vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers et le roman » Le cardinal Joyce
  • > Sollers et le roman
Le cardinal Joyce

La guerre du goût (1994)

D 15 avril 2007     A par A.G. - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Dimanche après-midi, fin 1926, à Paris : un écrivain de quarante-quatre ans, déjà scandaleusement célèbre dans le monde entier comme pornographe, convoque cinq personnes pour leur lire un fragment de son nouveau livre. Eugène Jolas, un de ses futurs amis les plus fidèles, raconte la scène en 1948 :

Il lut avec une voix bien modulée, musicale, et le sourire lui venait aux lèvres quand il arrivait à un passage particulièrement gai... Il était évident que nous étions en face d’une oeuvre littéraire unique, devant laquelle devaient être abandonnés les critères critiques habituels. [1]



Joyce lit Anna Livia Plurabelle

Finnegans Wake, 1929, à Londres (8’49) [2]

*

« Well, you know or don’t you kennet or haven’t I told you every telling has a taling and that’s the he and the she of it. Look, look, the dusk is growing ! My branches lofty are taking root. And my cold cher’s gone ashley. Fieluhr ? Filou ! What age is at ? It saon is late. ’Tis endless now senne eye or erewone last saw Waterhouse’s clogh. They took it asunder, I hurd thum sigh. When will they reassemble it ? O, my back, my back, my bach ! I’d want to go to Aches-les-Pains. Pingpong ! There’s the Belle for Sexaloitez ! And Concepta de Send-us-pray ! Pang ! Wring out the clothes ! Wring in the dew ! Godavari, vert the showers ! And grant thaya grace ! Aman. Will we spread them here now ? Ay, we will. Flip ! Spread on your bank and I’ll spread mine on mine. Flep ! It’s what I’m doing. Spread ! It’s churning chill. Der went is rising. I’ll lay a few stones on the hostel sheets. A man and his bride embraced between them. Else I’d have sprinkled and folded them only. And I’ll tie my butcher’s apron here. It’s suety yet. The strollers will pass it by. Six shifts, ten kerchiefs, nine to hold to the fire and this for the code, the convent napkins,twelve, one baby’s shawl. Good mother Jossiph knows, she said. Whose head ? Mutter snores ? Deataceas ! Wharnow are alle her childer, say ? In kingdome gone or power to come or gloria be to them farther ? Allalivial, allalluvial ! Some here, more no more, more again lost alla stranger. I’ve heard tell that same brooch of the Shannons was married into a family in Spain. And all the Dunders de Dunnes in Markland’s Vineland beyond Brendan’s herring pool takes number nine in yangsee’s hats. And one of Biddy’s beads went bobbing till she rounded up lost histereve with a marigold and a cobbler’s candle in a side strain of a main drain of a manzinahurries off Bachelor’s Walk. But all that’s left to the last of the Meaghers in the loup of the years prefixed and between is one kneebuckle and two hooks in the front. Do you tell me that now ? I do in troth. Orara por Orbe and poor Las Animas ! Ussa, Ulla, we’re umbas all ! Mezha, didn’t you hear it a deluge of times, ufer and ufer, respund to spond ? You deed, you deed ! need, I need ! It’s that irrawaddyng I’ve stoke in my aars. It all but husheth the lethest zswound. Oronoko ! What’s your trouble ? Is that the great Finnleader himself in his joakimono on his statue riding the high horse there forehengist ? Father of Otters, it is himself ! Yonne there ! Isset that ? On Fallareen Common ? You’re thinking of Astley’s Amphitheayter where the bobby restrained you making sugarstuck pouts to the ghostwhite horse of the Peppers. Throw the cobwebs from your eyes, woman, and spread your washing proper ! It’s well I know your sort of