vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Les lieux de Sollers » Le Prix des Femmes
  • > Les lieux de Sollers
Le Prix des Femmes

Spécial Eté

D 17 août 2008     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Quand les étiquettes valsent,les femmes ont aussi leur prix.

Le Prix Lilas 2008

ême si c’était plutôt un événement de printemps, quelle meilleure saison que l’été pour mettre en valeur la femme ? Un jury tournant 100% féminin - pour couronner une romancière de langue française - qui décerne son prix à La Closerie des Lilas. A ceux qui pensent qu’en août - date à laquelle nous publions - le bouquet doit être un peu fané, ils ont tort. L’été, les femmes sont plus belles, dorées, brûlantes, épanouies, la deuxième floraison après celle du printemps. Des femmes seules ? Non bien sûr, la fête n’aurait pas été complète sans le complément naturel de la femme, l’homme, - c’est du moins encore, la loi naturelle dominante. La faune médiatico-littéraire était là. Philippe Sollers était un peu chez lui dans sa cantine de La Closerie des Lilas, à quelques pas de son appartement parisien donnant sur le Jardin du Luxembourg. D’autres aussi étaient venus : Frédéric Beigbeder, Amélie Nothomb, Bernard Weber, l’OVNI Grichka Bodganoff, l’oiseau de la nuit parisienne Ariel Wizman, le gouailleur Pierre Bénichou...

A l’occasion de sa deuxième édition, le prix a été remis, le 28 mars 2008, à Cécile Reyboz pour son premier roman Chanson pour bestioles paru chez Actes Sud, Ce prix, dirigé par Elisabeth Barillé et Marie-Christine Imbault, honore libraire, éditrice et attachée de presse.

JPEG - 186.5 ko
Cécile Reyboz à la La Closerie des Lilas

Philippe Sollers est entouré de Natacha Quester-Séméonet (à droite sur la photo) & Tatiana Faria-Salomon.

Natacha QS est journaliste, productrice, vidéo blogueuse, co-administratrice de plusieurs initiatives humanistes.

Tatiana FS est présidente de l’association « Les Humains associés »" qu’elle coanime avec Natacha QS.

Le blog du Prix Lilas


Présentation de l’éditeur

e matin Marthe ne va pas travailler. Elle vient d’aborder sa toute nouvelle existence : elle ne fera désormais que ce qui lui plaît. Une exigence absolue pour un mode de vie absolument choisi. Fière d’avoir trouvé le courage de concevoir son destin d’une tout autre manière, Marthe décide de prendre le train pour son village natal, d’y rejoindre son père et de partager avec lui la douce euphorie de cette singulière audace comportementale. Mais quand soudain le TGV s’arrête, quand dans une brume insondable au milieu de nulle part et sans la moindre information les voyageurs perdent leur sang-froid, la petite Marthe s’enchante et trouve là l’occasion d’appréhender le genre humain comme jamais. Un contrôleur dépassé, deux bavardes effarouchées, un vieillard rêveur promenant une cage à oiseaux, un navigateur sans bateau : le monde de Marthe est en marche et, dans le chatoiement de ses vêtements, le bruissement de ses imaginaires ; la jeune femme s’avance enfin sous la lumière de sa nouvelle indépendance. Dans un territoire très singulier tout en nuances colorées, bigarrées de tendresse et de violences immenses ou minuscules, Cécile Reyboz compose avec poésie le portrait d’une créature hors du commun, une jeune femme habitée par le rêve, délicieusement tourmentée par les froissements de son être et qui progresse, tel un papillon, audevant de sa propre vision du bonheur. Cécile Reyboz vit et travaille à Paris. Chanson pour bestioles est son premier roman.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document