vous etes ici : Accueil » NOTES » Casanova variations, un film de Michael Sturminger par : PileFace.com
  • > NOTES

Casanova variations, un film de Michael Sturminger

D 3 décembre 2014     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

D’après Histoire de ma vie de Giacomo CASANOVA et des scènes d’opéra par Lorenzo DA PONTE et Wolfgang Amadeus MOZART.

« Viva la libertà ! »

S’écrie Casanova, seul dans sa demeure, avant de s’évanouir. Lorsque la belle et mystérieuse écrivaine Elisa von der Recke vient lui rendre visite, elle insuffle à nouveau un peu de vie chez le vieil homme.

Un film qui capture le mythe du plus grand séducteur de tous les temps, Giacomo Casanova. Son histoire est racontée à la fois de sa dernière demeure et sur scène, à travers des extraits d’opéra nous livrant ainsi ses aventures, ses passions et sa peur de la mort.

*


Extraits ICI.

*

Le film vient de sortir sur les écrans. Je ne l’ai pas encore vu, mais les propos du metteur en scène, Michael Sturminger, et de John Malkovich suscitent la curiosité.

« Viva la libertá ! » C’est avec ce cri que Casanova/John Malkovich s’écroule sur scène au tout début du film. L’orchestre s’arrête de jouer, l’inquiétude règne, comédiens et techniciens prodiguent les premiers secours, un médecin sort du public pour proposer son aide, un gros plan de l’homme pris de convulsions est projeté en arrière-plan. Il n’est pas clair si c’est Casanova, le personnage, ou John Malkovich, l’interprète, qui a une attaque. Mais une cantatrice déguisée en infirmière arrive et transforme la scène en Commedia dell’arte : le spectacle continue ! On comprend que ce film prendra toutes les libertés dans le mélange des genres pour affirmer : tout est du Cinéma !

Le projet The Giacomo Variations m’occupe depuis plus de 3 ans. En version théâtre, il visait déjà à dépasser les frontières du genre. La version film, Casanova variations, que nous vous présentons est pour moi et mes partenaires artistiques l’aboutissement ultime de cette expérience hors du commun. Ce projet est un mélange de cinéma, musique, théâtre, littérature et histoire qui pille les plus grands chefs-d’œuvre de l’0péra à savoir Le nozze di Figaro, Don Giovanni et Così fan tutte — ainsi que le trésor immense que Giacomo Casanova nous a légué avec son manuscrit autobiographique de 5000 pages.

Le lien entre Casanova, Mozart et Da Ponte est évident dans la mesure où, non seulement ils se connaissaient, mais ils vivaient chacun en homme libre et artiste indépendant. Sans ressources stables, l’insécurité existentielle était leur quotidien, pourtant ils se sentaient à égalité avec l’aristocratie. En effet, bien qu’ils ne soient pas issus de la noblesse, ils revendiquaient leur totale liberté. Quand, vers le milieu du film, Giacomo s’insurge contre les aristocrates, menaçant d’ôter la vie à ceux qui lui manqueraient de respect, on saisit combien cet homme fut précurseur, annonçant la nouvelle ère.

Le scénario fait de la liberté un véritable leitmotiv. En tant que réalisateur, j’ai voulu imprimer cette revendication à la liberté sur la structure du film. D’où mon désir de changer sans cesse de genre et de transposer des œuvres canonisées dans un autre contexte, de les employer comme matériaux sous une nouvelle forme. Nous allons capter du Théâtre pour le Cinéma d’une manière presque documentaire pour renforcer l’impression que tout se passe à l’instant, que rien n’est mis en scène, que c’est la vraie vie qui regarde la scène depuis les coulisses.
Pourtant, nous serons dans le jeu. Nous vivrons en un temps concentré des événements qui se sont étalés sur sept décennies, reconstitués à partir de souvenirs restitués ou inventés. Les chanteurs se mêleront aux acteurs, les décors du théâtre façonneront, les costumes transformeront, les voix enchanteront et, par-dessus tout, sonnera la musique la plus légère, la plus profonde, la plus intelligible qui soit. Et, sans transition perceptible, nous nous retrouverons complètement ailleurs, au XVIIIe siècle, dans un Château de Bohême, où nous assistons à la rencontre d’Elisa et de Giacomo.

Photogramme du film. Manet, <i>Lola de Valence</i>, 1862.

Ce sont les deux mêmes que sur la scène du théâtre, mais autour d’eux, tout est différent. Ici, personne ne chante, les choses sont plus simples et moins grandioses. L’action se concentre sur le grand duel entre Elisa et Giacomo, les deux idéalistes désillusionnés. Nous les regardons de près faire connaissance, se frôler, s’impressionner, se repousser et finir par s’apprivoiser. C’est une rencontre qui exacerbe tous les espoirs et préjugés qu’ils ont accumulé dans leur vie. Il est presque trop tard… mais n’est-il jamais trop tard pour partager un moment d’intimité et de compréhension mutuelle ?

