vous etes ici : Accueil » NOTES » Gilles Kepel, La Fracture par : PileFace.com
  • > NOTES

Gilles Kepel, La Fracture

D 6 novembre 2016     C 4 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

La Fracture

Coédition Gallimard / France Culture
Hors série Connaissance, Gallimard
Parution : 04-11-2016

« De la tuerie de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, à l’assassinat du père Hamel, le 26 juillet 2016, le terrorisme islamiste a causé la mort de deux cent trente-neuf personnes en France. Et des listes de cibles incitent des "lions solitaires" à continuer le massacre.
L’objectif de ces provocations meurtrières est de fracturer la société française par une guerre civile larvée dressant, au nom d’une religion dévoyée, un nouveau prolétariat d’enfants d’immigrés contre les classes moyennes.
Pour y parvenir, les djihadistes tentent d’embrigader les musulmans de France, qui leur sont massivement hostiles. Des stratégies de rupture sont mises en œuvre afin de souder cette communauté contre l’"islamophobie" imputée à la société.
Cela nourrit la propagande de politiciens qui cherchent leur avantage en vue des élections de 2017, tombant dans le piège des terroristes alors même que la patrie est en danger, randis que l’Europe se fissure et que le Moyen-Orient explose.
Conçu autour des chroniques radiophoniques que j’ai tenues chaque semaine sur France Culture entre les étés 2015 et 2016, La Fracture restitue en contexte cette année terrible et plaide pour un engagement lucide de nos concitoyens. »

Gilles Kepel, Gallimard.

Feuilletez le livre.

*

Les djihadistes ont-ils réussi à diviser les Français ?

Gilles Kepel était l’invité des Matins de France Culture le 3 novembre.

*
JPEG - 45.5 ko
Gilles Kepel. (Jean-Luc Bertini pour ’’l’Obs’’).

Gilles Kepel : "Les islamo-gauchistes, ces charlatans !"

L’OBS du 2 novembre 2016.

Dans l’entretien qu’il nous a accordé à l’occasion de la sortie de son livre "la Fracture", Gilles Kepel accuse une partie des intellectuels de gauche, idéologues utiles des islamistes, de minimiser le phénomène djihadiste. Une cécité criminelle, dénonce le spécialiste de l’Islam

Dans votre livre, vous dénoncez violemment "les autruches de la pensée dénégationniste", qui situent la cause du mal absolu dans l’islamophobie, notion que les islamistes et leurs compagnons de route ont fini par imposer pour interdire, dites-vous, tout débat sur la deuxième religion de France. A l’heure où le débat politique sur l’islam n’en finit pas de se crisper, y avait-il urgence à dénoncer le fonctionnement de ceux que vous qualifiez d’"islamo-gauchistes" ?

Oui, car ces intellectuels tétanisés par la culpabilité postcoloniale battent la campagne médiatique. Ils font de l’islamophobie le ressort exclusif des grandes manifestations antiterroristes du 11 janvier… Proclamer "Je suis Charlie", c’est pour eux faire acte d’islamophobie ! Cette cécité les conduit à minimiser le péril djihadiste de peur de désespérer Molenbeek comme les compagnons de route du Parti communiste s’interdisaient de dénoncer les exactions du stalinisme de peur de "désespérer Billancourt".
Par-delà l’organisation terroriste Daech, qui a fracturé la cohésion rêvée de la patrie, je crois que deux forces de désintégration sont à l’œuvre dans la société française. D’une part, les mouvements communautaristes, qui font prévaloir l’appartenance religieuse et ses marqueurs dans l’espace public. De l’autre, une conception identitaire et étroite de la France, dont le fond est ethno-racial et xénophobe.
Mon livre est destiné à nourrir le grand débat de société qui doit absolument précéder les élections présidentielle et législatives de 2017. En tant qu’universitaire travaillant sur ces enjeux depuis trois décennies, je me livre à une analyse sans dramatisation mais sans complaisance du défi mortel que pose le djihadisme à notre pays et que cherchent à occulter une partie de nos intellectuels de gauche.

Selon vous, la fracture culturelle et civilisationnelle de la société française apparaît à la faveur des attentats du 7 janvier ?

Précisément, ce qui fait que, du point de vue djihadiste, c’est l’attentat le plus réussi. Pourquoi ? Parce que les dessinateurs de "Charlie Hebdo" sont perçus, dans une partie de la jeunesse musulmane européenne et française, comme des gens qui l’ont bien cherché. De même qu’il y avait eu des milliers de like sur Facebook pour Merah, il y en a eu pour les frères Kouachi, pour Coulibaly, etc. Cela aboutit à ce clivage, qui est exacerbé par toute cette mouvance islamo-gauchiste dont Emmanuel Todd se fait le porte-parole, sans doute inconscient à l’époque, avec son livre "Qui est Charlie ?".

Dans votre livre, vous revisitez l’incroyable enchaînement des faits de l’été 2016 : de l’attentat de Nice à l’irruption de la question du burkini dans le débat public.

