vous etes ici : Accueil » VIDEO A LA UNE

VIDEO A LA UNE

La vérité passe toujours par la représentation

L’exposition d’Andy Warhol à Pékin et à Shanghai en 2013, aura lieu sans la fameuse série de Mao, rejetée et censurée, par le gouvernement chinois quelques semaines avant l’exposition.

Philippe Sollers
Interventions

I.

La vérité passe toujours par la représentation. Les lourds bureaucrates chinois qui s’enrichissent sans mesure sur le dos du peuple, et qui, désormais, occupent partout des places de choix dans la valse des marchés financiers, ne peuvent pas supporter la représentation authentique de Mao, leur cauchemar, exécutée par un des grands artistes du XXe siècle (à côté de qui Edward Hopper, célébré par l’académicien français Marc Fumaroli, n’est qu’un banal représentant du réalisme socialiste) : Andy Warhol. Il a peint ces portraits en 1972 - 1974, au moment même où je me trouvais à Pékin en parfaite communication spirituelle avec lui. Le vrai jour de la raison se lèvera enfin en Chine, lorsque l’un des portraits magnifiques de Mao, peints par Warhol, remplacera la photographie périmée qui persiste encore à l’entrée de la Cité interdite. Que les réactionnaires du monde entier tremblent ! Que les académiciens trépignent ! Que les milliardaires chinois se déchaînent ! La véritable histoire est en marche et rien ne l’arrêtera. Pour plus d’informations, lire Mao était-il fou ? dans Fugues (Gallimard, 2012).

Le chemin est tortueux, mais l’avenir chinois (notamment à Bordeaux) est radieux !

Philippe Sollers, Shanghai, dimanche 30 décembre 2012, 19h15.

*

II.

J’étais à Rome le 24 décembre avant la grande messe de Noël admirablement exécutée par ce grand professionnel qu’est le pape Benoît XVI. Je m’étais entretenu avec lui dans l’après-midi pour mettre le dernier point à son appel aux dirigeants chinois pour obtenir plus de respect des religions. Ce « religions » au pluriel, ne m’a pas convaincu, puisqu’il s’agit avant tout, dans la stratégie du Saint-Siège, d’obtenir des mesures nouvelles de reconnaissance de la véritable Église catholique en Chine. Pour plus d’informations, voir dans la Bibliothèque chinoise, dirigée par Anne Cheng et Marc Kalinowski (Paris, Les Belles Lettres), la traduction prochaine du texte La Vraie Signification du Seigneur du Ciel, écrit en chinois par le grand jésuite Matteo Ricci, enterré à Pékin. Dois-je rappeler aux obscurantistes de mon temps, que les jésuites ont été les premiers, avant moi, à s’intéresser à la nervure de la culture chinoise ?

L’avenir de Rome se joue en Chine. Tout obscurantiste fanatique le devine et s’en plaint.

Philippe Sollers, Shanghai, dimanche, 30 décembre 2012, 19h30.

Le site de Philippe Sollers.

*

« Bonne année à tous et à personne ! »

Bonne année à tous et à personne ! Vous vous croyez encore en 2012. Erreur. L’année 2013 vient de commencer avec son cortège de rigueur et de dévastation générale. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère qui peut être celle de la perdition ou celle du salut. « L’Ère du Salut », c’est celle que proclame Frédéric Nietzsche dans sa grande illumination de Turin, le 30 septembre 1888.

Nous voici donc aujourd’hui en l’an 125, et le calendrier normal que vous employez, que vous soyez chrétien ou non, a été établi par le pape Grégoire XIII en 1582. Vous l’appliquez mécaniquement chaque jour et dans toutes vos transactions financières, c’est sous son contrôle que vous allez payer vos impôts aggravés. Ce calendrier n’a plus rien de sacré, il est seulement économico-politique, c’est-à-dire un régime de mort.

Au contraire, voici l’anniversaire du 125ème jour de l’ « ère du Salut », comme l’a déclaré le penseur le plus libre qui ait jamais existé, Frédéric Zarathoustra Nietzsche.

Bonne année 125 ! Vivez votre vie singulière malgré le nihilisme obscène et permanent de la Société du Spectacle ! À bas les marchés financiers !

Philippe Sollers, Turin, dimanche 30 septembre, midi.

(Musique : Mozart, Quintette en sol mineur, K516, Amadeus Quartet & Cecil Aronowitz)

Voir : Où en sommes-nous avec le Temps ?


Marcelin Pleynet (1984) par Gérard Courant - Cinématon #317...

Dans la série des portraits silencieux, réalisés par Gérard Courant, voici celui de Marcelin Pleynet en date du 12 mars 1984 à Paris.

Voir aussi : Philippe Sollers filmé par Gérard Courant
Marcelin Pleynet sur pileface


Apostrophes du 24 mars 2000

Ce 24 mars 2000, Dominique Rolin et Philippe Sollers sont tous deux, invités sur le plateau de Bernard Pivot, elle, pour présenter son dernier livre "Journal amoureux", lui, pour présenter "Passion fixe", deux livres croisés, deux passions croisées qui n’ont pas jusqu’alors été dévoilées au grand public - ce que fera Pivot dans cette émission restée célèbre : « Jim, il est là ! » dira Pivot en montrant Sollers ! Et Dora..., c’est elle ! Jim en référence à James Joyce, référence absolue pour Sollers et Dora, pour Dominique, bien sûr !

src="http://www.pilefacebis.com/media/video/flvplayer.swf" style="" id="single"
name="single" quality="high" allowfullscreen="true" wmode="opaque"
flashvars="fullscreen=true&file=http://www.pilefacebis.com/media/video/sollers_rolin_pivot01.flv&image=http://www.pilefacebis.com/sollers/IMG/jpg/preview_rolin.jpg" width="400"
height="300">
(1ère partie, durée : 18’52)


Voir article


Philippe Sollers réagit à la création du Parvis des Gentils

Émission du 24 mars 2011

Le célèbre écrivain Philippe Sollers réagit à la création du Parvis des Gentils, la nouvelle initiative de dialogue entre croyants et non croyants. Sur une suggestion du pape Benoît XVI, le Conseil pontifical pour la Culture a lancé à Paris le 24 et 25 mars un espace de dialogue « avec ceux pour qui la religion est une chose étrangère, pour qui Dieu est inconnu, et qui, cependant, ne voudraient pas rester simplement sans Dieu, mais l’approcher au moins comme Inconnu ». Paris a été choisi pour ses lieux symboliques comme l’UNESCO, la Sorbonne et l’Institut de France ainsi que le Collège des Bernardins, où plusieurs hautes personnalités du monde de la culture nourriront ce dialogue autour du thème " Lumières, religions, raison commune ".

0 | ... | 65 | 70 | 75 | 80 | 85 | 90 | 95 | 100 | 105 | 110