vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Tribune des lecteurs / Tribune libre » Supplique au dieu Sollers es paradis
  • > Tribune des lecteurs / Tribune libre
Supplique au dieu Sollers es paradis

D 2 février 2007     A par Michaël Nooij - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Nota : titre de pileface

ZOOM : clic sur image

LETTRE OUVERTE A PH. S. POUR LE SUPPLIER DE DECLENCHER LA REVOLUTION EDENIQUE

Marseille, ce 1 février 2007

Cher Ph. S.,

Voilà, je me décide à vous écrire directement, le temps presse. Une seule question : vous qui tenez les leviers de l’intelligence en France (si si !), quand donc vous déciderez-vous à enclencher la Révolution édénique ...avant que ce pays ne sombre pour de bon dans l’indigence "guimauve" des ex-humains déchaînés partout à l’oeuvre ?

Quand j’ai débarqué ici, en 1972, étranger complet mais jeune homme frais émoulu & ambitieux, la France tenait son rang sur la scène du monde. Elle était la nation prestigieuse par excellence. Tenter ma jeune chance dans le pays d’oncle Sam ? Trop banal, trop robotisé. Démarrer chez John Bull ? Trop grégaire. Aller en Espagne ? Trop violent. La Suisse ? Ne soyons pas grotesque. Le Japon ? Pourquoi pas... L’Italie ? Possible, possible...

...La France ? Mais bien sûr la France ! Certes, passé la frontière on y fumait des gitanes papier maïs, on y roulait en solex et il fallait demander un jeton au patron pour téléphoner - cependant c’était encore un pays intact et non un clone ! Indiscutablement le pays le plus intéressant et un beau challenge pour s’établir quelque part sur la mappemonde. Son rayonnement nourrissait le foyer de la République transnationale des Lettres et de l’Esprit ; elle formait le maître-étalon pour juger du degré culturel et intellectuel atteint. Picasso peignait sur les hauteurs de la Côte d’Azur, voisin de Cocteau, Chagall et Bourbon Busset... Sartre tenait table ouverte à la Coupole... Brassens caressait sa chatte et fumait sa pipe... Malraux éructait et psalmodiait... les gendarmes se rinçaient l’oeil à Saint-Tropez... Mauriac blocnotait furieusement... l’avant-garde se démenait... s’amusait - et le monde écoutait attentivement.

Je me souviens avoir écrit ceci sur la France, dans "Lettres d’Amour & d’Ailleurs" (1984) :

"The French Way of Life. Le formalisme archaïque des rapports sociaux - l’esprit provincial - l’autorité auriolée, ceci est vrai et faux à la fois. Défense de comparer. La France est une planète qui fait bande à part au milieu de la constellation anglo-saxonne, critiquée et enviée à la fois. Sa culture reste essentiellement réfractaire à celle des autres pays. Elle veut bien assimiler, étudier d’autres types de comportements sociaux... mais jamais elle ne se laissera dominer. La madeleine de Proust, Fabrice à Waterloo, Julien qui prend la main de Madame de Rênal, Piaf-la-misère, voilà des choses concrètes, palpables ...bien plus que l’avance technologique qui rapporte des devises, voilà notre Silicon Valley convoitée, jalousée, inégalée. Heureux peuple. Son équilibre, son bonheur de vivre attestent qu’il a raison de ne croire qu’en lui-même. Il est en réalité d’une santé morale à faire pâlir de jalousie bien d’autres nations..."

Aujourd’hui plume ne se risquerait plus à pareil enthousiasme. La France, ma France, jadis symbole de l’indépendance et de la souveraineté de l’esprit, et pour cette raison reconnue providentielle parmi les nations, la France hélas semble vouloir à son tour se précipiter, se plonger, se dissiper, se plomber (elle qui a inventé le champagne !), s’auto-rigidifier à très grande vitesse dans le rien, le nul et le néant.

Ce peuple de Francs (cela veut dire "libres" en langue franque) si héroïque et indomptable, généreux et pionnier, toujours fidèlement au rendez-vous avec l’histoire, comment fait-il donc le peuple pour supporter et accepter toutes ces insolentes sottises, niaiseries et inepties dont on l’abreuve, toutes ces mesures vexatoires accompagnées de harcèlements mesquins et d’interdictions d’apothicaire, de maternage abusif dont on l’inonde à longueur d’année, d’année en année ? Du jamais vu même dans les pays de l’ex-bloc soviétique ! Jusqu’où iront-ils donc ? C’est pour bientôt la puce dans le lobe de l’oreille ?

Et personne - à part vous - n’y trouve rien a redire...

Alors : quand donc vous déciderez-vous cher Ph. S. à enclencher la stratégie de sortie de ce bourbier insensé et honteux, attentatoire à la conscience d’homme ? "Dieu a besoin de la France" a dit quelqu’un. Vous l’incarnez cette France au plus haut point. A vous de dire une parole qui soit enfin quelque chose de beau... de nouveau... de faisable. La clé c’est vous qui l’avez.

...Avant que les hordes de barbares, l’armée des ex-humains presse-boutons hystériques ne nous précipitent pour de bon dans leur infâme et hygiénique néant cloné !

M.N.


Reproductions de tableaux de Michaël Nooij sur ce site :

La question homme-femme : Des bouffées d’encre.
Muse : Lettres d’amour et d’ailleurs.
Tulipes : Sollers en son jardin, avec Dominique Rolin.
Iris aux papillons, Théophile de Viau : Le nouvel ordre sexuel en marche.
Nus : Fleurs, Dieux, Femmes.
Sollers le Vénitien : A chacun son paradis.

Son site personnel

(NDLR)

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document