slop. Flap ! Ireland sober is Ireland stiff Lord help you, Maria, full of grease, the load is with me ! Your prayers. I sonht zo ! Madammangut ! Were you lifting your elbow, tell us, glazy cheeks, in Conway’s Carrigacurra canteen ? Was I what, hobbledyhips ? Flop ! Your rere gait’s creakorheuman bitts your butts disagrees. Amn’t I up since the damp dawn, marthared mary allacook, with Corrigan’s pulse and varicoarse veins, my pramaxle smashed, Alice Jane in decline and my oneeyed mongrel twice run over, soaking and bleaching boiler rags, and sweating cold, a widow like me, for to deck my tennis champion son, the laundryman with the lavandier flannels ? You won your limpopo limp fron the husky hussars when Collars and Cuffs was heir to the town and your slur gave the stink to Carlow. Holy Scamander, I sar it again ! Near the golden falls. Icis on us ! Seints of light ! Zezere ! Subdue your noise, you hamble creature ! What is it but a blackburry growth or the dwyergray ass them four old codgers owns. Are you meanam Tarpey and Lyons and Gregory ? I meyne now, thank all, the four of them, and the roar of them, that draves that stray in the mist and old Johnny MacDougal along with them. Is that the Poolbeg flasher beyant, pharphar, or a fireboat coasting nyar the Kishtna or a glow I behold within a hedge or my Garry come back from the Indes ? Wait till the honeying of the lune, love ! Die eve, little eve, die ! We see that wonder in your eye. We’ll meet again, we’ll part once more. The spot I’ll seek if the hour you’ll find. My chart shines high where the blue milk’s upset. Forgivemequick, I’m going ! Bubye ! And you, pluck your watch, forgetmenot. Your evenlode. So save to jurna’s end ! My sights are swimming thicker on me by the shadows to this place. I sow home slowly now by own way, moyvalley way. Towy I too, rathmine
Ah, but she was the queer old skeowsha anyhow, Anna Livia, trinkettoes ! And sure he was the quare old buntz too, Dear Dirty Dumpling, foostherfather of fingalls and dotthergills. Gammer and gaffer we’re all their gangsters. Hadn’t he seven dams to wive him ? And every dam had her seven crutches. And every crutch had its seven hues. And each hue had a differing cry. Sudds for me and supper for you and the doctor’s bill for Joe John. Befor ! Bifur ! He married his markets, cheap by foul, I know, like any Etrurian Catholic Heathen, in their pinky limony creamy birnies and their turkiss indienne mauves. But at milkidmass who was the spouse ? Then all that was was fair. Tys Elvenland ! Teems of times and happy returns. The seim anew. Ordovico or viricordo. Anna was, Livia is, Plurabelle’s to be. Northmen’s thing made southfolk’s place but howmulty plurators made eachone in person ? Latin me that, my trinity scholard, out of eure sanscreed into oure eryan ! Hircus Civis Eblanensis ! He had buckgoat paps on him, soft ones for orphans. Ho, Lord ! Twins of his bosom. Lord save us ! And ho ! Hey ? What all men. Hot ? His tittering daughters of. Whawk ?
Can’t hear with the waters of. The chittering waters of. Flittering bats, fieldmice bawk talk. Ho ! Are you not gone ahome ? What Thom Malone ? Can’t hear with bawk of bats, all thim liffeying waters of. Ho, talk save us ! My foos won’t moos. I feel as old as yonder elm. A tale told of Shaun or Shem ? All Livia’s daughtersons. Dark hawks hear us. Night ! Night ! My ho head halls. I feel as heavy as yonder stone. Tell me of John or Shaun ? Who were Shem and Shaun the living sons or daughters of ? Night now ! Tell me, tell me, tell me, elm ! Night night ! Telmetale of stem or stone. Beside the rivering waters of, hitherandthithering waters of. Night ! »

