vous etes ici : Accueil » NOTES » Dans le numéro 422 d’art press par : PileFace.com
  • > NOTES

Dans le numéro 422 d’art press

D 24 avril 2015     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Dans le numéro 422 d’art press actuellement en kiosque :

Chers amateurs d’art, chers papivores, artpress vous a préparé beaucoup de lectures pour ce mois de mai.

D’abord, comme toujours, l’actualité des galeries et des musées avec une grande interview de Peter Doig dont une exposition itinérante vient d’ouvrir au Louisiana Museum, au Danemark (17 avril - 16 août), une étude de la peinture de Damien Cabanes dont les œuvres puissantes sont visibles jusqu’au 23 mai à la galerie Éric Dupont, des comptes-rendus de la Biennale de Sharjah, de la rétrospective de Télémaque au Centre Pompidou, de l’exposition Qu’est-ce que la photographie ? (aussi au Centre Pompidou)...

Depuis la rentrée dernière, on se félicite de l’effervescence parisienne, ouverture de nouvelles institutions, multiplication des foires et des salons. Cocorico ? Catherine Francblin a mené l’enquête au terme de laquelle, elle pose quand même la question : l’art est-il soluble dans le business ?

Mai est aussi, cette année, exceptionnellement, le mois d’ouverture de la Biennale de Venise. Comme pour les précédentes éditions, nous sommes partis à la recherche de ce qui s’annonce comme les meilleures participations nationales et avons réalisé un cahier supplémentaire de 44 pages. Un vrai vade-mecum.
On trouvera également dans ce cahier une interview du directeur artistique, Okwui Enwezor, par Massimiliano Gioni qui connaissait les bonnes questions puisqu’il l’a précédé dans ce rôle il y a deux ans.

Le cahier livre est lui aussi encore plus fourni que d’habitude, augmenté d’un dossier Roland Barthes réalisé à l’occasion de l’exposition que lui consacre la BnF (5 mai - 6 juillet), et en collaboration avec ceux qui en sont les commissaires, Eric Marty et Marie Odile Germain, Patrick Bouchain, qui en est le scénographe, et les spécialistes que sont Tiphaine Samoyault et Bernard Comment.

Le sommaire complet

*

Note : Le feuilleton de Jacques Henric — que je lis toujours avec beaucoup d’intérêt et dont il m’arrive de regretter qu’il ne soit pas repris en volume — est, cette fois, consacré, sous l’intitulé « Des mots et des poings », à la Géographie intérieure de Pierre Jourde dont, coïncidence, le Précis de littérature du XXè siècle, écrit avec son acolyte Éric Naulleau, vient d’être réédité. Curieux feuilleton dont la fin est une attaque à peine voilée du dernier livre de Yannick Haenel, Je cherche l’Italie, auquel Henric préfère le Houellebecq de Soumission (pourquoi pas ?) [1]. Exit l’andouille ! (c’est le titre du dernier paragraphe).
Je note par ailleurs (il n’y a bien entendu aucun rapport avec une quelconque guerre du goût) que, pour la première fois depuis 1973, art press n’a jusqu’à présent consacré aucun entretien ni aucun article à Sollers et son roman, L’École du mystère, sorti début janvier. Il est vrai que Sollers y consacre un court chapitre ironique, sous le titre « Obscénités » (p. 141-143), à un « magazine d’art contemporain branché » facilement identifiable et au concours sur Joyce qu’il avait lancé l’an dernier (il s’agissait d’imaginer les réponses de Nora aux lettres de Joyce) et dont on se demande bien le succès qu’il a rencontré. A.G.

*

[1Houellebecq dont Henric a salué autrefois les mauvaises poésies. Exemple :

« Sur mon agenda de demain,
J’avais inscrit : « Liquide vaisselle » ;
Je suis pourtant un être humain :
Promotion sur les sacs-poubelles !

A tout instant ma vie bascule. »


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document