vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Le Journal du mois, dans le JDD » Le Journal du mois de Mars 2008
  • > Le Journal du mois, dans le JDD
Le Journal du mois de Mars 2008

D 31 mars 2008     A par Viktor Kirtov - C 2 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook



Trop plein

Aucun journaliste, comme c’est curieux, n’a jugé bon d’interroger le citoyen que le Président, agressé verbalement par lui, a traité de « pauvre con » au Salon de l’agriculture. Il aurait pourtant été intéressant de connaître ses raisons. De qui s’agit-il ? D’un travailleur ? D’un chômeur ? D’un marin-pêcheur ? D’un intellectuel ? D’un militant fanatique ? D’un candidat à la Villa Médicis ? Ne me dites pas que cet inconnu, désormais célèbre, est un ancien soixantehuitard, ce serait trop beau. Tout de même, on aimerait connaître son profil, son caractère, ses opinions, voir son visage dans les magazines. Etre le « pauvre con » du Président pourrait même devenir une carrière. « Casse-toi, pauvre con ! » est une phrase mémorable. Quoi, pas la moindre interview, pas la moindre photo dans Match, pas le plus petit contrat d’édition ? Un petit livre, Le Con du Président, aurait du succès, j’en suis sûr, et, pour une fois, je ferais même nègre.
Le trop-plein ressemble au vide comme deux gouttes d’eau, et c’est là que surgit l’ennui qui nous guette. La France, après la tornade bling-bling, doit maintenant s’habituer à vivre en routine. Le Président s’habille en président, son épouse en épouse, la reine d’Angleterre bénit nos amoureux nationaux ; tous ces mariages et ces remariages indiquent la fin de partie. Non, non, je refuse de croire que Nicolas, Carla, Cécilia, Richard ne sont pas mariés pour la vie. Qu’il faille maintenant marier, chacun de leur côté, Ségolène Royal, Fabius et Hollande est un impératif raisonnable et festif. Et surtout plus d’infidélités, de divorces, de scènes de ménage. L’ennui, donc, avec pouvoir d’achat garanti.
Vais-je maintenant m’appesantir sur les turbulences du Medef, appelé à « fluidifier les relations sociales » (admirable expression) ? Sur la question des sectes et de l’église de scientologie ? Sur les sondages ? Sur le serpent de mer du troublant SMS ? Sur la vague rose municipale ? Sur la baisse du dollar et l’envol de l’euro ? Sur l’explosion du baril de pétrole et la ruée vers l’or ? Sur les menaces de Ben Laden contre le pape ? Sur la poudrière infernale du Proche-Orient ? Sur le duel fratricide Hillary-Obama ? Sur les 4.000 morts américains en Irak, sous l’oeil satisfait de Bush ? Sur la nouvelle star de la nage, Alain Bernard ? Ah, laissez-moi respirer et préparer tranquillement mes Jeux olympiques.

Tibet

Mais non, impossible, les Tibétains se révoltent, le dalaïlama se bat, et les méchants Chinois font leur travail de barbares. Mon regard ne quitte plus le Toit du monde et Lhassa. Par tempérament, je me sens bouddhiste et solidaire des robes safran. Le dalaï-lama, sportif et tout sourire, c’est quand même autre chose que ce vieux Benoît XVI provocateur, qui baptise au grand jour une Chinoise et un musulman converti (de quoi faire rugir Ben Laden). Les droits de l’homme sont notre religion, elle doit s’appliquer partout et à chaque instant, par principe.

JPEG - 9 ko
Course à pied, amphore panathénaïque
(v. 500 av. J.-C., Louvre)

Quelle idée, aussi, de confier les Jeux à la Chine, comme si on ne savait pas que ces Chinois, en douce, veulent conquérir la planète ! Faire circuler la flamme olympique d’Olympie à Pékin en passant par le Tibet, quelle folie ! La conjonction Grèce-Chine, quel effarant symbole historique !

Le Président, sans doute embarrassé, comme tout le monde, par ses contrats, a un peu tardé à manifester sa fermeté, mais il menace maintenant de ne pas se rendre à la cérémonie d’ouverture. L’été sera passionnant. Cette menace va certainement impressionner les Chinois qui, on le sait, sont particulièrement influençables. Une cérémonie avec Bush, Gordon Brown, Angela Merkel, mais sans Sarkozy, ça aurait de la gueule. Je parie que Carla admire intensément le dalaïlama. Suivons-la.

