Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » Documents grand format » DEUXIÈME CERCLE ; LES LUXURIEUX et les... par : PileFace.com
  • > Documents grand format

DEUXIÈME CERCLE ; LES LUXURIEUX et les...

D 23 octobre 2020     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Dante, Enfer
.
DEUXIÈME CERCLE ; LES LUXURIEUX
et les victimes de la passion amoureuse : Paolo et Francesca
.

Traduction de Danièle Robert
CANTO V

1 Così discesi del cerchio primaio
giù nel secondo, che men loco cinghia
e tanto più dolor, che punge a guaio.

4 Stavvi Minòs orribilmente, e ringhia :
essamina le colpe ne l’intrata ;
giudica e manda secondo ch’avvinghia.

7 Dico che quando l’anima mal nata
li vien dinanzi, tutta si confessa ;
e quel conoscitor de le peccata

10 vede qual loco d’inferno è da essa ;
cignesi con la coda tante volte
quantunque gradi vuol che giù sia messa.

13 Sempre dinanzi a lui ne stanno molte :
vanno a vicenda ciascuna al giudizio,
dicono e odono e poi son giù volte.

16 “O tu che vieni al doloroso ospizio”,
disse Minòs a me quando mi vide,
lasciando l’atto di cotanto offizio,

19 “guarda com’ entri e di cui tu ti fide ;
non t’inganni l’ampiezza de l’intrare” !
E ’l duca mio a lui : “Perché pur gride ?

22 Non impedir lo suo fatale andare :
vuolsi così colà dove si puote
ciò che si vuole, e più non dimandare.”

25 Or incomincian le dolenti note
a farmisi sentire ; or son venuto
là dove molto pianto mi percuote.

28 Io venni in loco d’ogne luce muto,
che mugghia come fa mar per tempesta,
se da contrari venti è combattuto.

31 La bufera infernal, che mai non resta,
mena li spirti con la sua rapina ;
voltando e percotendo li molesta.

34 Quando giungon davanti a la ruina,
quivi le strida, il compianto, il lamento ;
bestemmian quivi la virtù divina.

37 Intesi ch’a così fatto tormento
enno dannati i peccator carnali,
che la ragion sommettono al talento.

40 E come li stornei ne portan l’ali
nel freddo tempo, a schiera larga e piena,
così quel fiato li spiriti mali

43 di qua, di là, di giù, di sù li mena ;
nulla speranza li conforta mai,
non che di posa, ma di minor pena.

46 E come i gru van cantando lor lai,
faccendo in aere di sé lunga riga,
così vid’ io venir, traendo guai,

49 ombre portate da la detta briga ;
per ch’i’ dissi : “Maestro, chi son quelle
genti che l’aura nera sì gastiga ?”

52 “La prima di color di cui novelle
tu vuo’ saper”, mi disse quelli allotta,
“fu imperadrice di molte favelle.

55 A vizio di lussuria fu sì rotta,
che libito fé licito in sua legge,
per tòrre il biasmo in che era condotta.

58 Ell’ è Semiramìs, di cui si legge
che succedette a Nino e fu sua sposa :
tenne la terra che ’l Soldan corregge.

61 L’altra è colei che s’ancise amorosa,
e ruppe fede al cener di Sicheo ;
poi è Cleopatràs lussurïosa.

64 Elena vedi, per cui tanto reo
tempo si volse, e vedi ’l grande Achille,
che con amore al fine combatteo.

67 Vedi Parìs, Tristano” ; e più di mille
ombre mostrommi e nominommi a dito,
ch’amor di nostra vita dipartille.

70 Poscia ch’io ebbi ’l mio dottore udito
nomar le donne antiche e ’ cavalieri,
pietà mi giunse, e fui quasi smarrito.

73 I’ cominciai : “Poeta, volontieri
parlerei a quei due che ’nsieme vanno,
e paion sì al vento esser leggieri.”

76 Ed elli a me : “Vedrai quando saranno
più presso a noi ; e tu allor li priega
per quello amor che i mena, ed ei verranno.”