Au début du film, lorsqu’Elisa surgit dans sa vie, Casanova vit depuis 15 ans comme bibliothécaire d’un aristocrate dans ce château oublié au bout du monde. Elle apparait comme un être étrange, venu d’un monde lointain ; un être qui se serait égaré dans son monde à lui, un monde oublié de Dieu où il mène une vie ennuyeuse et solitaire. C’est une femme belle, cultivée et sûre d’elle, écrivaine, qui a acquis réputation et indépendance financière avec son livre-révélation sur le célèbre imposteur Cagliostro. Si elle vient rendre visite à Giacomo, c’est peut être pour écrire sur lui aussi, lire ses mémoires et les publier ?

Ainsi, plane le danger qu’Elisa ait l’intention de tourner Casanova en ridicule, comme elle l’a fait auparavant avec Cagliostro, pour surpasser le succès de son premier livre. D’autant plus que Cagliostro, en tant que libertin, est par beaucoup d’aspects l’alter ego de Casanova. Dans ce contexte, la rencontre entre Elisa et Giacomo prend des allures de duel. Giacomo, qui n’a plus rien à perdre, aborde ce combat comme le dernier de son existence. Il lutte pour sa postérité, pour le jugement du monde sur sa vie… mais cherche aussi à séduire cette femme et conquérir son coeur.

Mes nombreuses collaborations avec John Malkovich et Martin Haselböck ces 4 dernières années ont intensifié notre relation de travail et ont permis de développer notre projet de film. Après nos aventures réjouissantes pour le spectacle The Infernal Comedy, la pièce The Giacomo Variations a été un véritable défi. Si dans le cadre de la Comedy, les exigences scéniques et musicales étaient assez simples, il a fallu des mois pour parfaire les enchaînements scéniques des Variations.

Aujourd’hui nous sommes prêts à réaliser ce film que nous avons discuté et travaillé en détail, après l’avoir mis à l’épreuve sous forme de spectacle devant un public. En construisant le scénario, nous avons constamment cherché à bouleverser les frontières de genre, à installer une intimité dans les scènes, une légèreté et une fluidité musicale, afin de raconter l’histoire fascinante de cet européen moderne. Et, s’il est vrai qu’il y a eu une multitude de films sur Casanova, et que de grands acteurs tels que Sutherland, Mastroianni, Curtis ou encore Ledger ont interprété le Vénitien légendaire, aucun d’entre eux n’a pourtant eu la manière parfaitement naturelle qu’a John Malkovich de se mettre devant la caméra et d’affirmer : « Je suis Signore Giacomo Casanova ! »

Michael Sturminger, Casanova variations.

*

John Malkovich

John Malkovich vous manquait ? Cela tombe bien, cette semaine il est à l’affiche de Casanova Variations de Michael Sturminger. Une oeuvre singulière adaptée de la pièce de théâtre éponyme qui mêle cinéma et opéra, fiction et réalité, passé et présent et dans laquelle le comédien, ancien membre de la troupe du Steppenwolf Theater, renoue avec un rôle qu’il maîtrise redoutablement bien : celui de grand séducteur.

Soixante-et-un ans et soixante-dix films. Tel est le palmarès de John Malkovich qui compte parmi les acteurs les plus talentueux de sa génération. Néanmoins, malgré son CV blindé, il fait partie de ces acteurs qui ont su rester discrets, de ceux dont on connaît le visage mais pas le nom, ou inversement. La dernière fois qu’on l’a vu sur grand écran, c’était en 2013 dans la comédie "troisième âge" Red 2 de Dean Parisot aux côtés d’Helen Mirren, Anthony Hopkins et Bruce Willis.

Photogramme de Casanova Variations. Manet, <i>Lola de Valence</i>, 1862.

Aujourd’hui le comédien est de retour au cinéma sous les traits du grand séducteur Casanova pour les besoins du film Casanova Variations. Un personnage que John Malkovich maîtrise sur le bout des doigts puisque ça fait quatre ans qu’il le joue sur les planches. En effet, Casanova Variations est l’adaptation cinématographique de la pièce éponyme de Michael Sturminger. "Comédien, écrivain, franc-maçon, alchimiste, Casanova était surtout un homme libre. Quelqu’un de très curieux qui a voyagé partout, qui a tout vu, tout vécu", estime Malkovich.

Un peu comme John Malkovich lui-même qui a toujours laissé libre cours à ses envies. Comédies, thrillers, films d’action, l’acteur a tourné avec les plus grands, de Woody Allen à Clint Eastwood en passant par Steven Spielberg ou Luc Besson. Films indépendants (Dans la peau de John Malkovich de Spike Jones en 1999) ou grosses productions (Transformers 3 : la face cachée de la lune de Michael Bay en 2011), il s’est vite imposé en vrai caméléon du cinéma. Ces grands écarts, le comédien les explique le plus simplement du monde : "Si on ne fait pas de temps en temps un film populaire que les gens ont vraiment envie de voir, c’est foutu." Pour l’instant donc, tout est sous contrôle.

Interview pour Casanova Variations


Entretien post-it, 18 novembre 2014

John Malkovitch revient sur son métier d’acteur et les différents metteurs en scène avec qui il a travaillé (dont Stephen Frears pour Les liaisons dangereuses avec Glenn Close où Malkovitch est un excellent Valmont)...


John Malkovich, entretien post-it par telerama

*

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document