vous etes ici : Accueil » ILS ONT DIT » Darling stagiaire
  • > ILS ONT DIT
Darling stagiaire

Rentrée littéraire (suite)

D 24 août 2006     A par Viktor Kirtov - C 1 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Publié dans Elle.
Non, ce n’est pas à l’occasion de la rentrée littéraire 2006,





mais en 2003 ! Cette année-là, Sollers avait publié Illuminations : A travers les textes sacrés, en mars. Pour la rentrée 2006, il est le supporter de Chtistine Angot. Pour son compte il publie Fleurs. A paraître, en octobre, chez Hermann. Une vénérable maison d’édition (fondée en 1876), jusque là spécialisée dans les arts, la musique et les mathématiques, qui s’ouvre à la littérature avec Sollers ainsi que Le Dernier Amour de Kafka, de Kathi Diamant. Suivra un roman consacré à Pic de la Mirandole, Giovanni Pico de l’écrivain Guillaume de Sardes.
Crédit : Le Monde du 25.08.06

A paraître aussi en octobre, un livre d’entretiens avec Vincent Roy : L’Evangile de Nietzche, éd. Le Cherche-Midi, 128 pages.

Un précédent entretien de Philippe Sollers avec Vincent Roy, du 27 octobre 2003, pour la revue Poésie, figure dans le fonds d’archives de ce site : ici





Philippe Sollers avait déjà publié cette année, en janvier, Une vie divine, avec Nietzsche pour personnage central.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


1 Messages

  • anonyme | 26 août 2007 - 15:40 1

    Petite histoire :

    -" Etes-vous sûre de vouloir prolonger votre savoir, et de ne jamais y déroger ?"

    - "Je ne suis certaine de rien mais sûre de tout.
    Tous les chemins ne mettent-ils pas à Sollers, quoiqu’on en pense ?"

    - "Justement, de quels chemins parlez-vous ?

    - " Ben, la voie lactée, celle qui me fait des clins d’oeil à chaque rendez-vous manqué. Longue et interminable est cette comète dont je me revêt à chacun de mes doutes"

    - "Donc, vous doutez de vos capacités philosophiques et intelectuelles ?"

    - " Je ne doute que des retardeurs, car ma volonté est grande devant une quête ascétique !"

    - "N’avez-vous pas peur, parfois du ridicule, et serez-vous apte devant tant de difficultés engendrant une mâturité et une concentration palpables ? sans parler de votre piètre santé.

    - A mon âge à l’heure qu’il est, je ne puis avoir de plus grande terreur, que celle d’être ignorée, devant l’art de la lecture, de l’écriture.

    - " Voilà l’erreur ! vous ne devez écrire que pour votre plaisir, votre personnalité addictive vous mis bien de bâtons dans les roues, par le passé, comme cet amour-propre qui vous anime, par moment. Vous jouez à la roulette russe, là, la cause ne peut-être plus entendue.
    Pourvu qu’elle soit écoutée !

    -" Et oui ! Mais le passé étant révolu, personne ne me dictera mieux mon avenir que ma petite souris !
    J’invente ma vie, et après en avoir pris conscience, je m’en remets au ciel, puisque agnociste je reste, et au Savoir Universel, pour me faire avançer. Au diable l’incertitude, partenaire particulère de la solitude dévastatrice.

    "Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie de n’être pas fou." Pascal