Finnegans wake, I, 8, p.213-216.

*

Le cardinal Joyce 

Joyce commence donc, à cette époque, à dévoiler l’énorme bonne nouvelle, tendre, vibrante et comique, qu’est son Finnegans Wake . Il a prévu, dans sa stratégie, que son existence elle-même, bizarre logique, va devenir une source incessante d’enseignements et de réflexions : grand projet de langage, grand intérêt des plus minuscules détails de la vie. Lire Joyce, c’est aussi déchiffrer les signes de sa biographie voulue comme une mise en scène. Où nous pouvons de nouveau vérifier :

1. " Son indifférence implacable aux événements ", aux relations humaines et à la psychologie en général, mais son dévouement à ses amis, son opposition intransigeante aux manipulations fanatiques du siècle (c’est lui qui permet à Hermann Broch d’échapper au nazisme), sa préoccupation dramatique pour la folie de plus en plus évidente de sa fille, Lucia.

2. Sa réserve, ses silences (" son être était condensé, serré et mû par une volonté d’acier "), son retrait monosyllabique (qui a tellement impressionné le jeune Beckett), mais son amour du chant, sa passion insistante pour le ténor Sullivan, son goût des fêtes où il se met soudain à danser " avec des éclairs de gaieté qui frôlaient une sorte de délire ".

3. Son éloignement de toute croyance apparente, ses sarcasmes répétés contre la religion, la philosophie, la psychanalyse (même si Freud lui parait préférable à Jung), son intérêt pour l’histoire des mythologies et les connaissances scientifiques, mais son obsession de la liturgie, sa présence à Notre-Dame pour les sermons de carême du Père jésuite de la Boullaye de Pinard (un nom prédestiné pour jeu de mots joycien), sa tristesse devant la campagne menée contre lui aux Etats-Unis par les milieux catholiques qui le traitent d’hérétique (pourquoi diable Lacan a-t-il repris cette accusation contre Joyce en 1975 ?), sa joie, au contraire, en lisant l’article favorable sur lui de l’Osservatore Romano du 22 octobre 1937, article dont il s’enchante à plusieurs reprises, le soir, au Fouquet’s, en buvant du champagne. " Nous, catholiques errants ", dit-il à Jolas, médusé. Ce dernier croyait, comme tout le monde le croit encore, que Joyce poursuivait une simple révolution formelle. Etonnement et émotion donc, de voir Joyce, presque aveugle, se recueillir longuement en Normandie sur la tombe du premier évêque de Dublin, Laurence O’Toole. Et ahurissement de l’entendre en même temps comparer un Christ enfant du Livre de Kells (l’évangéliaire irlandais médiéval et enluminé) à un jeune garçon qui viendrait de voler des oeufs dans un poulailler.

4. La solitude extrême de Joyce en plein Paris littéraire, artistique, intellectuel. Les surréalistes sont hostiles, la NRF plus que distante (malgré Larbaud [3]), Gide a traité Ulysse de " faux chef-d’oeuvre ", la pensée théorique s’imagine qu’elle a autre chose à découvrir, le réalisme socialiste déferle, les engagements fascistes aussi. C’est la nuit bavarde de l’histoire, faite de la même étoffe que les rêves (" l’histoire est un cauchemar dont j’essaye de m’éveiller "). Sommet d’aveuglement ? Gertrude Stein, encore elle, disant à Jolas, choqué : " Joyce est un politicien irlandais de troisième ordre. "

5. Un rêve de Joyce : Molly Bloom, gigantesque, est assise sur une montagne et lui hurle : " Et toi, James Joyce, j’en ai plus qu’assez de toi ! " La phrase, rapportée par Jolas, devait être certainement plus crue. Quant à Joyce, il prétend avoir oublié ce qu’il répondait, en dormant, à sa créature. Peu probable. Or le secret est là. Il est même énoncé en toute clarté dans la fameuse lettre à Mme Weaver :

Je suis en train de construire une machine à une seule roue. Sans rayons, bien sûr. Une roue parfaitement carrée. Vous voyez où je veux en venir, n’est-ce pas ? Je parle sérieusement, attention, n’allez pas croire que c’est une histoire stupide pour les enfants. Non, c’est une roue, je le dis à l’univers. Et elle est carrée. " [4]

Bien entendu, Mme Weaver ne voit pas du tout où Joyce veut en venir. " Je le dis à l’univers ? " Rien que ça.

6. Paris est donc la ville où écrivirent au vingtième siècle Proust, Céline et Joyce. Ce dernier est apparu, à ses rares intimes, comme un saint inexplicable. Ils sentaient pourtant que quelque chose de très important avait lieu (" il lisait des ouvrages gnostiques et s’intéressait au contraste manichéen entre la lumière et les ténèbres ").

Pour s’amuser, mais aussi de façon sérieuse, Joyce, dans une publication fameuse (et, comme par hasard, encore inédite en français), désignera ces mêmes amis comme ses douze apôtres. Ils auraient pu dire de lui, sans guère s’interroger plus : " Oui, il a vécu parmi nous, plein de traces et de vérités, comme la voix du réveil dans la nuit éternelle. "

Philippe Sollers, Le Monde du 2 mars 1990.