79 Sì tosto come il vento a noi li piega,
mossi la voce : “O anime affannate,
venite a noi parlar, s’altri nol niega !”

82 Quali colombe dal disio chiamate
con l’ali alzate e ferme al dolce nido
vegnon per l’aere, dal voler portate ;

85 cotali uscir de la schiera ov’ è Dido,
a noi venendo per l’aere maligno,
sì forte fu l’affettüoso grido.

88 “O animal grazïoso e benigno
che visitando vai per l’aere perso
noi che tignemmo il mondo di sanguigno,

91 se fosse amico il re de l’universo,
noi pregheremmo lui de la tua pace,
poi c’hai pietà del nostro mal perverso.

94 Di quel che udire e che parlar vi piace,
noi udiremo e parleremo a voi,
mentre che ’l vento, come fa, ci tace.

97 Siede la terra dove nata fui
su la marina dove ’l Po discende
per aver pace co’ seguaci sui.

100 Amor, ch’al cor gentil ratto s’apprende,
prese costui de la bella persona
che mi fu tolta ; e ’l modo ancor m’offende.

103 Amor, ch’a nullo amato amar perdona,
mi prese del costui piacer sì forte,
che, come vedi, ancor non m’abbandona.

106 Amor condusse noi ad una morte.
Caïna attende chi a vita ci spense”.
Queste parole da lor ci fuor porte.

109 Quand’ io intesi quell’ anime offense,
china’ il viso, e tanto il tenni basso,
fin che ’l poeta mi disse : “Che pense ?”

112 Quando rispuosi, cominciai : “Oh lasso,
quanti dolci pensier, quanto disio
menò costoro al doloroso passo !”

115 Poi mi rivolsi a loro e parla’ io,
e cominciai : “Francesca, i tuoi martìri
a lagrimar mi fanno tristo e pio.

118 Ma dimmi : al tempo d’i dolci sospiri,
a che e come concedette amore
che conosceste i dubbiosi disiri ?”

121 E quella a me : “Nessun maggior dolore
che ricordarsi del tempo felice
ne la miseria ; e ciò sa ’l tuo dottore.

124 Ma s’a conoscer la prima radice
del nostro amor tu hai cotanto affetto,
dirò come colui che piange e dice.

127 Noi leggiavamo un giorno per diletto
di Lancialotto come amor lo strinse ;
soli eravamo e sanza alcun sospetto.

130 Per più fïate li occhi ci sospinse
quella lettura, e scolorocci il viso ;
ma solo un punto fu quel che ci vinse.

133 Quando leggemmo il disïato riso
esser basciato da cotanto amante,
questi, che mai da me non fia diviso,

136 la bocca mi basciò tutto tremante.
Galeotto fu ’l libro e chi lo scrisse :
quel giorno più non vi leggemmo avante.”

139 Mentre che l’uno spirto questo disse,
l’altro piangëa ; sì che di pietade
io venni men così com’ io morisse.

142 E caddi come corpo morto cade.

CHANT V

Du premier cercle ainsi je descendis
dans le deuxième, de diamètre moins grand
et de douleur si vive qu’il pousse au cri.

Minos y siège et grogne, horriblement :
examine les fautes dès l’entrée ;
juge et châtie par ses enroulements [1].

J’affirme que lorsque l’âme mal née
vient devant lui, elle ne cache rien ;
et il voit, ce connaisseur des péchés,

quel est le lieu de l’enfer qui convient ;
de sa queue il s’entoure autant de fois
qu’il veut lui faire descendre de gradins.

Devant lui toujours beaucoup se tiennent là
et passent à tour de rôle en jugement,
parlent et entendent, puis sont jetées bas.

