vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers et l’inceste » Pomme d’amour
  • > Sollers et l’inceste
Pomme d’amour

LE CANTIQUE DES CANTIQUES, Extrait de Femmes

D 21 août 2005     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook



Allons, machine ... Séquence sur le Cantique des Cantiques ...
Le Chant des Chants ... Quel art dans la mise en scène ... Il s’agit de disposer une femme à la traversée ... Ce n’est pas du tout évident... Il faut trouver le biais, l’oblique ... Par rapport à sa mère, là, derrière ... Il faut aller la chercher en ce point précis ... Au nombril... Nombrelle ...A la source gelée ...


Sous le pommier, je t’ai éveillée
là-même où ta mère t’a conçue,
où elle t’a conçue et enfantée ...

Pommier ... Pomme d’amour ... Mandragore. Nécessité d’accumuler les images de douceurs, de parfums. Colombes, nid, lait, lys, bracelets d’or, ivoire, albâtre, chrysolite, saphir ... Et le vin aux aromates ! Et le jus de grenade 1... Et les cèdres !... Et les cyprès !... Ça ne suffit pas ... Voilà encore le henné, le nard, le crocus, la cannelle, le cinnamome, l’encens, l’aloès ... Pas d’économie !... Tout le rideau des sensations doit être convoqué pour franchir le cap ... Sans quoi ça ne marche pas ... On est en train d’accomplir un acte très dangereux ... Enlever une fille à sa mère !... A son double cataleptique !... Interrompre le Sacré lui-même !... Un sacré d’enfer, le texte vous prévient ... Le Sceau des Sceaux ... La Mort ... Le brasier de la Mort en soi !... Si vous n’arrivez pas à dénouer ça avec le plus grand art, tant pis pour vous !... Il faut qu’elle soit votre s ?ur ...
Qu’elle l’imagine ... Que vous soyez comme sorti du corps d’où elle vient, qui la tient...


Que n’es-tu pour moi comme un frère
qui aurait sucé les seins de ma mère ?
Quand je te rencontrerais au-dehors, je te baiserais, et
alors on ne me mépriserait pas !


Je ne vais pas vous faire une explication de texte ... Moi, je traduirais tout au présent ... Et le passage du tu au il, là, mériterait quelques pages ... Voilà !... L’inceste réussi ... Juste ce qu’il faut ... Sous des flots de myrrhe ... Vous savez d’ailleurs d’où ça sort, la myrrhe ? ... Myrrha ... Une fille qui a baisé son père avec la complicité de sa vieille nounou, pendant que sa mère célébrait le culte de Cérès ... Les dieux, agacés, l’ont changée en arbre donnant le produit de son nom ... L’odeur du mirage ... Dante, sévère, la met en enfer. Vous trouverez le récit du cas dans le grand foutoir d’Ovide. Ah, ces païens !... Vous avez été agréé ? Métamorphosé ? Le Chant est à vous. Vous êtes le bien -aimé bondissant, désirable !...


Tes caresses sont meilleures que le vin,
tes parfums sont agréables à respirer,
ton nom est une huile qui s’épand,
c’est pourquoi les jeunes filles t’aiment !

Cette histoire de nom comme de l’huile est très importante... Pensez-y... L’odeur, le goût, la résonance liquide ... Tous les sens culminant dans l’oreille... Pour l’homme, bien sûr... L’ouïe qui fait couler... Saint Bernard est intarissable sur le sujet ... Sermon sur sermon !... Nous revoilà dans les parages de la Vierge... Qu’est-ce que j’y peux ? C’est ainsi... Mathématique... Vous ne croyez tout de même pas que toutes ces élucubrations se sont arrangées au hasard ? Sont tombées du ciel ? N’ont pas leur raison que la raison est pressée d’ignorer ? Si vous vous faites haïr, au moins vous saurez pourquoi. On peut d’ailleurs préférer se faire haïr... Pourquoi pas ? Il n’y a rien d’incompréhensible...


(Femmes, p. 648-650.)
Cité par Catherine Clément
dans Sollers La Fronde

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document