vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Le Journal du mois, dans le JDD » Le Journal du mois de septembre 2008
  • > Le Journal du mois, dans le JDD
Le Journal du mois de septembre 2008

D 28 septembre 2008     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Sollers aime nous étonner. Son actualité, c’est la procréation, le pape, l’Immaculée Conception, les livres.

La crise financière juste citée. No comment ! Le temps de Sollers n’est pas le temps immédiat. A l’écume des vagues du flot des informations dont la dernière efface l’autre, Sollers préfère surfer sur les lames de fond qui oeuvrent par nature en profondeur, et modifient notre environnement humain plus durablement.

Mais pourquoi ne parle-t-il pas de la crise financière actuelle ? Ses silences, celui-là est assourdissant. Pourquoi ce silence sur ces milliers de gens spoliés aux Etats-Unis par cette hydre toute puissante, impersonnelle, indéfinie qu’il nomme "Leymarché-Financier" et qui fait la pluie et le beau temps sur nos têtes. Comme un dieu puissant maître du soleil et du tonnerre, aux colères impitoyables et irresponsables n’épargnant pas les faibles, bien au contraire.

Leymarché-Financier, il l’a justement combattu de ses piques et sarcasmes depuis des décennies, et Sollers préfère toujours être là, où les autres ne sont pas, ne sont pas encore. Et, peut-être pense-t-il qu’au final, cette crise fût-elle catstrophique comme celle de 1929, a moins d’importance que ces titres déjà disparus de la une des journaux. Il en a parlé avant, peut-être en parlera t-il après ? Mais Sollers est tout sauf un loup qui aime hurler avec la meute. Sa posture préférée : celle du solitaire qui parle à contre-courant.

Son actualité, celle pas encore assimilée, celle dont toute la portée n’a pas encore été imaginée : cette nouvelle procréation où la femme est la grande maîtresse de notre destin. " Qu’importent les pères, les mères sont là " dit-il.
Un thème ancien aussi chez lui, comme celui de la vierge, cette aberration d’Immaculée Conception qui au fil de l’évolution des techniques de procréation lui fait dire "L’Immaculée Conception n’est plus un dogme catholique obscurantiste, mais une possibilité de la technique."

Illustration du Sollers qui aime provoquer, nous prendre à rebrousse-poil, jusqu’à nous faire douter de notre raison. Nous rappeler que le doute peut être salutaire et raisonnable. Juste une ou deux micro-piqures de rappel qui ne font pas mal, que l’on peut même ne pas ressentir ! Ou comment exciter nos neurones avec des propos du dimanche, indolores et légers, entre la poire et le fromage(1).

Jeudi 25 Septembre 2008

Par Philippe SOLLERS

Le Journal du mois

Un historien de l’avenir établira peut-être un jour la correspondance secrète qui se sera produite entre la révélation de plus en plus intime du big bang et la prolifération des grossesses humaines hors normes...

Grossesses
Un historien de l’avenir établira peut-être un jour la correspondance secrète qui se sera produite entre la révélation de plus en plus intime du big bang et la prolifération des grossesses humaines hors normes. Qu’une femme de 59 ans attende des triplés fait mon admiration, et ce n’est qu’un début, il faudra s’habituer à ces éclosions nouvelles. La garde des Sceaux (merveilleuse expression) donne l’exemple, et ce n’est que justice. Qu’importent les pères, les mères sont là. La meilleure, la plus inattendue, est quand même Sarah Palin, la colistière du vieux McCain, qui, peut-être, va lui permettre d’occuper la fonction suprême à Washington. Quelle femme ! Quelle énergie ! Quel coup de fusil ! Quelle saine morale ! Sa fille de 17 ans la défie en étant enceinte contre tous ses principes ? Qu’importe, on va la marier, bienvenue à tous les bébés blancs du monde.

Supposition : Obama est battu, MCain est élu, mais il casse sa pipe, Sarah Palin devient président des Etats-Unis. ça, ce serait le grand jeu ! En pleine crise financière, ce pays a besoin d’un grand coup de fouet, d’une Jeanne d’Arc à l’échelle de la planète, d’une chasseuse passionnée et d’une engendreuse rigide. Ce que la France n’a pas réussi avec Ségolène Royal, l’Amérique peut le réaliser avec Sarah. J’ai beaucoup aimé le discours de Ségolène et son emprunt à Juliette Gréco, "aimez-vous les uns les autres, ou bien disparaissez". Hélas, cet appel tombe dans le vide, et la vraie formule aurait dû être : "Haïssez-vous les uns les autres, et restez sur place !" Vite, d’autres grossesses insolites, y compris au plus haut niveau du pouvoir !