“Ô toi qui viens dans ce séjour souffrant”,
me dit Minos aussitôt qu’il me vit,
abandonnant son office important,

“vois bien où tu entres et à qui tu te fies ;
que l’ampleur de l’entrée ne te trompe pas !”
Et mon guide lui dit : “Pourquoi ces cris ?

Cette entrée fatale, ne l’empêche pas :
c’est là-haut qu’est décidé où se peut
ce qui se veut, et n’en rajoute pas [2].”

Alors commencent les sons douloureux
à se faire entendre ; je suis parvenu
là où une immense plainte m’émeut,

venu au lieu d’où la lumière est exclue,
qui mugit comme la mer en tempête
si par des vents contraires elle est battue.

Le souffie infernal, qui jamais ne s’arrête,
avec violence emporte les esprits ;
tournoyant et frappant il les maltraite.

Lorsqu’ils arrivent devant l’ éboulis [3],
ce sont des cris, plaintes, lamentations ;
le pouvoir divin est blasphémé ici.

Je compris qu’à de telles persécutions
sont condamnés là les concupiscents
qui soumettent à leurs instincts la raison.

Et tout comme s’envolent, par gros temps,
les étourneaux en rang large et serré,
ainsi balaie de-ci de-là le vent,

en bas en haut, tous ces esprits mauvais ;
aucun espoir de se réconforter,
ni d’un répit ni de peine atténuée.

Et comme les grues passent chantant leur lai [4],
formant dans le ciel une longue série,
ainsi je vis venir, tout éplorées,

des ombres entraînées par cette furie ;
et donc je dis : “Maître, mais qui sont-elles,
ces ombres que le vent noir ainsi châtie ?”

Il répondit : “La première d’entre elles
dont tu voudrais connaître le récit
fut une impératrice universelle [5],

du vice de luxure si pétrie
que le désir licite elle rendit
pour échapper au blâme qu’on lui fit [6].

C’est Sémiramis, dont il est écrit
qu’à Ninus son époux elle succéda :
tint la cité que le Sultan régit [7].

L’autre est celle qui par amour se tua,
aux cendres de Sychée fut infidèle [8] ;
et puis la luxurieuse Cleopatra [9].

Vois Hélène, par qui une ère cruelle
fut déclenchée, et vois le grand Achille,
pour qui l’amour fut bataille mortelle.

Vois Pâris, et Tristan.” Et plus de mille
ombres il nomma et me montra du doigt,
qu’amour de notre vie mit en exil.

Après que mon docteur eut de sa voix
nommé dames antiques et chevaliers,
pitié me vint, et je fus hors de moi.

Je commençai : “Poète, volontiers
je parlerais à ceux qui par deux vont
et qui au vent paraissent si légers [10].”

Et il dit : “Tu verras quand ils seront
plus près de nous ; il faut que tu les pries
par l’amour qui les mène, et ils viendront.”

Dès que le vent vers nous les conduisit,
je m’ écriai : “Ô âmes tourmentées,
venez nous parler, si nul ne l’interdit !”

Comme colombes par le désir poussées
traversent l’air, d’un vol droit sans faiblir
vers le doux nid par leur vouloir portées,

du groupe où était Didon ils sortirent,
venant vers nous dans cet air malfaisant,
si fort était le cri de mon désir [11].

“Ô être vivant, courtois et accueillant [12],
qui rends visite, à travers un air pers [13],
à nous qui teignîmes le monde de sang,

si était ami le roi de l’univers,
nous le prierions de te donner la paix,
car tu as pitié de notre mal pervers.

De ce qu’il vous plaît d’entendre et de parler
nous allons vous entendre et vous parler
tant que le vent, comme il fait là, se tait.

La terre où je suis née est située
en bord de mer là où le Pô descend
avec ses affluents trouver la paix [14].

Amour, qui très vite un noble cœur surprend,
prit celui-ci pour la belle apparence
qu’on m’a ôtée ; ce m’est encore tourment.

