vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » Sollers la peinture et la sculpture » Les Grandes baigneuses
  • > Sollers la peinture et la sculpture
Les Grandes baigneuses

Le Paradis de Cézanne

D 6 octobre 2006     A par Viktor Kirtov - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


« ...Regardez un Cézanne, n’importe lequel, c’est ainsi être à la recherche du réel perdu. On peut accumuler dix mille films, un million d’heures de télévision, cents millions de photographies et de journalisme, rien ne tient , bien entendu devant cette cour de ferme, ce rocher rouge, cette maison du pendu, ces joueurs de cartes, ce baigneur aux bras écartés, cette femme... »

Philippe Sollers
Le Paradis de Cézanne
Gallimard, 1995, p.66

« Dans quelle langue dire cela ? [...] »


Paul Cézanne devant Les Grandes baigneuses, 1904.
ZOOM... : Cliquez l’image.

« Il y a les peintres. Delacroix, pour l’énergie. Ingres ? « Très fort, mais bien emmerdant. » On n’oublie pas qu’il a eu pour les baigneuses une prédilection spéciale, mais il n’y a aucune raison de couvrir le nu d’un alibi turc. Les baigneuses de Courbet ? Le scandale qu’elles ont provoqué ? Certainement, mais Courbet, grand peintre, « manque d’élévation ». Il doit y avoir un moyen d’aller plus loin vers la Terre promise et la nudité paradisiaque. Les Baigneurs, les Baigneuses sont le grand secret de Cézanne. Il se tait là-dessus, et d’ailleurs, vérifiez, tout le monde est embarrassé pour en parler. Ces figures sont trop « autre part », ni dans le passé ni dans le futur. L’expérience est-elle entièrement absorbée par Les Demoiselles d’Avignon ? La précipitation de l’évangile moderne veut le faire croire, mais rien de moins sûr. Rusé Cézanne : il égare son monde, il se faufile, rompt, se retire, veille à ce qu’on ne lui mette pas le « grappin » dessus : il repart, poursuit ses « études », revient sur le motif. Le grappin (social, financier, sexuel, psychologique) est l’exact contraire, l’ennemi acharné du motif. Mais sur ce motif-là, baigneurs, baigneuses, motus.

Les Grandes Baigneuses, finalement sont les déesses énigmatiques de Cézanne. On ne les a jamais vues. Elles n’ont aucun trait d’identité d’époque, impossible de les identifier par la toilette, le caractère, l’anecdote biographique. Leur visage sans visage n’est marqué d’aucun souci d’être soi. On ne peut pas non plus les réduire à une mythologie connue : Aphrodite, Vénus, Diane, Nymphes. Celles-là (celles de Bâle, de Londres, de Philadelphie) ne se révèlent, comme dans le poème de Parménide, qu’à celui qui se tient hors de l’égarement des mortels incapables de se décider à propos de la question cruciale de l’être et du non-être. Elles sont sur le chemin très parlant de la vraie sphère, ni cosmologique ni géométrique, celle de l’Un. Elle est « bellement circulaire », « exempte de tremblement » cette sphère, et en voici une coupe. Vous voulez dire l’Un sans l’Autre ? Chut, nous allons avoir tous les pouvoirs sur le dos, c’est-à-dire l’Éternel Féminin lui-même, l’Éternel Retour. Mieux vaut se dissimuler pour l’instant [...]

Les commentateurs sont amusants : ils croient, eux, à la « polarité » d’Éros et de Thanatos. Ils sont, bien entendu, fascinés par l’androgynat primordial. Que Cézanne se soit fait beaucoup baigneur (au pluriel) avant d’en arriver à ses buissons ardents et détachés de baigneuses, leur paraît une preuve d’inquiétude homosexuelle ou bisexuelle. Ils vous rappellent, non sans raison, l’histoire de L’Hermaphrodite endormi. Ils vous balancent tantôt animus, tantôt anima. Ils insistent, et c’est leur problème, sur le fait que Cézanne est porteur d’un traumatisme, d’une peur ; d’une répulsion ou d’un dégoût pour le corps féminin. En général, ils trouvent ces baigneuses laides. Elles ne correspondent à aucun canon de beauté classique ou cinématographique. Puisqu’elles ne sont tirées d’aucun modèle existant, elles doivent être forcément le résultat de fantasmes ou d’hallucinations de Cézanne. Il est très frustré, très inhibé, ce Cézanne : ne nous dites pas le contraire, sinon vous allez nous angoisser. Cézanne est un symptôme, c’est clair. Quelque part, dans le marais entre Freud et Jung (morne plaine), les symboles et les archétypes règnent. Cézanne est déjà américain, pour ne pas dire planétaire. Mais, comme d’habitude, c’est-à-dire comme Picasso et Matisse, un peintre garde pour lui son Cézanne. Ainsi de Jasper Johns, chez qui se trouve le Baigneur aux bras écartés.  »

Philippe Sollers
Le Paradis de Cézanne
Gallimard, 1995, p. 67-80


L’extrait dans son contexte (pdf)


Une autre version plus stylisée et plus dépouillée des Grandes baigneuses (1900-1906) et dans un format différent est exposée à la National Gallery.


