Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » NOTES » Écriture inclusive : cette algue verte intrusive par : PileFace.com
  • > NOTES

Écriture inclusive : cette algue verte intrusive

D 3 août 2020     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Les envahisseur.euse.s sont là !
(ou quand les Verts me font rire jaune quand leurs délires deviennent règle officielle. Merci à Sébastien Bataille de les dénoncer. Houellebecq au secours pour les bouter hors de nos Territoires ! V.K.)

Par Sébastien Bataille,

Ainsi donc, le conseil municipal « vert » de Lyon a opté pour une communication officielle rédigée en écriture inclusive. Pour fêter cette mesure, le centre-ville et la banlieue de la troisième commune de France se sont enflammés la nuit du 13 au 14 juillet.

Le parodique est devenu l’éthique, le paranormal est devenu le normal. Et c’est au tour de l’écriture inclusive de nous plonger dans la quatrième dimension pour de vrai !

Cette « avancée » lyonnaise ne doit pas cacher le fait que de nombreuses autres villes ont adopté discrètement mais sûrement ce procédé relevant de la terreur idéologique, se nichant jusque dans les colonnes d’une certaine presse forcément subventionnée…

Le charme discret mais vénéneux de la bourgeoisie progressisteLes envahisseur.euse.s sont là ! David Vincent et tant d’autres les ont vus. Pourtant, beaucoup font semblant de ne pas les voir, s’en accommodant sans moufter, comme envoûtés par l’expression de ce charme certes discret mais vénéneux de la bourgeoisie progressiste. Les algues vertes de l’écriture inclusive, si belles en leurs miroirs des âmes, se répandent sur les réseaux sociaux, dans les articles de la presse quotidienne régionale, les hebdomadaires « culturels », les amphithéâtres, les revendications syndicales, et autres mouroirs de la pensée fulgurante (l’opposé de la pensée unique). Le mimétisme moutonnier n’a d’autre ressort que la peur d’être sanctionné pour insoumission à suivre le mouvement.[…] Il y a dix ans, dans sa chanson « Faire com », Charles-Elie Couture démontait parfaitement ce mécanisme en œuvre dans le processus d’aliénation collective :

Faire comme
Comme la com
Comme tout le monde
Qui fait comme tout le monde
[…]
Comme ceux qui le font
Et qui touchent le fond
À force de faire comme
Comme la com

Qui a lu Balzac, Proust, Chateaubriand, Hugo, Giono ou Simenon en français dans le texte, voire Tintin, et sans parler de nos auteurs contemporains (Houellebecq, Patrick Besson, etc.), ne peut décemment accepter de se soumettre à cette nouvelle lubie progressiste intrusive. Personne ne peut rêver devant un texte où la forme administrative prend le dessus sur le style. Les tracts inclusifs sont les nouvelles sécrétions administratives des Assis dénoncés par Rimbaud.

Le complexe d’égalité

Il est de notoriété publique que les Français ne lisent pas beaucoup, mais les tenants de l’écriture inclusive n’ont sans doute jamais lu un seul livre de leur vie, à part peut-être le Manuel de grammaire non sexiste et inclusive : Le masculin ne l’emporte plus ! Ils pensent sûrement que l’amour de la langue est une coquetterie moyenâgeuse. Le complexe de supériorité des castes bien-pensantes s’est mué en complexe d’égalité mais il est l’expression de la même arrogance décérébrée et manichéenne.

[…]

Ironie de l’histoire, la pollution des esprits se répand désormais derrière le masque de l’écologie. Cela nous rappelle la citation de Churchill selon laquelle les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes. Tout le monde avance masqué, quoi de plus naturel en ces temps de masques obligatoires ?

Espérons seulement que nous ne nous acheminons pas vers un scénario à la Soleil vert, même si les algues vertes de l’écriture inclusive – générées par la « vague verte » sortie des urnes aux trois quarts vides – sont déjà là. Elles piquent les yeux et donnent mal à la tête aux citoyens normalement constitués. Espérons surtout que la nouvelle ministre de la Culture commandera assez de vaccins pour lutter contre ce virus extrêmement virulent. Elle peut le faire.


Bronzer vert

Il semblerait que dans sa chanson « Bronzer vert », Michel Polnareff ait annoncé dès 1985 ce qui est en train de nous arriver. Le premier couplet ressemble à s’y méprendre à ce programme pour lequel ont voté une majorité d’électeurs français soucieux d’obtenir un bronzage vert : « Quand la planète n’est pas nette et que je veux faire place nette, je change de disque sur la platine je craque une allumette. Je veux bronzer vert, changer d’atmosphère. Bronzer à l’envers. »

Alors cet été, bronzez idiot : bronzez vert ! […] Ne changez rien, pour une fois ! Vous êtes juste parfait·e·s. Et dire que pendant des siècles on a pu croire que la perfection n’était pas de ce monde !

D’après Causeur, 31/07/20, -31 juillet 2020


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)