vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Correspondance Paulhan-Ponge » Correspondance Paulhan-Ponge - LETTRE 565
  • > Correspondance Paulhan-Ponge

[1957]

Correspondance Paulhan-Ponge - LETTRE 565

D 12 juillet 2005     A par Viktor Kirtov - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Sollers dans la correspondance Jean Paulhan-Francis Ponge [1]

[LETTRE 565]


Samedi [mai ? 1957]

Mon petit Francis

j’étais tout heureux de te voir hier. Merci de tout (et d’abord de ta visite).

*

Tortel : tu as sans doute raison. Il y a dans tout ce qu’il écrit on ne sait quoi de plaisant et de moyen qui m’agace un peu. Mais il n’y a pas de doute, c’est honorable. Je puis les montrer à Marcel[Arland], n’est-ce pas ?

*

Joyaux, c’est excellent. Il n’y a pas à hésiter un instant. Pouvons-nous le donner dans la prochaine nrf ?
L’épigraphe me paraît inutile, d’un esprit un peu facile. Le style d abord t’imite un peu. Peu importe. C’est une grande chose, pas de doute là-dessus [2].

*

je te rends Florenne. Quelles sont ses « raisons particulières » ? Peu importe [3] . Je t’embrasse

JEAN


[1JEAN PAULHAN-FRANCIS PONGE, Correspondance Tome II 1946-1968, Gallimard, 1986 - Edition critique annotée par Claire Boaretto

[2L’épigraphe aux Lieux d’aisance était : « Faites ce qui est en vous. (sainte Thérèse d’Avila). L’Introduction aux lieux d’aisance ne paraîtra finalement qu’en 1960, sans nom d’auteur, dans le n° 2 de Tel Quel (été 1960), avec l’épigraphe. (est maintenant disponible dans le recueil Intermédiaires - note de V.K.)

[3Il s’agit d’un article d’Yves Florenne paru dans Le Monde du 9 mai 1957 (rubrique « Revue des revues »), sous le titre Portrait du chercheur d’or.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document