Pape (1)
L’Immaculée Conception n’est plus un dogme catholique obscurantiste, mais une possibilité de la technique. Les papes en ont eu la vision, et le phénomène Lourdes attend son interprétation essentielle. En tout cas, Benoît XVI a réussi, au-delà de toute espérance, son voyage en France. Les laïcards ont été submergés et révulsés, les caricaturistes débordés, Charlie Hebdo et Siné Hebdo fraternisent sur ce sujet, et vont encore plus loin que Le Canard enchaîné. Le plus amusant est cette frénésie, très hexagonale, à propos de la sexualité des papes. C’est tenace, insistant, fasciné, touchant, enfantin, assommant de répétition, mais justement. Plus l’obsession persiste, mieux les papes se portent. Je ne sais pas ce qu’est la laïcité "positive" (la laïcité tout court me convient très bien), mais la laïcité négative m’intéresse, et ses racines inconscientes aussi. Si j’étais scientologue, ce qu’à Dieu ne plaise, j’encouragerais à la fois le positif et le négatif, seule l’indifférence me paraîtrait insupportable. L’anticléricalisme tocard a donc de beaux jours devant lui, et le pape aussi, comme l’a prouvé son triomphe sur l’esplanade des Invalides, déferlement de jeunesse et de drapeaux jaune et blanc, mystères de la foi. Paris vaut bien une messe.

Pape (2)
Le collège des Bernardins, superbement rénové, est une merveille architecturale, au même titre que Notre-Dame, ce joyau de l’increvable croyance. Là, le pape a fait un tabac devant un parterre culturel de sourds. J’ai tendu l’oreille de loin, et je l’ai entendu dire des choses qui m’ont réellement ému. Exemple : "Le désir de Dieu comprend l’amour des lettres, l’amour de la parole, son exploration dans toutes ses dimensions." Parfait, c’est ce dont je m’occupe jour et nuit avec persévérance. Et puis ceci, message codé : "Il en est réellement ainsi, en réalité, à présent, le Logos est là, le Logos est présent au milieu de nous." Ça, croyez-moi, c’est très fort, mais comme l’a dit le personnage principal de toute la pièce, "il n’est pires sourds que ceux qui ne veulent pas entendre". Je sais de source sûre, moi, ce que le pape pensait durant son travail épuisant : retrouver ses appartements, son piano, ses partitions de Mozart. Faire constamment de la géopolitique et guérir les malades, c’est bien, mais Mozart, c’est-à-dire Dieu lui-même, c’est mieux.

JPEG - 49.1 ko
L’art cistercien du Collège des Bernardins (Paris).

Plus sur le collège des Bernardins (pdf)

Censures
Je suis consterné par le choix de Marseille comme capitale de l’Europe de la culture en 2013. Bordeaux est la cité humiliée, persécutée, boycottée, déniée, c’est un fait. Ces Jacobins sont implacables. C’est donc la Méditerranée contre l’Atlantique, Bernard Tapie contre Montaigne, La Boétie, Montesquieu, Mauriac et moi. Chers camarades bordelais, courage ! L’Histoire est longue, et comme l’a dit un jour un philosophe, l’avenir dure longtemps.

Pour en revenir à la grotesque Sarah Palin, voici les livres qu’elle a fait interdire dans sa région. C’est un effroyable et délirant pêle-mêle : Anthony Burgess, Faulkner, Aldous Huxley, Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau, Arthur Miller, Boccace, Steinbeck, L’Amant de lady Chatterley, Aristophane, Soljenitsyne, Salinger, Le Marchand de Venise de Shakespeare, et d’autres pointures mineures qui ont dû alerter son instinct pudibond maternel.

Livres
Je persiste et signe : Le Marché des amants (1), de Christine Angot, est un excellent roman (rapidité, portraits), et l’auteur est attaqué d’une façon extravagante et souvent bestiale ; Prolongations d’Alain Fleischer (2) est d’une invention géniale ; je ne comprends pas pourquoi Lacrimosa, de Régis Jauffret (3), n’est pas sur la liste du Goncourt ; Jour de souffrance (4), de Catherine Millet, mérite son succès par sa grande lucidité physique ; le livre de Jean-Claude Michéa sur George Orwell (5) doit vous être indispensable, et vous irez vous procurer sans tarder Le Cure-Dent (6) de Jean-Yves Lacroix, et, bientôt, le très étonnant Point de côté (7) de Josyane Savigneau. En somme, une des meilleures rentrées françaises.

Philippe Sollers

(1) Fiction et Cie, Seuil
(2) L’Infini, Gallimard
(3) Gallimard
(4) Flammarion
(5) Climats
(6) Allia
(7) Stock



(1) entre-la-poire-et-le-fromage

...bien qu’aujourd’hui, l’usage soit inversé : le fromage avant la poire. Pourquoi cette inversion ?

« Cette expression daterait d’avant 1660, du temps où l’on donnait une poire pour se rincer la bouche avant d’entamer le fromage. C’était en quelque sorte l’ancêtre du célèbre "trou normand".
Notons qu’à cette époque les légumes n’étaient pas courants à table, la poire servait donc de "légume" et de rafraîchissant avant le fromage qui annonçait la fin du repas. »
Crédit : encyclopédie des vieilles expressions


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document