Les Grandes baigneuses, 1900-1906, Huile sur toile, 172,2 x 196,1 cm. (détail)
ZOOM (tableau entier)... : Cliquez l’image.



Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


1 Messages

  • V. Kirtov | 29 septembre 2016 - 17:17 1

    Parution : 22-09-2016


    Feuilletez le livre
    Le livre sur amazon.fr

    Deux grands artistes, l’un peintre, l’autre écrivain. Deux amis de toujours et pour toujours. Leur amitié a débuté en 1853 ou 1854, au lycée d’Aix, et résistera longtemps à l’éloignement. Entre Cézanne et Zola, ce ne fut pas seulement une forte complicité de jeunesse, de proximité géographique ou de milieu, mais un même choix de sujets, de communautés d’artistes, de refus des académismes et des conventions, une même compréhension de l’époque.
    Leur correspondance, publiée jusqu’ici séparément, n’avait jamais été rassemblée ni confrontée. Pourtant, ces cent quinze lettres – malgré les pertes et les années manquantes – témoignent de leur dialogue entre 1858 et 1887 : leur sens véritable ne réside pas seulement dans leurs allusions aux événements de la vie privée ou de la vie sociale de chacun, mais dans leur existence même, et dans les autres échanges qu’elles présupposent, dont la trace s’est perdue.
    Si John Rewald, le premier éditeur de la correspondance de Zola en 1937, a pu affirmer jusqu’ici que les deux hommes s’étaient brouillés à la suite de la publication deL’Œuvre– pour le critique, le personnage de Lantier et son échec représentaient Cézanne et le sien –, une nouvelle lettre retrouvée en 2013, postérieure à celle de la « rupture », vient remettre en question toutes les thèses établies. C’est sous ce nouvel éclairage rendu possible par la recherche littéraire qu’Henri Mitterand nous guide à travers l’œuvre picturale et l’œuvre romanesque des deux artistes.

    464 pages + 8 p. hors texte, 18 ill., 140 x 225 mm
    Achevé d’imprimer : 12-09-2016

    Crédit : http://www.gallimard.fr/

    Leur rupture relève de la légende

    Pendant longtemps, la dernière missive connue entre les deux hommes datait de 1886, alors que Cézanne remerciait fraîchement Zola de l’envoi de L’Oeuvre (« Mon cher Emile, Je viens de recevoir L’Oeuvre, que tu as bien voulu m’adresser. Je remercie l’auteur des Rougon-Macquart de ce bon message de souvenir, et je lui demande de me permettre de lui serrer la main en songeant aux anciennes années ».)

    Il n’en fallait pas plus pour que l’on imaginât que le portrait que, dans L’Oeuvre, Zola donne d’un peintre maudit, raté, et sombrant dans la folie, ait déplu à son vieil ami, qui s’y serait reconnu, et que leurs relations aient alors cessé. La lettre retrouvée de 1887 - elle n’a été retrouvée qu’en 2013 - prouve qu’il n’en est rien, et que la légende des deux amis d’enfance brouillés à la suite du portrait que l’écrivain aurait fait du peintre ne tient pas la route. Rien ne dit qu’on ne découvrira pas, dans les années qui viennent, des témoignages de rapports d’amitié ayant perduré jusque dans les dernières années des deux artistes.

    Si leur rupture relève de la légende, leur amitié a, elle, été bien réelle. Il s’agit même d’un cas assez unique, un futur peintre et un futur écrivain qui se connaissent sur les bancs d’un collège de province, partagent de communes aspirations, et finissent par être reconnus, chacun dans son domaine, comme un Maître, et comme le chef d’une école. Le destin, parfois, joue de ces tours romanesques.

    Christophe Mercier
    Crédit : http://www.les-lettres-francaises.fr/

    1867 : Zola défend son ami Cézanne dans Le Figaro

    Par Marie-Aude Bonniel, le 20/09/2016

    JPEG - 49.8 ko
    Paul Cézanne, Emile Zola

    Alors que Le film Cézanne et moi, sort sur nos écrans le 21 septembre, et retrace l’amitié entre l’écrivain Émile Zola et le peintre Paul Cézanne, Le Figaro a été témoin d’un épisode de cette complicité, en 1867 lorsque Zola répond à une critique parue dans ses colonnes, et nous ouvre ses archives :

    1867, les tableaux de Cézanne [déjà refusés en 1866] sont de nouveau refusés. Critiqué par le journaliste duFigaro, Arnold Mortier, plaisantant sur le nom de Cézanne, Émile Zola prend sa plume pour défendre son ami. Il écrit une lettre ouverte à Francis Magnard alors rédacteur en chef du journal le 12 avril 1867. Il entend affirmer sa propre conception de l’art : « La jeune école dont l’honneur de défendre la cause, se contente des larges réalités de la nature ».

