Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » NOTES » Arnaud Viviant, Cantique de la critique par : PileFace.com
  • > NOTES

Arnaud Viviant, Cantique de la critique

D 15 octobre 2021     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   


Tant que la critique a eu pour fonction traditionnelle de juger, elle ne pouvait être que conformiste, c’est-à-dire conforme aux intérêts des juges. Cependant la véritable critique ne consiste pas à juger, mais à distinguer. Pour être subversivement démocratique, la critique n’a nul besoin d’être unanime ou divisée. Il lui suffit de parler du langage au lieu de s’en servir.

LIRE UN EXTRAIT

Qu’est-ce qu’un critique littéraire ? A quoi sert-il ? Et la littérature, ça sert à quoi ? Et le langage ? Pour en parler, Arnaud Viviant, auteur de Cantique de la critique aux éditions La Fabrique, est l’invité de #LaMidinale.

Sur la littérature et le langage

« C’est la vulgate de dire que nous sommes une nation littéraire. En réalité c’est le continent européen qui est un continent littéraire. »
« L’objet de la littérature, c’est la langue. En l’occurrence pour nous, la langue française. »
« Si je peux être en désaccord, parfois profond, avec l’Académie française, avec les académiciens, en revanche le dictionnaire de l’Académie - espèce d’objet sans fin - cherche à définir de nouveaux mots, cherche à redéfinir les mots. »
« La littérature, en France, est le garant de ce que veulent dire les mots. »
« La définition de liberté ne se discute pas. Si vous commencez à discuter de la notion de liberté, ce n’est plus une notion de liberté. La notion d’égalité doit être aussi ferme en politique qu’elle l’est dans les mathématiques. Il peut y avoir une polysémie du mot fraternité mais n’est pas non plus infinie. La fraternité reste la fraternité. »
« L’écrivain est le garant du sens des mots. »
« Les mots peuvent changer de signification d’une manière un peu roublarde, souvent dans le discours politique qui est très habile ou le discours de la communication. »
« La deuxième moitié du XXè siècle, l’idée du signifiant l’a beaucoup emporté dans le domaine de la psychanalyse mais aussi de la littérature. »

Sur l’usage des mots en politique

« 1984, le chef d’œuvre d’Orwell, est exactement le livre qui montre comment un pouvoir change la définition même des mots et organise une autre société, une société de contrôle. »
« La démocratie n’est pas qu’un mot ou un fait de langage, la démocratie est une réalité. Nous vivons de moins en moins dans une démocratie. »
« La critique naît en même temps que la démocratie. »
« La liberté d’expression dans nos sociétés ne peut pas exister totalement. Il y a des sujets dont on ne peut pas parler. »
« Quand Flaubert écrit Madame Bovary, il est sujet à un procès. Et il va le gagner parce que son père a le bras long. Et il va échapper à la sentence et grâce au procès, Madame Bovary va connaître un succès. Six mois plus tard, c’est Baudelaire qui se retrouve devant le tribunal pour les pièces lesbiennes des Fleurs du mal. Lui va perdre et il est condamné. Donc la liberté d’expression se gagne au fur et à mesure. »

Sur l’écriture inclusive

« Je m’essaie timidement à l’écriture inclusive dans mon livre. »
« Quand vous êtes écrivain, la question de l’écriture inclusive devrait vous passionner. Comment arriver à changer dans la langue, un schéma de pensée et un schéma de domination masculine ? »
« À l’école, en grammaire, on apprend que le masculin l’emporte sur le féminin. C’est une règle. On pourrait très simplement changer la règle. »
« La question de l’écriture inclusive ne peut pas se régler d’un point de vue typographique comme on le fait avec le point médian actuellement - surtout dans les tracts militants. »
« Dire ‘celles et ceux’, c’est joli, ça fait un ensemble de sifflants : ça ne me dérange pas mais ça ne me dérange pas non plus d’écrire celleux. »
« L’écriture inclusive n’est pas qu’un combat féministe, c’est un combat de représentation non genrée dans la langue. »
« Au Moyen-Âge, le français était beaucoup moins genré qu’il ne l’est aujourd’hui. »
« La langue française s’est genrée au cours de son histoire et nous pouvons aujourd’hui commencer à la dégenrer. »

Sur la définition de la littérature

« Nous avons en France, le prix unique du livre (…). Le livre reste dans une approche démocratique. »
« Un éditeur ne vend pas plus cher un bon écrivain qu’un mauvais. »
« Les gens achètent des livres mais ne les lisent pas. Un livre, c’est l’acte de lire. »
« On ne peut pas essentialiser la littérature dans l’idée d’un combat contre ceci ou contre cela. Edouard Louis reprend une posture qui est celle de Sartre, c’est-à-dire que l’écrivain doit s’engager dans son monde et sa société. Mais ce n’est qu’une des fonctions de la littérature. »
« Un des gros problèmes que nous avons aujourd’hui, c’est que nous n’arrêtons pas d’essentialiser. »