Euthanasie

On se battait jadis pour le droit à l’avortement et à la procréation maîtrisée. Désormais, logiquement, c’est pour le droit à mourir dans la dignité. Le calvaire de Chantal Sébire a révélé la formidable hypocrisie locale. Quand on n’en peut plus de souffrir et de vivre, pourquoi s’acharner ? Il y a un seul mot pour désigner cette surdité de la loi, celui de sadisme. Inconscient, bien sûr. En toute bonne conscience, bien sûr.

Jünger

Vous ne vous ennuierez pas une minute, en revanche, en lisant les Journaux de guerre d’Ernst Jünger (1). Les critiques ont insisté sur ses séjours à Paris, mais ils ont censuré ce que raconte Jünger de la vie allemande en 1944-1945, bombardements, confusion, viols et débâcle. Ceci, en tout cas, sur l’arrivée au pouvoir du docteur Goebbels, ce pied-bot satanique et séducteur, en 1933 : « On voyait toutes les relations de gauche de Brunner rivaliser de servilité auprès de Goebbels. C’était, d’une manière générale, une bonne occasion d’observer l’impudence que provoque un changement brutal dans le pouvoir. L’Esprit du monde travaille aux moindres frais ; pour renverser cet édifice, point n’était besoin d’un Mirabeau. »
Et ceci, prophétique, sur la nouvelle humanité qui s’avance à la suite de la technique : « Etrangers aux langues anciennes, au mythe grec, au droit romain, à la Bible et à l’éthique chrétienne, aux moralistes français, à la métaphysique allemande, à la poésie du monde entier. Nains quant à la vie véritable, Goliaths de la technique - et, pour cette raison, gigantesques dans la critique, dans la destruction, mission qui leur est impartie sans qu’ils en sachent rien. D’une clarté, d’une précision peu commune dans tous les rapports mécaniques ; déjetés, dégénérés, déconcertés sitôt qu’il s’agit de beauté et d’amour. Titans à l’oeil unique, esprits des ténèbres, négateurs et ennemis de toutes les forces créatrices... Etrangers au poème, au vin, au rêve, aux jeux, et désespérément englués dans les doctrines fallacieuses de pédants d’école arrogants. Mais ils ont leur tâche à remplir. »

Patrick Besson

Quand Patrick Besson est bon, il est très bon. Ainsi ce portrait d’un critique médiatique (jumeau littéraire d’un autre critique tibétain du Cantal) :

JPEG - 31.1 ko
Un vieux compte à régler avec Naulleau
(voir commentaire)
Sollers "catholique baroque", mais aussi juif
"oeil pour oeil..."

« Michel Polac, dans les ultimes soubresauts de sa nudité intellectuelle, a fait un bébé à la télévision d’Etat, c’est Eric Naulleau. Son héritier en vues artistiques piteuses et en analyses politiques fofolles... Sur le plateau, il fait la pluie des clichés et le beau temps de l’ennui. On cherche en vain les raisons pour lesquelles, dans l’arrondi satisfait de sa tête creuse, il semble si content de lui. Des années qu’il déambule dans les couloirs des journaux et des radios sans qu’on comprenne qui il est et ce qu’il veut. Ce qu’il a écrit, personne ne l’a lu. Ou ceux qui l’ont lu n’ont pas l’air de s’en souvenir. Il serait éditeur. C’est une créature indéterminée, telle que les médias en présentent régulièrement à notre absence d’appétit. Sur ce qu’il a vu, entendu ou lu, il donne des avis abondants comme des flots de salive. C’est le travailleur culturel forcé de dire des bêtises, puisqu’il les pense. »
Il faut dire que certains critiques font penser à cette remarque de Céline, en 1948, recevant des coupures de presse : « Amusantes, ces coupures. Elles donnent bien le ton de la méchanceté envieuse, lâche, imbécile, féroce, implacable, naturelle, banale, fastidieuse. C’est ça, l’opinion. » Deux ans plus tard, à propos des mêmes, il parle de « médiocrité vexée ». L’expression est sublime.

