vous etes ici : Accueil » NOTES » Web et littérature : François BON ouvreur de pistes par : PileFace.com
  • > NOTES

Web et littérature : François BON ouvreur de pistes

D 7 juillet 2014     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Web et littérature font bon ménage avec François Bon, défricheur pionnier de ces nouveaux terrains vagues depuis 1997. « Une certaine idée du bonheur web (e-méditation) », c’est une des entrées récentes de son Journal. Son webmagazine « tiers livre expérience » retrace l’histoire de son parcours singulier. Vivifiant à bien des égards. Plutôt que de honnir la technique – son premier moule formateur à l’Ecole d’ingénieurs des Arts et Métiers, suivant les premiers pas de son enfance dans l’atelier du père, mécanicien-garagiste Citroën [1] - il utilise les techniques Web pour servir la littérature et ouvrir les pistes littéraires de demain.

JPEG - 8.4 ko
François Bon, 2011
Crédit photo : Jean-Luc Bertini

Les temps changent. Moi, mon bonheur web c’est Lovecraft. Pour ce que j’y trouve dans les fonctionnements d’imaginaire, dans le rapport à la science, dans la question de l’écriture et comment il la pose, ce qu’il déplace tout simplement de l’économie narrative dans un contexte extrêmement contemporain, aussi bien pour la ville que pour cette machine identitaire qui l’enferme. Mais aussi pour la façon de marcher en avant du projet lui-même. Les lettres, je me les procure via AbeBooks, et ce sont des livres que je reçois en Print On Demand, avec une qualité imparable – imprimés en Allemagne, mais avec un tout petit tour d’avance sur la qualité Lightning Source Maurepas. Mais pendant que la bureaucratie politique française bricole des non-lois, le POD semble une autre (l’autre de l’autre c’est lebig data, les métadonnées de l’industrie du livre en France, beaucoup plus que la question du livre numérique qui ne viendrait qu’en 3) mutation de fond qui passe au-dessus de la tête de lachaîne du livreen train de s’enfoncer tout droit les pieds dans la semoule. C’est quasi ébahissant de voir comment des questions aussi lourdes (Amazon l’a bien compris, avec tout ce qu’ils déploient sur la vente conjointe num/POD) laissent indifférent un monde professionnel tétanisé sur son usure et l’axiome ça durera bien encore 10 ans.

D’où l’importance et l’urgence pour nous auteurs d’avoir nos labos : les abonnés à ce site ont droit forfaitairement, qu’ils en profitent ou pas, à la totalité de mes bouquins au format numérique, ou ressources audio etc. Les droits d’auteur, il y a longtemps qu’ils ne peuvent plus nous faire vivre, alors ouvrons ces chantiers, et invitez-nous à lectures, stages, résidences, au moins vous savez ce qu’on fait (et tant pis pour les sans-site qui ne font pas la démarche, trop longtemps qu’on leur dit, et que c’est pas plus compliqué d’emploi qu’une cafetière électrique – le verrou est dans la tête. […]

François BON
Extrait de Journal / « Une certaine idée du bonheur web (e-méditation) »

Webmagazine : « Tiers livre expérience »

V.K.


[1Notons que c’est un atelier Citroën, ancien, qui illustre la page d’accueil de son webmagazine : « tiers livre expérience »


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document