Sur le public de la littérature

« La littérature s’adresse à ceux qui prennent le temps de la considérer. »
« Les gens ne comprennent pas ce qu’est la rentrée littéraire. »
« L’objet de la rentrée littéraire est celui d’une organisation collective des éditeurs, des écrivains et des critiques - des gens qui travaillent dans la même branche - et qui décident qu’il y aura un coup de projecteur sur la littérature à ce moment-là pour qu’elle reste dans l’espace public. »
« Mon travail n’est pas de juger les livres mais de faire en sorte que la littérature soit regardée comme une activité qui parle de la société et la concerne, et où l’on peut apprendre beaucoup sur la société. »
« Ce que racontent les 451 écrivains de la rentrée littéraire dans leurs livres, c’est la société. »

Sur le livre, bien de première nécessité

« Il ne faut pas oublier que Bruno Le Maire qui avait fait du livre un bien de première nécessité lors du grand confinement d’avril 2020, est aussi un auteur de Gallimard. »
« La chaîne du livre menaçait de s’effondrer avec la fermeture des librairies. »
« Quand j’avais un besoin de littérature, tous les livres du domaine public étaient accessibles en un clic. »
« Le problème, c’est pas le livre. Ce n’est pas le livre qui est un bien de première nécessité. Ce qui peut être un bien de première nécessité, c’est le texte. »

Sur la critique littéraire

« On ne peut pas dire que le métier de critique soit en pleine forme par rapport à ce que j’ai pu connaître dans les années 90. Ça fait plus de trente ans que je fais ce métier. »
« Je reste totalement optimiste sur l’avenir de la critique. »
« Personne n’aime les critiques et c’est une constante de l’histoire de la critique. »
« Le travail du critique c’est de faire en sorte que la littérature ne devienne pas une espèce de bijoux esthétique, de colifichets pour classes oisives mais qu’elle reste dans l’espace public. »
« Mon travail n’est pas de faire vendre des livres. Ma fonction c’est de distinguer les projets littéraires des uns des autres et d’expliquer pourquoi. »
« Il y a une chaîne du livre et il faut comprendre, en termes marxiste comment ça marche. Quand un livre est vendu, celui qui touche le plus, c’est le libraire qui touche 17%. Ensuite, c’est le distributeur autour de 10% puis l’éditeur autour de 9%. Viennent ensuite l’imprimeur autour de 2%. Et celui qui touche 1%, c’est l’auteur. »
« Le critique qui fait vendre des livres, touche zéro euro. Je ne veux pas être payé pour faire vendre des livres. Je ne veux pas être un VRP. Ça n’est pas mon travail. »
« Mon travail, c’est de lire les livres au jour le jour. Et de lire tout : de Marc Lévy à Marc Dugain. »

Sur le « tous créateurs » contre le « tous spectateurs »

« Tout le monde écrit aujourd’hui. »
« Internet, c’est la résurrection de l’écriture. »
« Tout le monde veut écrire des livres. »
« On est passé d’une démocratisation de la lecture à une démocratisation de l’écriture : tout le monde écrit. Ça change complètement l’idée même de la littérature. »
« Produire des livres ne fait de vous un écrivain. »
« Il faut considérer la langue comme un outil à améliorer pour être un écrivain. »

Sur le politique et la littérature

« Le projet littéraire d’un Zola était d’écrire le monde, le monde des ouvriers et des employés. A l’époque, il n’y a pas d’autres moyens d’information. D’ailleurs pour écrire, il fait un travail de journaliste, il regarde et prend des notes. »
« Aujourd’hui, cette fonction de description du monde est remplie par d’autres supports comme le cinéma, la télévision et l’image. »
« Au cours du XXè siècle, le sujet de la littérature a moins été de décrire le monde que de se dire comment avec des mots on peut montrer le monde de la manière la plus précise qui soit - avec tout ce que les mots portent en eux, de profondeur. Il n’y a pas de profondeur dans l’image mais il y a une profondeur dans le langage. »
« Zemmour est un écrivain raté. Il n’est pas capable d’écrire une œuvre. »
« La littérature et la politique ont toujours été proches dans notre pays. »
« Zemmour est l’écrivain raté par excellence. Le polémiste a remplacé le critique. Avant, on disait que le critique était l’écrivain raté, maintenant, c’est le polémiste. »

VOIR AUSSI : La Critique sauvera-t-elle la littérature ? (La Grande table, 07/10/2021 )
C’est quoi la Critique ? feat. Arnaud Viviant (Microciné Revue de cinéma et de télévision)

A la fin de son livre, Arnaud Viviant révèle les « livres reçus ce jour en SP  » (Service de Presse) et leur dédicace. J’en ai compté neuf, mais le critique ne nous dit pas le jour et si c’est le cas tous les jours.

A.G., 15-10-21.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)