Amour, qui d’aimer à son tour ne s’offense,
me prit pour sa beauté tellement fort
que, comme tu le vois, toujours j’y pense.

Amour nous a conduits à même mort [15].
Caïne attend celui qui prit nos vies [16].”
Voici les mots qui nous parvinrent alors.

Lorsque j’entendis ces âmes meurtries,
je baissai la tête et je la tins si bas
que le poète dit : “Tu es pensif ?”

Quand je lui répondis, ce fut : “Hélas,
que de désir, que de douces pensées
les ont conduits au douloureux trépas !”

Puis me tournant vers eux je commençai
à leur parler : “Francesca, tes martyres
de tristesse et pitié me font pleurer.

Mais dis-moi : à l’époque des doux soupirs,
à quoi et comment vous permit Amour
de donner corps à ces confus désirs ?”

Et elle : “Pas de plus grande douleur
que de se souvenir du temps heureux
dans le malheur ; il le sait, ton docteur.

Mais si de notre amour tu es désireux
que je te dise la germination,
c’est avec mots et pleurs que je le peux.

Nous lisions un jour par récréation
comment Lancelot fut d’amour saisi ;
nous étions seuls et sans aucun soupçon.

Plusieurs fois cette lecture nous fit
lever les yeux et fit pâlir nos traits ;
mais il n’y eut qu’un point qui nous vainquit.

Lorsque nous lûmes que le sourire aimé
était baisé par un si noble amant,
lui, dont je ne serai plus séparée,

me baisa sur la bouche tout tremblant.
Galehaut fut le livre et l’ écrivit [17] :
ce jour-là nous ne lûmes pas plus avant.”

Durant ce récit de l’un des esprits,
l’autre pleurait ; si bien que de pitié
comme si je mourais je défaillis.

Et comme tombe un corps mort, je tombai.

Retour à l’article principal

[1Minos, juge des Enfers sage et pondéré dans la mythologie gréco-latine, est transformé par Dante en un démon hargneux et grotesque, muni d’une queue qu’il enroule autour de son corps en fonction de la gravité des fautes commises. Son rôle est ici purement exécutif.

[2Rappel des vers 95-96 adressés par Virgile à Charon au chant III.

[3Pour la traduction du mot ruina, qui a donné lieu à bien des controverses, j’adopte l’interprétation de Charles S. Singleton qui y voit un effondrement rocheux provoqué par un tremblement de terre survenu à la mort du Christ. Cf. La poesia della Divina Commedia, Bologna, il Mulino, 1978, p. 475 sq. Dante reprend cette image au chant XII.

[4Le lai désigne au Moyen Âge, et plus particulièrement· au XIIe siècle, une composition musicale et poétique largement pratiquée par les troubadours, à la fois narrative et d’inspiration amoureuse. On sait que Marie de France s’y est particulièrement illustrée.

[5Par di molte favelle, il faut entendre “de nombreuses langues”, soit de nombreux peuples. Les Assyriens avaient en effet tenté de bâtir un véritable empire “universel” en Asie Mineure.

[6Sémiramis était soupçonnée d’avoir des relations incestueuses avec son fils.

[7Dante emploie souvent terra pour “cité”. Or, comme la cité gouvernée par un sultan était Le Caire et non la Babylone assyrienne sur laquelle régnait Séminaris, il est possible qu’il ait voulu nommer par là le pays d’Egypte en son entier - pays que Ninus avait conquis, selon Diodore de Sicile. Le vers reste énigmatique, néanmoins.

[8La reine Didon, qui recueillit Énée après son naufrage et tomba amoureuse de lui. Son histoire et sa fin tragique occupent tout le chant IV de l’Énéide.

[9Dante utilise, pour nommer Cléopâtre, le terme non pas italien mais grec ; je l’ai donc imité en optant de mon côté pour le terme latin.

