sur l’énergie verte et les droits des LGBT et de ne pas vous être consacrés à des choses plus essentielles.

Vous pensez que vous échapperez aux effets des sanctions économiques ?

Évidemment, nous allons souffrir des sanctions, mais nous sommes moins sensibles que vous aux difficultés de la vie quotidienne. Ces difficultés font partie de notre histoire. Elles ne vont pas nous empêcher d’investir dans notre économie, de développer notre réseau autoroutier, ferroviaire et de réorienter nos exportations d’hydrocarbures vers l’Asie. Vous remarquerez que le rouble se maintient à un niveau très élevé.

Comment voyez-vous l’entrée annoncée de la Suède et de la Finlande dans l’Otan ?

D’abord, ce n’est pas fait en raison de l’opposition de la Turquie. Mais c’est très simpl e : si des bases militaires de l’Otan s’installent en Suède et en Finlande, nous disposerons nos armes nucléaires de l’autre côté de la frontière.

Avez-vous vraiment les moyens de prolonger ce conflit ?

C’est vous en Occident qui êtes pressés de voir les choses s’apaiser. De notre côté, nous avons le temps et nous avons du chauffage. Quant à nos capacités militaires, elles sont toujours là. Ce qui nous préoccupe davantage, ce sont les pertes humaines. Nous voulons préserver la vie de nos soldats et de nos officiers. Pour autant, il ne faut pas douter de notre sens du sacrifice. Il n’y a pas longtemps, un ambassadeur occidental m’a dit : « Vous n’êtes quand même pas prêts à sacrifier 200000 hommes po ur l’Ukraine ? » Je lui ai rappelé que 20 millions d’hommes sont tombés lors de la Seconde Guerre mondiale.

Songez-vous à décréter une mobilisation générale ?

Non, nous avons encore des réserves de gens qui ont une expérience militaire et qui peuvent renforcer les effectifs actuels. Ce sont eux qui iront combattre à l’intérieur des grandes villes, pas les appelés.

N’êtes-vous pas en train de sous-estimer la résistance ukrainienne ?

Vous croyez qu’ils tiendront ainsi des années avec d’énormes pertes et des mères qui pleurent leurs fils ? Pour l’instant, notre objectif est de détruire le noyau le plus entraîné de l’armée ukrainienne. Ce sont 50000 à 60000 hommes sur le point d’être encerclés dans le Donbass. Nous pourrons ensuite avancer plus vite.

Malgré l’armement occidental qui arrive en Ukraine ?

Contrairement à l’idée reçue, les Américains se gardent bien d’envoyer, avec leurs armes à longue portée, les systèmes de guidage par satellite. Mais qu’importe, nous encourageons les Occidentaux à poursuivre leurs livraisons d’armes. Ce sont d’excellentes cibles pour nos missiles Iskander. Nous bombardons les centres de stockage dans l’ouest de l’Ukraine, ce que les autorités ukrainiennes ne vous diront jamais. C’est un bon entraînement pour nos forces.

Dans quelles conditions des négociations peuvent-elles s’ouvrir ?

Nous sommes dans une guerre de civilisation. Vous comprendrez bientôt que vous n’avez pas affaire à une grosse Pologne, mais au monde russe, constitué de la Russie et des anciennes républiques de l’URSS. Le jour où l’on se mettra autour d’une table de négociation, il s’agira de rediscuter d’une nouvelle organisation sécuritaire en Europe. Il faudra un nouveau Yalta, comme à la fin de la Seconde Guerre mondiale.


V.K. .


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages

  • Viktor Kirtov | 30 juin 2022 - 17:01 1

    En guise d’addendum à l’interview de Piotr Tolstoï, le vice-président du parlement russe, « La voix de son maître Vladimir Poutine », publié ICI, voici, en contrepoint, le documentaire-témoignage de Bernard Henri Lévy, publié le 28 juin, sur la Chaîne Arte et qui couvre la période Maïdan 2014, jusqu’au 10 juin 2022, date où le reportage s’achève, mais pas la guerre en Ukraine.

    Dans ce documentaire saisissant, BHL revient sur son engagement auprès de ce pays que la Russie prétend « dénazifier ». Et qu’il arpente depuis 2014.

    Dès les premiers jours de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, Bernard-Henri Lévy s’est rendu sur le terrain et n’a cessé d’y retourner. Avec la complicité d’une petite équipe franco-ukrainienne, il a filmé la résistance aux portes de Mykolaïv et les morts de Boutcha ; Kiev pétrifiée et Odessa insurgée ; la métamorphose du président Zelensky et les civils de Borodyanka, héros ordinaires.

    Au fil de ce reportage au long cours la résistance de tout un peuple apparaît. Une résistance mise en perspective grâce à des images tournées lors des précédents voyages de l’écrivain. En particulier lors de la révolution de Maïdan, en2014. Et aussi, un entretien avec Volodymyr Zelensky en 2019. La scène se passe dans un restaurant de Kiev, peu avant l’élection à la présidence du pays de celui qui s’affirmera comme le héros de la résistance ukrainienne et qui déclarait alors :

    Tous les gens de ma génération comprennent que nous sommes en Europe, pas seulement géographiquement mais dans l’esprit. »

    Face à lui, le philosophe et cinéaste français l’interroge sur Poutine, « l’autre Vladimir », avec à la clé cette réponse lapidaire de Zelensky :

    « Les grands hommes cherchent la paix, les faibles mènent à la guerre. »

    Et puis, juste avant leur reddition à Marioupol, un long entretien, via Zoom, reproduit le 15 mai dans le « JDD » avec un des gradés de la 18e brigade d’Azovstal.

    A propos de ce documentaire : « Une leçon de philosophie morale » titre l’Express sous la plume de Sylvain Fort qui poursuit :

    « …Boutcha, Severodonetsk, Irpin, Marioupol... Ce sont ces noms et ces visages que Bernard-Henri Lévy est allé retrouver sur place, poursuivant inlassablement ce travail d’histoire immédiate qui ne cherche pas le froid recul ni la tempérance de l’analyse, mais sonde à même la chair les blessures et les drames. »