vous etes ici : Accueil » NOTES » Chine : les nouveaux dissidents par : PileFace.com
  • > NOTES

Chine : les nouveaux dissidents

D 22 janvier 2013     C 0 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Un documentaire réalisé par Martin BOUDOT et Leona LIU [1]
sur une idée originale de Paul MOREIRA (52’).

Une coproduction LCP-An/PREMIERES LIGNES/ARTE France.

En Chine, l’art est devenu une arme. En créant des oeuvres subversives, des artistes chinois critiquent ainsi ouvertement le régime pour tenter d’éveiller la conscience du public. Un phénomène qui inquiète les dirigeants de Pékin. Ces dernières années, des dizaines d’artistes ont été emprisonnés. Le plus célèbre d’entre eux est Ai Weiwei, qui est assigné à résidence à Pékin et accusé de fraude fiscale.


Docs ad Hoc : Chine : les nouveaux dissidents par LCP

La critique TV de télérama du 12/01/2013

Pékin adore l’art contemporain, comme tout ce qui est rentable. Le problème, ce sont les artistes. Ces énergumènes-là n’arrêtent pas de parler. Et lorsqu’on les fait taire — deux cents emprisonnements depuis deux ans —, leurs oeuvres continuent de parler pour eux. Des tableaux gentiment subversifs, des installations ou des performances à cheval entre l’art et l’activisme.

Ce reportage part débusquer ces nouveaux dissidents chinois, comme Ai Weiwei, élu homme de l’année par Time Magazine, ou les frères Gao, les premiers à avoir décapité Mao (du moins en sculpture). Ils sont une infime poignée à chatouiller ainsi le régi­me, détournant ses symboles, ses pratiques, jouant continuellement avec la censure. Certains d’entre eux ont été passés à tabac, d’autres simplement intimidés (les policiers les invitent poliment à « boire le thé »). La plupart d’entre eux travaillent en loucedé, ­mitonnent des expos clandestines, ou se protègent à l’inverse en conviant les caméras du monde entier, façon Ai Weiwei. La surveillance insidieuse du régime ne les empêche pas de relayer une certaine forme de critique, dont les journaux et les blogs sont privés. De l’art contestataire, saisi ici par petites touches, comme de minuscules îlots de résistance dans un marché davantage tourné vers la spéculation.

Erwan Desplanques, Télérama.

Sur la dernière exposition de Ai Weiwei au musée du Jeu de Paume : Entrelacs.


[1Leona Liu est une étudiante suivant actuellement le master en Sécurité Internationale à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (Sciences Po). Le 6 Octobre 2012 elle a présenté ce documentaire sur la Chine sur la chaine franco-allemande Arte.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)