Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » NOTES » Mort de Marcel Conche, grand serviteur de la philosophie grecque par : PileFace.com
  • > NOTES

Mort de Marcel Conche, grand serviteur de la philosophie grecque

D 1er mars 2022     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Le philosophe et professeur Marcel Conche, spécialiste de métaphysique et de pensée antique, est décédé dimanche à l’âge de 99 ans, a annoncé lundi son éditeur.

Article rédigé par
franceinfo Culture avec agences
France Télévisions Rédaction Culture
Publié le 01/03/2022

JPEG - 50 ko
Marcel Conche, photographié le 10 février 2014
(AGNES GAUDIN . / MAXPPP)

Décédé dimanche à l’âge de 99 ans, le philosophe et professeur Marcel Conche, qui visait à être un "honnête homme" de son temps, a marqué des classes entières d’étudiants avec ses cours sur les présocratiques ou Montaigne.

"Il occupait parmi les philosophes français une place singulière", a écrit une porte-parole des éditions Bouquins, qui venaient de publier un ouvrage en janvier : L’infini de la nature - Oeuvre philosophique.

Le philosophe, qui devait fêter ses cent ans fin mars, était "l’un des meilleurs spécialistes de la philosophie grecque qu’il a longtemps enseignée en Sorbonne. Simultanément il a élaboré une pensée originale, prenant pour objets principaux la nature, l’homme et la morale, qui se distingue par sa clarté et sa profondeur", a-t-elle souligné.

Agrégé de philosophie, docteur es lettres, membre correspondant de l’Académie d’Athènes, lauréat de l’Académie française pour l’ensemble de son oeuvre, il a longtemps enseigné en lycée avant de devenir professeur à la Sorbonne de 1978 à 1988, année de sa retraite.

Une philosophie athée de la nature

Ce fils de paysan corrézien, discret et indépendant, éloigné des modes et de la politique, que l’on voyait souvent un chapeau vissé sur le crâne rasé, était l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages, souvent réédités.

Il a écrit sur l’histoire de la philosophie, la métaphysique, la morale et même la pensée orientale. Ses travaux sur Épicure, Héraclite, Pyrrhon ou Montaigne font autorité.

Il a aussi livré des textes plus personnels, plus littéraires, tels son Journal étrange, en cinq volumes, Épicure en Corrèze (2014), récit autobiographique, ou Parcours, Journal d’une vie intellectuelle (2017).

Il défendait une philosophie athée de la nature — "la nature est artiste, inventive, c’est le poète universel", disait-il — et de la morale, écrite sans jargon.

En 2016, il avait publié une partie de sa correspondance avec son épouse, décédée en 1997. Agrégée de lettres, Marie-Thérèse Tronchon, qui avait 15 ans de plus que lui, fut d’abord son professeur au lycée de Tulle. Dans des lettres de jeunesse, il assurait déjà, avec une étonnante franchise, à quel point il est difficile de partager l’amour (avec un être humain) quand on place la vie philosophique et la raison au-dessus de tout.

Pacifiste radical

Marcel Conche est né le 27 mars 1922 à Altillac, dans une modeste famille d’agriculteurs. Sa mère meurt en le mettant au monde. Il devient instituteur au tout début des années 40. Si son père s’engage dans la Résistance, lui s’en tient à l’écart.

"Il n’est pas entré dans la Résistance, il semble ne regretter aucun des combats qu’il n’a pas menés", écrivait en 2006 dans Libération Philippe Lançon à propos de ce "pacifiste radical", ce "janséniste revendiqué", qui "se peint en honnête homme refusant les contingences historiques".

Reprenant des études, il obtient plus tard l’agrégation et va se spécialiser dans l’étude des philosophes présocratiques (Héraclite, Parménide, Anaximandre etc.) et publier traductions et commentaires de leurs oeuvres.

Puis il va approfondir sa réflexion sur les grandes questions philosophiques, autour de la mort, du temps et de la nature. Bien qu’éduqué dans la foi chrétienne, il rejette l’idée de Dieu, arguant que la souffrance des enfants est un mal absolu "ne pouvant être justifié en aucun point de vue". Il a aussi écrit sur Nietzsche, Spinoza, Hegel ou Heidegger. Il a enseigné successivement à Cherbourg, Évreux, Versailles, à la faculté de Lille puis, consécration, à Paris I (La Sorbonne), dont il était professeur émérite.

"Vivre à l’écart"

Marcel Conche vivait depuis des années dans une maison isolée d’Altillac, plongé entre autres dans Lao-Tseu, le fondateur du taoïsme, dont il avait publié en 2003 une traduction de son célèbre livre de sagesse, le Tao te king. "Vivre à l’écart : c’est nécessaire pour faire naître une philosophie personnelle", avait assuré en 2017 à La Croix cet adepte de la décroissance.

"Il est beaucoup plus moderne dans sa façon de philosopher que tel ou tel philosophe à la mode d’aujourd’hui ou des années 60 et 70", estimait André Comte-Sponville (Marcel Conche fut son directeur de thèse), dans un film de 2015 sur ce vieux sage intitulé La nature d’un philosophe.

Franceinfo


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)