La lecture de Finnegans wake par Patrick Healy

Voir aussi la vidéo de Jean-Paul Fargier Joyce digital. Une lecture de "Finnegans wake" par Jacques MERCANTON, Jean-Louis HOUDEBINE, Philippe SOLLERS, Serge DANEY, Jean-Christophe BOUVET, Nam June PAIK et Merce CUNNINGHAM (1984).


Note 1. 1. CARDINAL, adj. (latin cardinalis, de cardo, -inis, pivot) 1. MATH. Qui exprime la quantité par opposition à l’ordre. 2. Adjectif numéral ou cardinal, n.m. : adjectif qui exprime une quantité précise, le nombre d’éléments d’un ensemble (par opposition à ordinal). 3. Points cardinaux : les quatre points de repère géographiques permettant de s’orienter (nord, est, sud, ouest). 4. THEOL. CHRET. Vertus cardinales les quatre vertus fondamentales sont : justice, prudence, tempérance, force.
2. CARDINAL n.m. 1. MATH. a. Nombre des éléments d’un ensemble fini. b. Pour un ensemble infini, caractérisation de la multiplicité des éléments. 2. CATH. Membre du Sacré Collège, électeur et conseiller du Pape. 3. Passereau d’Amérique, dont le mâle a un plumage rouge écarlate.

Note 2. - « Un cardinal joua un rôle important sur le jeune James Joyce. Il s’agit du cardinal Newman (1801-1890) qui abandonna l’Eglise anglicane pour se convertir au catholicisme en 1845 et ne cessa de faire scandale en Angleterre pendant toute la seconde moitié du XIXe siècle. C’est à l’Université catholique de Dublin, fondée par Newman en 1853 que Joyce fut étudiant. Celui-ci admira très tôt la prose de Newman. Outre le destin tout à fait exceptionnel du personnage, qui apparaît très bien dans son Apologia pro vita sua, il faut ajouter que le cardinal Newman s’était converti sur des bases qui ne pouvait qu’intéresser Joyce et le confirmer dans son opinion, émise au chapitre V du Portrait, sur le catholicisme et le protestantisme : « Quel sorte de délivrance y aurait-il à répudier une absurdité logique et cohérente pour en embrasser une autre, illogique et incohérente ? Retenons essentiellement ici que Newman invoquait, dans les motifs de sa conversion, différentes sortes de raisons. Tout d’abord des raisons précisément d’ordre logique : ce que cherche Newman, c’est en effet à formuler une base logique à sa foi, et l’anglicanisme, dont les fondements théologiques sont pratiquement inexistants, va lui apparaître assez rapidement d’une parfaite incohérence ; il est intéressant à cet égard de noter ici que le premier ouvrage de Newman, alors qu’il était encore anglican, fut consacré à l’hérésie arienne (The Arians of the Fourth Century, 1833) ; c’est même en travaillant à cette étude qu’il commença à se rendre compte que l’anglicanisme n’était en fait qu’une reproduction, elle-même très appauvrie, des grandes hérésies qu’avait connues l’Église romaine au cours des premiers siècles, et essentiellement de l’arianisme. Autres raisons : celles d’ordre éthique, dans la mesure où il lui apparaît que l’anglicanisme constitue un mélange délibéré, et particulièrement pernicieux, du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel ; vieux problème, d’ailleurs, que celui-là, dont on sait l’importance que Dante lui a accordée. aussi bien dans la Divine Comédie que dans le De Monarchia. Ajoutons enfin des raisons apparemment plus subjectives, mais qui n’en sont pas moins d’un grand intérêt pour nous : des raisons d’ordre esthétique, dans la mesure où pour Newman, passionné d’art et de littérature, le protestantisme constitue « la plus morne de toutes les religions possibles ». Difficile de ne pas penser ici aux remarques de Bloom et de Stephen sur la grandeur sublime de la musique sacrée catholique, comparée à la médiocrité esthétique de la plupart des cantiques protestants (Ulysse, p. 587 ; cf. également les réflexions de Bloom dans l’église, p. 80). » (note 24 des entretiens La Trinité de Joyce, Tel Quel 83, printemps 1980, p. 60. [5]).

*

[1Eugène Jolas, Sur Joyce, Plon, 1990 ; préface de Marc Dachy.

[2D.B. © AudioFile 2002, Portland, Maine— Copyright © AudioFile, Portland, Maine.

[5Repris dans Discours Parfait, 2010, p. 865.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document