    Lettre ouverte d’Émile Zola parue dans Le Figaro du 12 avril 1867

    Correspondance

    À M. F. Magnard, rédacteur du Figaro

    Mon cher confrère,

    Ayez l’obligeance, je vous prie, de faire insérer ces quelques lignes de rectification.

    Il s’agit d’un de mes amis d’enfance, d’un jeune peintre dont j’estime singulièrement le talent vigoureux et personnel.

    Vous avez coupé, dans l’Europe, un lambeau de prose où il est question d’un M. Sésame qui aurait exposé, en 1863, au Salon des refusés, « deux pieds de cochon en croix » et qui, cette année, se serait fait refuser une autre toile intitulée Le Grog au vin.

    Je vous avoue que j’ai eu quelque peine à reconnaître sous le masque qu’on lui a collé au visage, un de mes camarades de collège, M. Paul Cézanne, qui n’a pas le moindre pied de cochon dans son bagage artistique, jusqu’à présent du moins. Je fais cette restriction, car je ne vois pas pourquoi on ne peindrait pas des pieds de cochon comme on peint des melons et des carottes,


    « Je n’ai jamais pu comprendre cette singulière méthode de critique, qui consiste à condamner et à ridiculiser ce qu’on n’a pas même vu »
    Émile Zola

    M. Paul Cézanne a eu effectivement, en belle et nombreuse compagnie, deux toiles refusées cette année : le Grog au vin et Ivresse. Il a plu à M. Arnold Mortier de s’égayer au sujet de ces tableaux et de les décrire avec des efforts d’imagination qui lui font grand honneur. Je sais bien que tout cela est une agréable plaisanterie dont on ne doit pas se soucier. Mais, que voulez-vous ? je n’ai jamais pu comprendre cette singulière méthode de critique, qui consiste à se moquer de confiance, à condamner et à ridiculiser ce qu’on n’a pas même vu. Je tiens tout au moins à dire que les descriptions données par M. Arnold Mortier sont inexactes.

    Vous-même, mon cher confrère, vous ajoutez de bonne foi votre grain de sel vous êtes « convaincu que l’auteur peut avoir mis dans ses tableaux une idée philosophique. » Voilà de la conviction placée mal à propos. Si vous voulez trouver des artistes philosophes, adressez-vous aux Allemands, adressez-vous même à nos jolis rêveurs français ; mais croyez que les peintres analystes, que la jeune école dont j’ai l’honneur de défendre la cause, se contente des larges réalités de la nature.

    D’ailleurs, il ne tient qu’à M. de Nieuwerkerke* que le Grog au vin et Ivresse soient exposés. Vous devez savoir qu’un grand nombre de peintres viennent de signer une pétition demandant le rétablissement du Salon des refusés. Peut-être M. Arnold Mortier verra-t-il un jour les toiles qu’il a si lestement jugées et décrites. Il arrive des choses si étranges.

    Il est vrai que M. Paul Cézanne ne s’appellera jamais M. Sésame, et que, quoi qu’il arrive, il ne sera jamais l’auteur de « deux pieds de cochon en croix. »

    Votre dévoué confrère,

    Emile Zola.

    * Emilien de Nieuwerkerke (1811-1892) est surintendant des Beaux-Arts à partir de 1863. Il joua un rôle capital dans la politique culturelle sous Napoléon III.

    Crédit : http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/

    CÉZANNE ET MOI – LE FILM

    Simultanément avec la publication des Lettres croisées, Danièle Thompson sort un film Cézanne et Moi, le 21 septembre 2016 - (1h 54min) sur l’histoire d’amitié entre Zola (Guillaume Canet) et Cézanne (Guillaume Gallienne). La critique est plutôt réservée sur la réalisation de Danièle Thompson et les performances des acteurs. Malgré ces jugements, partagés aussi par la critique Stéphanie Gatignol, elle poursuit : « Le lien ambigu de ces meilleurs ennemis reste, malgré tout, un sujet assez fort pour nous garder captifs […]. Quant à l’émotion, elle fonctionne parce que Thompson ne prend qu’un seul parti, celui des artistes dont elle nous rappelle l’immense fragilité,quelque égotiques et provocateurs soient-ils. »

    Bande annonce ICI

    oOo