Philippe Sollers
Le JDD, dimanche 30 mars 2008


Sur le train des Grecs :

Sophocle (496 à 406 av. J.C.)
« Quiconque va trouver un tyran devient son esclave, même s’il est venu libre »
« Le mauvais exemple est contagieux » (extrait de Electre)
« Jamais dans une cité, les lois n’auraient la force qui convient, si elles n’étaient pas maintenues par la peur » Sophocle au secours des Chinois ? (extrait de Ajax)

Euripide (480 à 406 av. J.C.)
« Une fois qu’on a dépassé la mesure, il n’y a plus de limite »

Eschyle (526 à 456 av. J.C.)
« La violence a coutume d’engendrer la violence » (extrait de Agamemnon)

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


2 Messages

  • A.G. | 12 avril 2008 - 10:23 1

    Chine-Tibet

    Au début et à la fin du débat avec Fabrice Hadjadj, Sollers a évoqué la question. Le temps a manqué pour qu’elle soit sérieusement et, donc, longuement abordée. Le style, volontiers ironique, des interventions du JDD invite, lui, comme toujours, à lire entre les lignes. Voici un extrait de l’interview donné récemment au journal Sud Ouest qui précise les choses :

    La Chine de 2008 est-elle celle qui vous a fait rêver dans les années 70, lorsque vous étiez maoïste ?

    En fait, je suis amoureux de la culture millénaire chinoise. Ces trois mille ans me font toujours rêver. À cause de son système totalitaire communiste, nous nous sommes habitués à penser qu’il s’agissait d’une colonie russe, d’une Russie bis. Il n’est pas raisonnable que tant de gens ignorent la Chine. Son histoire est complètement occultée par nos préjugés occidentaux. Je suis évidemment pour le respect des droits de l’homme partout et sans ménagement, y compris au Tibet. Mais il y a une question de fond : comment allons-nous faire la jonction avec ce continent énorme ?

    Reste aussi la violence au Tibet ?

    Elle masque l’affrontement qui va avoir lieu au XXIe siècle. Le XXe a été américano-russe. Le XXIe sera chinois. Il l’est d’ailleurs déjà. Il est certain qu’il y aura un conflit majeur entre l’empire américano-russe et la Chine, avec l’Inde au milieu.

    Les manifestations dans le monde contre le passage de la flamme olympique semblent provoquer un effet inverse, c’est-à-dire un durcissement de la position chinoise ?

    Franchement, tout cela est d’une fantastique hypocrisie. Nous réalisons des affaires gigantesques avec la Chine. Alors, s’il faut protester, interrompons le business et cessons de tomber à bras racccourcis sur les sportifs. En réalité, tout le monde sait que les Jeux auront lieu et que le commerce continuera.

    Source : {{ Sud Ouest }}


  • V.K. | 3 avril 2008 - 14:37 2

    Réponse du berger à la bergère.

    Mais pourquoi donc Sollers applaudit-il tant quand Besson flingue longuement Naulleau en termes qui tuent ? Un vieux compte à régler avec le Naulleau des Belles Lettres comme celles du « Petit déjeuner chez Tyrannie » (2003) :

    « Quant au culte de la personnalité qui fait rage dans le Landerneau littéraire, ses modèles seraient à chercher (...) du côté de certains satrapes et grands timoniers asiatiques, si celui dont fait l’objet Philippe Sollers dans les pages du Monde des livres, à force de franchir les ultimes frontières du ridicule, ne constituait un modèle insurpassable ».

    Et autres turpitudes dans « Le Jourde et Naulleau / Précis de littérature du XXIème siècle », 2004 un pastiche du Lagarde et Michard de leur scolarité, un pamphlet de 2004, où Sollers, parmi dix autres écrivains, est à la fête :

    « Comme on le sait, tous les grands créateurs furent des adeptes des drogues : qu’on songe à Baudelaire avec le haschich, Michaux avec la mescaline, Mauriac avec l’hostie ou Sollers avec l’encens »

    Au chapitre « sujets de devoirs », celui-ci :

    « Empruntant vos métaphores à divers registres (sportif, culinaire, sexuel...), vous définirez à votre tour, aussi précisément que possible, les limites du talent de M. Sollers ».

    Beaucoup moins « drole » :

    « Quoi qu’il en soit, une bibliothèque digne de ce nom ne saurait se passer des trois numéros (dont un double) de Tel Quel sur la Chine, à ranger soigneusement entre les odes à Staline, une petite étude sur les aquarelles d’Adolf Hitler et les sonnets de Radovan Karadzic. » !

    Le pachiderme Sollers n’oublie rien, et surtout pas les offenses et crimes de lèse-majesté des deuxièmes couteaux qui croient pouvoir détourner un peu de gloire de ceux qu’ils attaquent en foulant au pied leur statue, fut-elle théâtralisée ou figée comme toutes les statues, sauf celles du Bernin - L’extase de Thérèse d’Avila , Le Temps découvrant la Vérité , ou de Rodin - Le baiser... justement encensées par Sollers.

    Ruade en retour de l’âne en effigie du Jourde et Naulleau.

    La vengeance est un plat qui...

    Crédit : backchih.info