L’attentat à Nice le 14 juillet tue 86 personnes sur la promenade des Anglais, parmi lesquels du reste plus du tiers sont des musulmans (30 personnes). La cible est double. D’un côté, c’est le symbole de la "fête païenne" du 14-Juillet. La Révolution française se produit au même moment que l’émergence du wahhabisme en Arabie saoudite, c’est-à-dire à la fin du XVIIIe siècle, et en est l’exact contraire. Une victoire de la laïcité détestée. En même temps, l’attentat survient sur le lieu emblématique de l’hédonisme mondialisé. La promenade des Anglais, comme son nom l’indique, c’est international, c’est connu dans le monde entier. La French Riviera, la Côte d’Azur… Un attentat contre la civilisation hédoniste européenne.
Ce qui est fascinant, c’est que, du 14 juillet jusqu’au 26 juillet (l’assassinat du père Hamel), la France est dépeinte dans la presse internationale et notamment anglo-saxonne comme victime de la terreur. Elle est plainte, il y a de la commisération. Et soudain, à partir du mois d’août, lorsque arrivent les arrêtés anti-burkini des municipalités du littoral méditerranéen, la victime va se transformer d’un jour à l’autre en bourreau.
Cette inversion paradoxale, qui est une imposture exceptionnelle, est menée en particulier par un groupe qui s’appelle le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF), organisation proche des Frères musulmans, qui va tirer profit de la frustration de jeunes musulmans qui en ont assez de devoir rappeler qu’ils ne sont pas des terroristes.

Vous dites que se produit alors un refoulement psychanalytique, qui est l’occultation des attentats ?

Oui, ce qui me ramène à une expérience personnelle. Au mois de mai dernier, j’ai été invité par le Bondy Blog à participer à un débat. J’ai beaucoup travaillé sur la Seine-Saint-Denis, à Clichy, Montfermeil, et j’avais des contacts avec leurs journalistes. Des jeunes issus de l’immigration qui étaient dans une logique d’insertion sociale, qui voulaient créer un journalisme alternatif et ouvert. A ma stupéfaction, les trois journalistes chargés de m’interviewer m’ont accusé pendant tout l’entretien d’être islamophobe ! C’était juste avant que je sois condamné à mort par Larossi Abballa dans sa vidéo du 13 juin au soir. Mais ils ne parlaient jamais des attentats et uniquement de l’islamophobie : les femmes voilées traînées par terre, la société française islamophobe, etc. J’ai compris depuis lors que le Bondy Blog avait été totalement repris en main par cette frange frériste qui a fait de l’"islamophobie" son principal slogan.
Pour les Frères musulmans, dans la mouvance de Tariq Ramadan, comme pour Marwan Muhammad (le directeur exécutif du CCIF), il y a une volonté manifeste de mobiliser cette jeunesse musulmane en occultant le phénomène des attentats, en se refusant à le penser. C’est la "forclusion", comme on dirait en psychanalyse lacanienne, des attentats, pour se focaliser sur une victimisation communautaire de la population concernée. Ce que les djihadistes ne parviennent pas à faire, c’est-à-dire à mobiliser, parce qu’ils font horreur, les Frères musulmans le réussissent en offrant un regroupement de défense identitaire. Les Frères musulmans ont été durablement affaiblis en Egypte par le régime du maréchal Sissi, et beaucoup sont aujourd’hui exilés en Turquie. Et c’est à partir de la Turquie que leur stratégie de conquête de l’Europe s’est construite, soutenue par le Qatar.

LIRE LA SUITE DE L’ENTRETIEN pdf

À propos de La fracture de Gilles Kepel pdf


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


4 Messages

  • A.G. | 7 janvier 2017 - 20:10 1

    Deux ans après les attentats terroristes contre Charlie hebdo et l’Hyper Cacher, la fracture est aussi dans le monde intellectuel.

    Le terrorisme en face
    Alain Finkielkraut reçoit deux chercheurs rompus au nouvel environnement mondial : le politologue François Burgat et le spécialiste de l’islam Gilles Kepel.

    France Culture, 7 janvier 2017


  • A.G. | 18 décembre 2016 - 16:16 2

    Gilles Kepel à ONPC le 17 décembre.

    ONPC est une devenu une émission aussi dérisoire qu’inutile. J’allais donc couper la télé quand j’ai découvert que l’universitaire était sur le plateau de Laurent Ruquier le samedi 17 décembre pour parler de son dernier essai La Fracture. Il est connu qu’il n’est pas facile de s’expliquer dans ce talk-show bavard face à deux chroniqueurs aussi talentueux que Vanessa Burggraf et Yann Moix. Malgré la mauvaise foi de la première, arabisante célèbre, et les propos de plus en plus obscurs du second, Kepel a cependant réussi à aborder avec son calme habituel et la gravité nécessaire quelques thèmes essentiels de son livre.


  • A.G. | 17 décembre 2016 - 12:29 3

    À propos de La fracture de Gilles Kepel par Jean-Daniel Matet

    Les auditeurs des chroniques de Gilles Kepel sur France-Culture du 6 septembre 2015 au 15 juillet 2016 les retrouvent retranscrites dans ce livre, accompagnées d’un prologue – « L’année terrible » – et d’un épilogue – « "Djihadisme" et "islamophobie" : la double imposture ». Ce volume séduit tant par la rigueur de la démarche de l’auteur, que par l’exigence de son travail de terrain qui l’a conduit en différents points sensibles du globe, afin d’explorer les réalités sociales, les forces civiles ou militaires. Il a rencontré de nombreux témoins, lu les textes de propagande ou d’organisation en arabe quand il s’agit de Daech. Son style et la volonté de dégager une raison à l’œuvre, même dans les situations les plus périlleuses rendent cette lecture incontournable pour déchiffrer les tensions meurtrières qui traversent l’Europe. Lire la suite sur Lacan Quotidien.


  • A.G. | 14 novembre 2016 - 15:08 4

    Gilles Kepel publiait ce 4 novembre un ouvrage intitulé "La Fracture", dans lequel il revient sur la scission de la société française et sur le terrorisme islamiste. Un an après les attentats du 13 novembre, il s’exprime chez Atlantico sur les objectifs nourris par les djihadistes et sur le risque de division au sein de notre pays. LIRE ICI.