vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers et la musique » Geste - Texte - Musique
  • > Sollers et la musique
Geste - Texte - Musique

Archive sonore du Centre Pompidou

D 26 septembre 2009     A par Viktor Kirtov - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Message de Olivier Thebault :

Chers sollersiens,

Je vous signale ce lien qui vous a peut-être échappé :

(cf. lien en fin d’article)

Sollers y parle de musique avec une musicologue [Ivanka Stoïanova].

Bon courage et bonne continuation pour ce site où la parole de Sollers est abritée et gardée précieusement.

Un amateur

Cette archive sonore de la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Pompidou, en constitue son plus ancien enregistrement (27 février 1978). Il a été enregistré à l’occasion d’une rencontre musicale autour de la parution du livre de la musicologue Ivanka Stoïanova,, " Geste - Texte - Musique " (UGE, 10/18, Paris, 1978). Cette séance s’est prolongée par un exposé d’Ivanka Stoïanova et illustrée d’ extraits d’oeuvres musicales contemporaines, objet de son étude.

Avertissement


Cet enregistrement est dérangeant !

Près de quatre minutes de musique lancinante avant qu’une voix ne se fasse entendre pour nous en délivrer et nous donner la clé (de sol) de ce qu’il fallait entendre. Une voix de 1978, dans laquelle on a du mal à reconnaître celle de Sollers, puis on s’y habitue.
Les premiers mots d’introduction, dans une scansion - très lente -, aux césures silencieusement marquées, en surimpression sur la musique, le sésame d’ouverture de ce discours, les voici :

La musique que vous entendez

N’est pas plus stéréotypée

Ni ruminative

Que ce qui a lieu

Dans votre tête à chaque instant

Tout cela est d’une grande pauvreté

Justifiée

Et c’est de la misère

Symbolique de l’époque

Misère dont l’art moderne

Essaie héroïquement et pathétiquement de sortir

Que je voudrais essayer de dire deux mots

A supposer que l’époque ait encore besoin d’artistes, ce qui n’est pas sûr

« A quoi bon, disait Hölderlin, des poètes, en temps de détresse »

Nous ne vivons plus un temps de détresse

Mais en temps de quasiment rien du tout

La musique

Comme toutes les autres activités symboliques

De l’espèce dite humaine

Fait partie de cet effondrement

Que nous vivons depuis un siècle.

Puis, le fond musical disparaîtra pour laisser la place à une parole claire, à la scansion restant lente, d’un discours que l’on sent plus lu, qu’improvisé sur une trame comme le fait aujourd’hui Sollers.
Mais l’intérêt de cet enregistrement réside justement dans son ancienneté (1978), et permet de mesurer la constance du fond - la musique et la langue avec le corps comme instrument - comme thème récurrent chez Sollers et l’évolution dans la forme de son expression.

Autres thèmes abordés, également récurrents chez Sollers, la question du Temps... , la poésie avec les références à Hölderlin, Mallarmé..., les ouvertures de la langue avec la langue de Joyce..., autant d’éléments s’intégrant dans le puzzle de la réflexion de Sollers sur les mutations de son temps, celui du XXe siècle :

Voila donc ce XXe siècle particulièrement féroce en régression historique

En catastrophes et en charniers

Et de l’autre, un art qui prouve la mutation même

De l’identité humaine

Tout ceci, d’ailleurs, portant un rude coup à l’idéologie du progrès

Car l’idéologie du progrès, c’est la conception d’un temps linéaire et évolutif

Et précisément, tout cet art, notamment la musique, et ce n’est pas un hasard

Va poser des problèmes, le problème du Temps d’une façon complètement autre

Que ce qu’on aurait pu attendre

D’un accouchement, d’une conception du monde axée sur le progrès

Même chose en littérature.

...

Trente ans après, pas un mot à changer de cet extrait ! Non ?

Bonne écoute,



Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


1 Messages