vous etes ici : Accueil » NOTES » Juifs et musulmans, si loin, si proches par : PileFace.com
  • > NOTES

Juifs et musulmans, si loin, si proches

D 29 juillet 2015     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Juifs et musulmans, si loin, si proches


Réalisation : Karim Miské

Auteurs : Karim Miské, Emmanuel Blanchard, Nathalie Mars
Direction éditoriale : Sylvie Jézéquel
Coproduction : ARTE France, Compagnie des Phares et Balises
2013, 4 x 52.

Ce voyage dans le temps retrace quatorze siècles d’une riche histoire commune entre juifs et musulmans. Un récit d’une grande rigueur historique, sans concessions ni parti pris.

Où l’on retrace la naissance de l’islam et sa conquête en un siècle d’un territoire s’étendant de la Perse à l’Espagne. Quelle a été la place des millions de non-musulmans dans cet empire ? Pour les polythéistes, c’est la conversion ; pour les peuples du Livre, juifs et chrétiens, le statut de "dhimmi", qui les détermine inférieurs, mais leur confère une protection plus ou moins généreuse selon les lieux, et leur permet de pratiquer leur religion.

Dès l’avènement de l’islam, le sort des musulmans et des juifs a été étroitement lié, mais un peu plus d’un siècle de conflit a suffi à occulter dans les mémoires treize siècles d’une histoire commune souvent pacifique et parfois harmonieuse. Elle commence dans la péninsule Arabique, où l’islam voit le jour au VIIe siècle, par la parole et l’enseignement de son fondateur, Mahomet, et se poursuit à Jérusalem, où, au XIIe siècle, le conquérant Saladin respectera églises et synagogues, durant le mythique âge d’or du royaume d’al-Andalus (711-1492) et dans la Maison judéo-musulmane de la sagesse fondée à Bagdad par la dynastie abbasside… Jusqu’à la rupture violente du XXe siècle, les deux religions n’ont cessé de dialoguer, non sans épisodes douloureux, comme le massacre de Grenade, en 1066, durant lequel la population juive est décimée par ses voisins musulmans. Le judaïsme a ainsi fortement inspiré Mahomet, qui en reconnaît les prophètes : Ibrahim (Abraham), Moussa (Moïse) ou Joseph (Youssef). Trois siècles plus tard, c’est sous l’influence des penseurs musulmans que le rabbin Saadia Gaon proposera une interprétation de la Thora puisée dans la philosophie grecque.

De 610 à nos jours, de l’Arabie au Proche-Orient en passant par l’Empire ottoman, l’Andalousie et le Maghreb, cette histoire complexe et méconnue est racontée chronologiquement, avec une fluidité qui n’exclut pas le sens du détail. Un passionnant voyage dans le temps, porté par les explications, savantes mais toujours accessibles, de plus de trente chercheurs venus de différents pays, par des séquences d’animation originales et par des archives photographiques et filmiques d’une grande force.

*

1. Les origines : 610-721

Où l’on retrace la naissance de l’islam et sa conquête en un siècle d’un territoire s’étendant de la Perse à l’Espagne. Quelle a été la place des millions de non-musulmans dans cet empire ? Pour les polythéistes, c’est la conversion ; pour les peuples du Livre, juifs et chrétiens, le statut de "dhimmi", qui les détermine inférieurs, mais leur confère une protection plus ou moins généreuse selon les lieux, et leur permet de pratiquer leur religion.


*

2. La place de l’autre, 721-1789


*

3. La séparation, 1789-1945


*

4. Les guerre des mémoires, 1945-2006


*


Saadia Gaon est un rabbin du Xe siècle.
© Jean-Jacques Prunès. Zoom : cliquez l’image.

Juifs et musulmans, retour sur un héritage partagé

Le réalisateur franco-mauritanien Karim Miské explore, à travers une série documentaire rediffusée sur Arte, des siècles de relations entre juifs et musulmans. Leurs influences réciproques brisent l’idée qu’ils seraient par nature ennemis.

A l’évidence, une question taraude Karim Miské : comment faire lien, comment construire le vivre-ensemble ? En 2009, au temps pas si lointain du fumeux débat sur l’identité nationale, il s’emparait en un subtil triptyque d’un siècle de relations entre les musulmans de France et la société hexagonale (Musulmans de France avec Emmanuel Blanchard et Mohamed Joseph). Histoire de faire entendre une pluralité riche, constitutive de la nation française.