[10La périphrase fait entrer en scène Paolo Malatesta et Francesca da Rimini, dont le récit termine le chant. Au contraire de tous les autres, ils marchent ensemble, unis dans l’éternité par leur faute même, puisqu’ils l’ont commise ensemble. Ils sont comme portés par un vent léger, celui de la soumission à leurs désirs à l’instar des colombes, ce qui leur a fait enfreindre les lois morales.

[11Roger Dragonetti explique que “l’extrême séduction qui émane de la comparaison des colombes” rejaillit sur Dante-acteur qui se trouve “subjugué par la grâce du couple” (Dante. La langue et le poème, études réunies et présentées par Christophe Lucken, Paris, Librairie classique Eugène Belin, coll. “Littérature et politique”, 2006, p. 129-130).

[12Le couple grazioso e benigno définit les qualités qui fondent la noblesse du cœur : à celui qui utilise, dans sa façon de parler, la douceur et la courtoisie, Dieu accorde sa grâce (cf. Convivio, IX, XXV, 1, 2).

[13L’expression aere perso s’oppose à celle du vers 86 : aere maligno. Quant au choix du terme, Dante le définit ainsi dans le Convivio : “Le pers est une couleur mêlée de pourpre et de noir, mais où domine le noir, et se définit par lui ; et de même la vertu est une chose mêlée de noblesse et de passion” (IV, xx, 2). On n’est plus ici dans l’espace de la luxure mais dans celui d’une passion incontrôlable.

[14La terre natale de Francesca est la cité de Ravenne, qui avait pour seigneur son père, Guido il Vecchio da Polenta. Elle épousa, en 1275, Gianciotto Malatesta, seigneur de Rimini, qui avait un frère, Paolo. Paolo et Francesca tombèrent amoureux l’un de l’autre et furent tués par Gianciotto qui les surprit. Le drame s’ était déroulé entre 1282 et 1285, donc plusieurs années avant que Dante n’entreprenne la Commedia, et était encore dans tous les esprits.

[15La triple reprise anaphorique énonce la conception de l’amour longuement analysée par Guido Cavalcanti dans la célèbre chanson “Donna me prega” (Rime, op. cit., p. 96-101), ainsi que par Andrea Cappellano dans le traité De amore qui a inspiré tout le courant stilnoviste. Le vers 136 qui clôt le récit de Francesca, comme l’analyse Edoardo Sanguineti, “arrive tout droit de Cavalcanti” qui à maintes reprises parle du tremblement érotique (trema, tremare, fa tremar, tremando) par lequel se manifeste la passion amoureuse, sublimée par la parole poétique, le verbe étant toujours associé chez Cavalcanti à l’anima. Mais ici, explique Sanguineti, la sublimation fait place à une acception toute charnelle du terme tremando (cf. Il realismo di Dante [1966], Firenze, Sansoni, coll. “Nuova Biblioteca”, 1980, p. 29).

[16La Caïne est le lieu situé au fond de l’enfer et où sont envoyés les traîtres envers leurs parents. Le vers désigne le mari de Francesca, auteur du double meurtre : de son épouse et de son propre frère.

[17Allusion au personnage qui, dans le Lancelot en prose, découvre l’amour qui unit Lancelot et la reine Guenièvre et favorise une rencontre secrète entre eux. C’est par lui - personnage de roman et acteur de l’événement - que leur amour se concrétise et que le roman peut s’écrire. Les mots que Dante met dans la bouche de Francesca expriment ainsi la correspondance étroite qui unit la vie et la littérature dans la tragédie vécue par les deux protagonistes, tous deux “victimes de leur culture raffinée et moderne, et d’inspiration courtoise : leur erreur - qui les a conduits au péché et à la condamnation - est d’avoir pris comme principes de vie ceux de la poésie occitane et stilnoviste et comme modèles les aventures de personnages de romans” (Giorgio Bárberi Squarotti, op. cit., p. 50).


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


Rechercher




Mots-clés