Quatorze siècles en quatre films

Quatre ans plus tard, tandis que, d’intifadas en colonisations, le conflit israélo-palestinien s’enlise dans la haine et que son ombre portée tétanise les débats, le réalisateur franco-mauritanien se saisit d’un plus gros morceau encore. Arpenter, en quatre films, quatorze siècles de relations entre juifs et musulmans, de la naissance de l’islam à nos jours. Nourri de séquences d’animation et de l’expertise d’universitaires de tous pays, Juifs et musulmans : si loin, si proches réinscrit dans la longue durée l’histoire mouvante de ce compagnonnage, d’harmonie en tension, d’exclusion en interaction.

« Même si cela n’a pas toujours été un long fleuve tranquille, cette histoire commune existe, insiste Karim Miské. Le contentieux actuel au Proche-Orient fait écran à un héritage partagé. Se colleter aux plus de douze siècles précédant la naissance du fossé, de l’antagonisme entre juifs et musulmans, permet de mesurer à quel point les patrimoines hébraïque et musulman sont mêlés, combien les influences culturelles, religieuses... sont réciproques. Rappeler cette simple vérité, c’est relativiser l’histoire récente, déconstruire l’idée que juifs et musulmans seraient par nature ennemis.  »


Voyage dans le temps, à la découverte de quatorze siècles d’une riche histoire commune entre juifs et musulmans.
Zoom : cliquez l’image.

Décret injuste

La toile de fond « distanciée, équilibrée, apaisée, tenant compte des conflits mais aussi des moments de convivance » [1] esquissée, reste à appréhender les ressorts de la séparation. « Ce qui change la donne, analyse Miské, c’est quand l’Europe, dans la foulée de la Révolution française, invente la notion de citoyenneté universelle. Il y a désormais toute une partie du monde où les juifs deviennent des citoyens à part égale. Dans l’Empire ottoman, ils seront régis par la dhimma, un statut juridique de protection et d’infériorité, jusqu’en 1856. Parallèlement, la politique expansionniste de l’Europe se développe, des territoires musulmans comme l’Afrique du Nord sont conquis. L’idée d’égalité essaime. »

Le décret Crémieux de 1870, qui accorde d’office la nationalité française aux juifs d’Algérie mais pas aux musulmans, « divise profondément la société locale, opposant les uns aux autres [2]. » Un coin est enfoncé entre les populations autochtones du monde musulman qui cohabitent depuis des siècles.

La naissance des nationalismes sioniste et arabe va sonner le glas de ces liens fluctuants, radicalisant les postures. « Le nationalisme crée de nouvelles identités, qui ne prennent en compte qu’une partie de l’individu, développe Miské. Un juif du monde musulman va devoir choisir. En fait, il n’a pas tellement le choix. S’il choisit de rester juif arabe, bientôt les Arabes ne voudront plus de lui à cause du projet sioniste et de la création de l’Etat d’Israël. S’il choisit de rallier l’Etat hébreu, il lui est conseillé de laisser sa part arabe à la frontière. Le nationalisme crée des césures à l’intérieur des personnes et fabrique du conflit. »


Meknès, 1960.
© Alliance Israélite Universelle. Zoom : cliquez l’image.

L’exclusion de l’autre

Un constat qui éveille chez le réalisateur une réflexion sur ce qui fonde une nation. « Si elle se crée sur une ethnie dominante, la langue ou la religion, la nation exclut de facto les minorités qui n’ont d’autre choix que de partir ou de faire profil bas. Il n’y a pas de place pour une altérité intérieure. »

Car au-delà de l’histoire séculaire entre juifs et musulmans, ce qui passionne Karim Miské, c’est de découvrir comment on construit l’exclusion de l’autre. « Cette manière pour les leaders de faire de la politique en surfant sur les identités enferme les gens. C’est comme s’ils leur jetaient un sort. Ils nouent quelque chose en eux et après, c’est difficile de s’en défaire. Je fais des films pour que les gens réapprennent à penser par eux-mêmes, fassent tomber les murs de leur prison mentale. Les confronter à la réalité des faits historiques est un exercice salutaire. »

Marie Cailletet, Télérama, 28/07/2015.

Lire aussi : Juifs et musulmans : 6 clefs pour comprendre 1400 ans d’histoire commune

Juifs et musulmans : si loin, si proches sortira le 30 octobre en coffret DVD aux éd. Compagnie des Phares et Balises.

Sortie en parallèle, chez Albin Michel, d’un livre numérique, enrichi de textes supplémentaires, de cartes interactives et d’extraits de la série documentaire.


[1Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours, sous la direction d’Abdelwahab Meddeb et Benjamin Stora, éd. Albin Michel.

[2Idem.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document